Maternage & Parentalité positive

Perçage des oreilles et respect du corps de nos enfants

Aujourd’hui, je vous donne mon avis fort personnel sur un sujet pas tellement d’actualité et sur lequel personne ne m’a rien demandé (la fille qui sait vendre ses articles…).

Enfin si, plus précisément, vendredi dernier on m’a demandé : « Tu as fait percer les oreilles de ta fille ? ». La réponse a été « Non, et je ne lui ferai pas percer tant qu’elle ne me le demandera pas expressément par elle-même ».

Ca m’a rappelé une anecdote pendant mon congé parental : Bébé Carrousel avait 9 mois et nous nous trainions péniblement chez Franprix à la recherche de quelques denrées décentes pour le dîner après 5 jours à manger des yaourts périmés, malgré un niveau de motivation inversement proportionnelle au nombre de réveils nocturnes de l’époque. Dans les rayons, un employé s’approche de Bébé Carrousel et commence à lui gouzi-gouzer (vous voyez bien ce que je veux dire). Et là, il me dit « Il a quel âge ? ». Sans prendre ombrage (ou presque) de sa bourde, je lui réponds « C’est une fille, elle a 9 mois. ». « Oh pardon me dit-il, j’ai cru que c’était un garçon, elle n’a pas de boucle d’oreilles ».

Heu…

Comment dire ?

Premièrement, elle porte une robe, pas rose, certes, mais il me semble quand même que la robe est principalement l’apparat de la fille, d’ailleurs ce n’est pas étonnant, il n’y a bien que nous pour nous faire chier avec les collants qui grattent et les jupes qui remontent (et je ne parle même pas des strings, des talons, des soutifs, des jeans skinny, de l’épilation et des règles) ! Et accessoirement, elle a une couverture rose sur les genoux brodée à son prénom. Mais bon, elle n’a pas de boucles d’oreilles ! Passons.

IMG_3706.JPG

Deuxièmement, c’est quoi cette dictature fille = boucles d’oreilles ? C’est ça qui définit la fille en 2017 (enfin 2015 à l’époque) ? Ca m’a presque donné envie de ne plus jamais en mettre en signe de protestation, tiens ! Mais IL faut avouer que les créoles, ça te complète comme rien d’autre une queue-de-cheval faite à l’arrache dans le RER, donc bon.

Enfin, elle avait 9 mois bordel ! Il me semble qu’on n’était pas en retard pour les mutilations réglementaires du cartilage ?

Je sais que, chez Happynaiss, on ne fait rien comme personne et je ne veux pas vexer les parents qui font le choix de percer très tôt les oreilles de leurs enfants. Je sais que c’est une pratique très courante, on se dit que plus on le fait tôt, moins ça va « marquer » l’enfant. Moi-même j’ai eu mes oreilles percées avant un an, je ne m’en souviens pas et pendant longtemps je ne voyais rien de choquant la dedans.

Mais à l’heure actuelle, je ne trouve pas ça normal du tout ! D’une part, certes à l’âge adulte l’enfant n’aura plus de souvenir conscient de la douleur, puisque nous « n’avons pas » de souvenirs avant environ l’âge de 4 ans. Pour autant, les études sur la structuration de la mémoire nous montrent que nos premières expériences laissent des traces dans notre mémoire, simplement dans une « couche » plus profonde qui n’est pas accessible à la conscience. En fait, les premières expériences de notre vie nous marquent plus durablement et plus profondément que toutes les autres, simplement les souvenirs ne seront jamais accessibles.

De plus, certes les enfants n’auront pas la faculté de se souvenir de cette douleur, pour autant cela ne les empêchera pas de la vivre sur le moment ! C’est quoi cette idée que, comme ils ne s’en souviendront plus, on peut leur faire mal ? Il me semble qu’il y a déjà pas mal de douleurs et d’inconforts inévitables dans la vie de nos petits pour en rajouter une couche au nom de… au nom de quoi, d’ailleurs ?

De la coquetterie ? Certes, c’est mignon une petite fille avec des jolies boucles d’oreilles. Certes, vous en avez reçu pour son anniversaire, pour son baptême, et votre fille ne peut pas les mettre. Mais enfin, nos bébés ne sont-elles pas magnifiques comme elles sont, avec leurs petits lobes d’oreilles tous riquiquis et tout doux ? Ne peut-on pas les préserver encore quelques années de la dictature des apparences, les laisser à leur innocence et à leur naturel ?

20160830_190429_hdr

Au nom de la distinction des genres ? Certes on n’apprécie jamais grandement que sa fille « ait l’air d’un garçon » mais ça c’est un « problème » de parents, je dirai même un problème d’égo. Les bébés n’en ont rien à faire de ça, et d’ailleurs je suis convaincue que les petites filles payeraient cher pour qu’on arrête de leur coller des fleurs dans les cheveux, des jupes tutu et des collants qui grattent (oui vraiment je n’aime pas les collants !), et qu’on les laisse se mouvoir librement dans les mêmes tenues confortables que leurs potes garçons. Enfin ceci dit, il y a aussi des petits mecs d’un mois en jean et en chemise à col, personne n’est épargné par la dictature du paraître…

Dernier point, et c’est finalement ce qui me semble le plus important de toute la discussion, c’est LEUR corps et il leur appartient entièrement. Nous, en tant que parents, ne devrions pas prendre des décisions aussi définitives que celle-ci à la place de nos enfants. Nous prenons bien assez de décisions à leur place, nous manipulons bien trop déjà leurs petits corps par la force de leur impuissance, sans y rajouter le perçage des oreilles, qui peut largement attendre que la décision vienne d’eux !

Depuis quelques temps, j’essaye de mener une réflexion autour de la manipulation du corps de bébé Carrousel ; comment être 100% respectueuse de son corps, ne pas être intrusive, « violente » au quotidien dans les gestes de soin qu’elle ne peut pas faire elle-même ? Notamment, elle refuse catégoriquement que je lui mette des suppositoires ou que je lui prenne la température en rectal ; si j’insiste, elle se hurle, se cambre, pleure à chaudes larmes. Si Papa Ours essaye de la maintenir, c’est la ruée dans les brancards et panique à bord. Papa Ours dit « Mais enfin, ce n’est quand même pas elle qui décide, c’est sa santé là ! ». Je comprends l’idée, mais je refuse d’avoir des gestes traumatiques (pour parler clairement, de lui enfoncer quoi que ce soit dans les fesses contre son gré) si la nécessité n’est pas absolue. Ce serait son traitement contre le cancer, je réviserai certainement mon jugement, mais là je refuse. Toute cette réflexion est particulièrement motivée par la peur panique que Bébé Carrousel a des médecins, des hôpitaux ou des soignants en général… Il faut dire que dans sa globalité, le corps médical prend peu le temps d’expliquer aux enfants les gestes, de les laisser apprivoiser le matériel, de faire les gestes en douceur ou de faire participer. Quand l’enfant ne coopère pas immédiatement, c’est directement la force… Je n’oublierai jamais cette radiologue qui a crié sur Bébé Carrousel qui pleurait et se débattait pour la radio et qui m’a assené « C’est pas l’heure des bisous là ! » en me repoussant tandis que j’essayais de la rassurer.

Bref, je me suis un peu éloignée du sujet initial, mais il me semble important de rappeler que nos enfants ne nous appartiennent pas, ce ne sont pas nos « choses » que l’on modèle à notre idée. Ce sont des êtres humains, avec des sentiments (très forts !) et un libre-arbitre qu’ils devraient pouvoir exercer très tôt et qui ne devrait pas pouvoir être réduit par des décisions irrémédiables de parents. Alors certes, on parle de percer les oreilles, rien de « dramatique », j’en conviens, surtout dans notre société où ça semble normal. Mais si on se permet de décider de leur percer les oreilles, quelles autres décisions prenons nous la liberté de prendre en ce qui concerne LEUR corps et qui leur restera à vie ?

Sur ce, bonne journée à vous ❤

PS : ce même jour, la caissière du Franprix me dit, l’air outré, en regardant Bébé Carrousel, « Mais vous avez quel âge ?!!!! ». Je lui réponds que j’ai 25 ans, pourquoi ?

« Ah, je pensais que vous aviez 15 ans !». Du coup, je me dis que toute cette histoire est peut-être plus liée à une mutuelle pourrie chez Franprix en terme de remboursement des frais d’optiques qu’autre chose… 😉

Advertisements

53 réflexions au sujet de « Perçage des oreilles et respect du corps de nos enfants »

  1. Mais tellement d’accord encore une fois. Je ne comprends même pas le concept, à vrai dire! Infliger une blessure et une douleur à un bébé, sans parler des soins qui durent un certain temps, simplement pour une question d’esthétique, WTF?
    Pour ma fille aînée, ça a été son cadeau de 11 ans, à sa demande (et chez un pierceur pour avoir un trou bien propre et pas un déchiquetage par un pistolet non hygiénique). Ma 8 ans le réclame aussi mais j’attends qu’elle soit un peu plus grande pour faire ses choix et qu’elle soit capable de s’occuper en autonomie des soins.
    Et pour le confort, ma 8 ans ne veut porter que des leggings depuis qu’elle a 5 ans et je la comprends tellement!

    Aimé par 2 people

    1. Ma fille n’a que 2 ans mais on commence à me demander quand je vais lui faire percer les oreilles. Comme toi, j’attendrais que la décision vienne d’elle et ça sera chez un pierceur.
      J’ai moi même les oreilles percés (vers 4 ans je crois, je m’en souvient) sauf que c’était chez un bijoutier et le deux trou ne sont pas complètement en face à chaque oreille du coup je bute à chaque fois pour mettre des boucles d’oreilles et je ne supporte que l’or. Super pratique !

      Aimé par 1 personne

  2. Haha le coup de la mutuelle pourrie de chez Franprix (avec mon conjoint on a d’ailleurs passé 1h hier soir à regarder si sa mutuelle d’entreprise était plus intéressante que nos mutuelles perso : chouette soirée, lol).
    Je n’ai aucun souvenir de mes oreilles percées, mais je me souviens que mes soeurs ont eu les oreilles percées vers 3-4 ans, j’étais là, et elles n’ont pas eu mal. Le lobe ne contient pas de cartilage. Perco, j’aime bien mettre des boucles d’oreilles, mais de part mon travail je dois les enlever, donc je n’en mets quasiment plus.

    J’habite à l’île de la Réunion, ici les bébés filles ont quasiment toutes les oreilles percées. Alors tu imagines bien que ma ptite de 10 mois que je n’habille pas forcément en rose, qui a un cosy bleu et les cheveux courts a droit (très-trop) régulièrement à : « qu’est-ce qu’IL est mignon » – « c’est une fille » – « ah mais pourquoi vous ne lui avez pas percé les oreilles ? » – « ben, y a rien d’urgent, non, c’est pas vital ? »
    Alala les préjugés, je pense que c’est inconscient.

    J’ai même une copine qui m’a dit qu’elle regrettait d’avoir fait percer les oreilles de sa fille à 15 mois, parce qu’elle refusait de se laisser manipuler pour le nettoyage et que bébé ça aurait été plus facile…Mouais…

    Je crois beaucoup aux « marques inconscientes de la petite enfance ». Ma fille, depuis une grosse rhino et de multiples lavages de nez subis contre son gré refuse maintenant qu’on s’approche de son nez. Je t’explique même pas le prise de catch que c’était de lui faire de la vento pendant 8 jours à l’inhalateur. On avait pourtant tout essayé : la laisser manipuler l’objet, chanter, approcher doucement, rien à faire. Donc là je me suis rangée du côté de Papa Ours : c’était sa santé. Maintenant que l’inhateur est rangé ça va mieux et elle commence doucement a accepté de jouer à nouveau avec les pipettes de sérum phy, lol.

    J'aime

  3. Je dois dire qu’il m’est déjà arrivé de me demander si je ferrais percer les oreilles de ma fille, si toute foi dame nature m’offre une fille^^ Et j’ai tout de suite ressentie une gêne à cette idée sans vraiment savoir pourquoi. Et puis finalement j’ai réalisée que je ne voulait pas lui infliger la douleur de ce moment au nom de dictacts de beauté venus d’on ne sait d’ou. Alors oui je suis d’accord avec toi entièrement, on donne naissance à un enfant pour le laisser grandir, le regarder devenir un bambin, un enfant et un adulte, lui offrant notre soutient, des clés et un peu de notre sagesse pour qu’ils s’épanouissent et apprennent à savoir qui ils sont et ce qu’ils souhaitent de leur propre chef. Alors, non je ne ferrais pas percer les oreilles de ma fille sans qu’elle ne me le demande.

    Aimé par 1 personne

  4. C’est amusant, ce matin dans le RER j’étais justement en train de réfléchir à un futur article sur la circoncision… (je fais le rapprochement avec les oreilles percées, car à Madagascar d’où la famille de mon mari est originaire, c’est culturellement deux choses que l’on fait aux garçons et aux filles) La question s’est posée pour mon fils, et j’ai du faire quelques études pour savoir quoi en penser. Au final ce qui me gênait dans le fait de circoncire mon enfant, c’était que cela impacte l’intégrité physique de mon fils, de manière irréversible, au prix d’une douleur difficile à mesurer mais réelle (des études ont montrées que les tout petits ayant été circoncis réagissaient beaucoup plus fort et plus vite à une nouvelle douleur que les autres bébés, comme s’il avaient gardé en eux la trace de la douleur ressentie à cette occasion).
    Bon c’est un peu plus « hard » que les oreilles percées, et dans mon cas il n’y avait aucune obligation religieuse, juste une coutume très ancrée, mais dans les deux cas c’est l’adulte qui prend une décision, non vitale pour l’enfant, au nom de sa conception de ce qui fait « fille » ou de ce qui fait « garçon »…enfin bref, cela ne nous viendrait pas à l’esprit de tatouer un nourrisson avec les armes de notre famille, alors les modifications corporelles peuvent très bien attendre que l’enfant, l’ado ou l’adulte soit capable de les désirer par lui même 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour… c’est justement le rapprochement que je faisais de mon côté aussi. .. enceinte du deuxième garçon métisse malgache, le grand frère vient de prendre 2 ans…
      Je tenais absolument à le faire et nous allons prochainement nous renseigner pour l’envisager sur les beaux jours (phase de cicatrisation sera plus facile à gerer), mais de plus en plus j’hésite entre le fait de le faire maintenant car l’organe concerné grandit, inévitablement, et le laisser plus tard décider lui même de le faire c’est l’exposer à une souffrance plus grande assurée (son papa malade enfant n’avait pas pu le faire la bas, en France depuis l’adolescence cela était un manque culturel pour lui, il l’a fait à 30 ans et à bien morflé, à choisir il aurait préféré avoir pu le faire petit…)
      mais d’un autre côté je crains de l’exposer si tôt et sans réelle obligation au milieu médical (anesthesie générale. … bloc opératoire. ..)
      Le métier de parent est décidément bien difficile… 😦

      Aimé par 2 people

      1. Je suis confrontée aux mêmes interrogations, ton futur article sur la circoncision m’intéresse grandement. Mon mari est marocain, mon fils a un an et demi, ce n’est pas uniquement une coutume ou une tradition mais cela a aussi un aspect plus ou moins religieux. Ce qui me gène le plus, c’est de devoir prendre la décision pour mon fils alors que c’est son corps et en même temps comme dit Yange, la douleur est moindre si on le fait enfant plutôt qu’adulte même si elle existe. C’est très difficile, il y a tellement d’avis partagé sur la question. Et en même temps, pour mon mari et ma belle famille, la question ne se pose pas et il est préférable de le faire petit. Et de mon côté, ça m’angoisse, je ne suis pas à l’aise avec le sujet, je manque de connaissance et j’ai plutôt tendance à repousser l’échéance, il faut dire aussi que je ne suis pas non plus à l’aise avec le milieu hospitalier, le sang, la douleur… je m’évanouis facilement… et j’ai vraiment peur de laisser mon fils se faire opérer.

        Aimé par 2 people

      2. Bonsoir Lisa! Je vais essayer de le finir vite alors cet article, même si personnellement, l’aspect religieux n’a pas pesé dans la balance, car à Madagascar c’est surtout culturel.
        Disons que j’étais assez neutre au début sur le sujet, ni pour ni contre, et même assez décidé à faire ce petit compromis pour mon mari (qui en a fait de grand dans notre mariage)
        Et puis je me suis rendu compte que le compromis concernait mon fils, son corps. Pas le mien.
        Que la circoncision était douloureuse (sur le coup), et irréversible. Et même si c’est une opération de routine maintenant, une anesthésie générale, ce n’est jamais anodin.
        Du coup, que si on le faisait, fallait vraiment avoir de bonnes raisons. J’ai alors listé tous les arguments qu’on entends le plus « pour » la circoncision, autre que religieux (plus hygiénique, plus esthétique, importance pour le petit garçon d’avoir le même pénis que son papa, protection accrue contre le sida, aspect culturel malgache et signification de cet acte, etc…) et je suis partie à la pèche aux infos….et… ben je te spoil la conclusion à laquelle je suis arrivée: je ne supporterai pas qu’on touche à un cheveux de mon fils, alors hors de question qu’on lui découpe un bout de peau.
        Et si c’est important pour lui, il pourra toujours le faire plus tard, mais si à l’inverse il ne s’identifie pas à ce que vous avez choisi pour lui eh bien… ce sera inscrit à jamais dans son intimité.

        Après il ne faut pas sous-estimer la question de l’appartenance culturelle, ainsi que la signification religieuse. Cela doit peser aussi dans la balance 🙂 Mon mari n’est pas attaché plus que cela à Madagascar (il y est allé 3 fois) , il ne parle même pas la langue, est né en France, à épousé une Bourguignonne… donc pas forcément le même poids que si ton mari est croyant!

        Bon courage en tout cas, prenez bien le temps de la décision: il sera toujours temps de le faire si vous le choisissez, alors que si vous regrettez eh ben ce sera trop tard 🙂

        Aimé par 1 personne

      3. Bonsoir Yange…je vais essayer de me motiver pour finir l’article car je me suis vraiment plongé dans la signification spécifique culturelle malgache, où effectivement là bas, 99,% des garçons le sont (j’ai même entendu que certaines écoles refusaient les enfants non circoncis…)
        Le manque culturel est effectivement à envisager, mais d’autre part, il pourra toujours le faire plus tard si, comme ton mari, cela lui manque (ce que je peux tout à fait comprendre!) même si c’est vrai, il aura sûrement très mal… mais au moins ce sera une vraie démarche.
        D’autre part, si à l’inverse il ne se sent pas proche de la culture malgache, il pourra toujours regretter votre choix mais.. ne pourra absolument rien y changer…
        Disons que si ça lui manque il pourra toujours le faire plus tard, alors qu’à l’inverse, la circoncision est irréversible… moi c’est vraiment l’argument qui m’a bloqué. Même si quand on fait un mariage mixte on sait qu’il y aura des concessions, faire une concession dont seul mon fils aura à porter le poids, cela me paraissait trop.
        Mais l’importance de ce que ça représente pour le papa est aussi vraiment à prendre en compte! Posez vous la question: qu’est ce qu’on veut pour notre enfant? quel est son bien? Peut-il être proche de cette culture sans être circoncis? (visiblement oui 😉 ) A l’inverse, s’il nous reproche notre choix, quels seront nos arguments? sauront nous défendre notre choix?
        Bon courage 😀 (et félicitations pour le petit deuxième!!)

        Aimé par 1 personne

  5. J’ai eu un peu la même réflexion que toi, et je ne vois aucune raison de faire percer les oreilles de ma fille avant qu’elle ne me le réclame. Mais je crois qu’il faut pousser un peu plus loin encore.
    Un piercing, ça reste une modification corporelle permanente. Mineure, certes, et plutôt discrète si on ne porte pas de bijoux, mais quand même. Alors à partir de quel âge, quel degré de maturité estime-t-on qu’un enfant puisse bien mesurer ça ?

    Pour les oreilles des filles, c’est tellement omniprésent dans nos cultures que ça ne semble pas trop risqué de le faire dès que l’enfant le demande et est capable de faire les soins.
    Mais si c’est un petit garçon qui demande à se faire percer les oreilles à 10 ans, tient-on le même raisonnement ? Ou si c’est le nez, l’arcade, ou autre, que l’enfant veut se faire percer ?

    Heureusement, ma fille n’a que 20 mois, donc j’ai encore le temps de réfléchir à tout ça 🙂 mais c’est pas évident, je trouve !

    Aimé par 1 personne

    1. Ma maman avait arbitrairement décidé que nous ferions ce que nous voulions avec nos oreilles et notre peau à partir de la majorité. Donc pas de tatouages ni de piercing avant 18 ans… par contre pour choisir nos coupes et couleurs de cheveux, c’était un compromis beaucoup plus tôt, on pouvait demander une coupe qui nous plaisait dès qu’on avait un avis là dessus (vers 7 ou 8 ans de mémoire)… J’ai réclamé des mèches blondes vers 14 ans, et il n’y a eu aucun problèmes (enfin bon, si, c’était affreux, mais ça c’est un autre problème!!!)

      Aimé par 1 personne

      1. Ca peut être un bon compromis, oui, de laisser libre cours sur les cheveux qui sont par nature temporaires ! J’ai pensé aussi à la limite des 18 ans, simplement ça me semble un peu arbitraire. Faudra que je réfléchisse encore un peu 🙂

        Aimé par 2 people

  6. Personnellement ma mère m’a emmenée me faire percer les oreilles à l’âge de 8 ans à ma demande et je n’ai jamais regretté. Avant d’être enceinte, je me disais que si un jour j’avais une fille je lui ferais percé les oreilles le plus tôt possible, je ne sais même pas pourquoi j’avais ça en tête ! Et quand bébé crapulette est arrivée je me suis très vite sentie mal à cette idée: il était hors de question pour moi de faire mal volontairement à mon bébé ! Certes quelqu’un a dit ici que le lobe ne contient pas de cartilage, cependant je me rappelle très bien la brûlure que l’on ressent lors du perçage et après, et quand bien même elle n’en aurait pas le souvenirs, la douleur elle sera bien réelle à l’instant T. Papa lui était pour le perçage et bébé crapulette a eu des boucles en cadeau à son Baptême, mais jusqu’ici il n’a pas remis le sujet sur le tapis et moi je me garde bien d’en reparler !!

    Aimé par 1 personne

  7. De mon côté, je pense reproduire ce que ma mère a fait avec moi à ce niveau (bon, pour d’autres raisons) : pas de piercing avant son adolescence, qu’elle puisse vraiment faire un choix éclairé. Il faut dire que je suis assez opposé à toutes les fanfreluches que l’on impose maintenant aux filles… Bon, en même temps, ma puce n’a que 4.5 mois, on verra dans quelques années.

    Aimé par 1 personne

  8. Héhé, j’a bien rit avec cette histoire de mutuelle !
    Je suis d’accord avec toi, même si une petite partie de moi reste encore sur le « pffff, qu’est ce qu’on se prend la tête avec des petites choses pareil »
    Ba oui, je remets tellement de choses en questions sur l’éducation que parfois j’en suis fatiguée…et tu contribues grandement à celle-ci (je sais pas si je dois te remercier ou non 😉 )
    Toujours est il que la mienne est traumatisée également du thermomètre dans les fesses donc c’est pas demain que je lui percerais les oreilles !
    Elle entendra encore longtemps « boy or girl? » « giiirrrllll, haaaa..avec un air dubitatif »

    Aimé par 1 personne

    1. LOL je suis d’accord quand on commence à vraiment réfléchir à l’éducatin de nos enfants, on a l’impresion qu’en fait on ne fait que ça !! ^^ C’est parfois fatiguant mais c’est nécessaire je pense 🙂

      J'aime

  9. en fait personnellement les oreilles percées pour le BB je n’y avais même jamais pensé et lorsque j’en vois cela me fait tout simplement halluciner. Non qu’il s’agisse de douleur (même si j’entends bien votre raisonnement ) mais surtout c’est l’apanage d’une jeune fille voire d’une femme et non d’un BB. Quant au thermomètre mais tellement tellement d’accord !

    Aimé par 1 personne

  10. Bonjour,
    Moi non plus l’idée ne m’aurai jamais traversé l’esprit… Percer les oreilles à un bébé.
    Non, mais en plus c’est génial pour le risque d’infection *sarcasme*.
    Perso, j’ai choisi, à 8 ans de me faire percer les oreilles. Ma petite soeur en a voulu à 6 ans et maman lui a conseillé d’attendre d’être un peu plus grande.

    Sinon, pareil que toi, c’est toujours super galère les soins (en particulier mouche-bébé), je n’ai toujours pas trouvé de solution. Si vous en avez, je suis preneuse 😉

    En revanche le thermomètre, je te recommande d’en prendre un sans contact (infrarouge)… C’est ce que j’utilise depuis sa naissance, et à la crèche ils utilisent également ça.
    J’en ai également un « classique » en cas de grosse montée de fièvre et si je veux plus de précision => mais pour le moment il ne m’a jamais servi.
    Si ça peut t’épargner 5 minutes de galère ou de « torture » ben c’est toujours bon à prendre, non?

    Bonne journée =)

    Aimé par 1 personne

    1. Merci 🙂 Oui on utilise aussi un thermoflash mas pareil, quand parfois j’aimerais que ce soit plus précis j’ai fait des tentatives au rectal car on m’a dit qu’il n’y avait rien de plus fiable. Mais tant pis, on se passera de la précision et on se fiera aux autres signes !

      J'aime

  11. Déjà, quand on prend du recul sur l’acte de faire percer les oreilles en général, ça reste du piercing. Mais c’est devenu tellement commun que ça ne choque plus personne que l’on autorise ce piercing à des enfants alors que pour les autres piercings, ils doivent être majeurs ou avoir le consentement des parents (à partir de 16 ans). La preuve c’est que le perçage d’oreille est le seul piercing qui se pratique en dehors de chez le pierceur, chez un bijoutier ! Or, on sait que le perçage à coup de pistolet est hyper mauvais parce que cela écrase les chairs au lieu de les percer proprement et en plus ce n’est absolument pas hygiénique puisque le même pistolet est utilisé pour tout le monde, sans décontamination …

    Future maman tatouée et plusieurs fois percée (depuis ces 3 ans pour les oreilles), pour moi il est important que l’enfant comprenne qu’un piercing n’est pas un acte anodin car cela entraine une certaine douleur, que cela demande des soins et que c’est définitif.
    Je ne parle même pas des réflexions sur le fait que « c’est une fille, donc elle doit avoir des boucles d’oreilles », parce que c’est un autre débat et ce genre de stéréotype m’épuise au plus haut point !

    Aimé par 1 personne

  12. J’en veux encore à ma mère de m’avoir percé les oreilles vers un an. Elle l’a fait elle-même avec un pistolet emprunté à mon oncle, qui, à l’époque, était VRP et vendait des bijoux et du maquillage. La voisine m’a apparemment tenue avec force car après une oreille, je n’ai pas voulu me laisser percer la deuxième sans lutter. Preuve que ça fait mal! Je ne sais plus qui dans tes commentaires « y’a pas de cartilage, on sent rien » euh, si tu te touches le lobe, tu le sens non?! Si tu te le pinces, tu le sens? Bah donc tu peux avoir mal.
    Non seulement je n’ai pas choisi ces trous (et aujourd’hui je ne supporte plus rien dans mes oreilles, 5 minutes et même l’acier chirurgical me démange) mais en plus, les trous ne sont pas au même endroit sur mes deux oreilles vu que ça n’a pas été fait par un pro, donc j’ai toujours eu une boucle d’oreille plus basse que l’autre…

    J'aime

    1. Oh c’est triste ça… 😦 ça ne se rebouche pas les trou à cet endroit là au bout d’un moment? (j’ai une amie qui n’avait pas porté de boucles d’oreilles pendant longtemps et qui ne pouvait plus les mettre du coup…)

      J'aime

    2. Bonsoir Aurore !

      Tu devrais relire (correctement) mon commentaire parce que j’ai dit : Mes soeurs n’ont pas eu mal pendant leur piercing d’oreilles POINT Le lobe n’a pas de cartilage.

      Quoi qu’il en soit, la douleur est subjective, je pique des nouveaux-nés tous les jours (avec des techniques pour qu’ils n’aient pas mal) et ils ne réagissent pas tous de la même façon.

      Sans vouloir paraphraser Maman poule, mais je pense que le fond de l’article n’était pas tellement « le piercing aux oreilles est une torture pour l’enfant » mais plutôt « laissons à nos enfants le droit de disposer de leur corps ».

      J'aime

      1. en même temps ,tu n’étais pas à leurs places… parler de la douleur/de l’absence de douleur de quelque d’autre… douleur =/= pleurs,cris ,on peut aussi être sidéré(e) ou serrer les poings et « faire la(le) fièr(e) » ensuite…

        J'aime

  13. Ma sœur m’a relaté la même anecdote en Espagne : là-bas, apparemment, on perce les oreilles des bébés filles quasi systématiquement. Ma sœur n’ayant pas fait percer celles de sa fille, on lui faisait régulièrement la même remarque : les gens croyaient que c’était un garçon. Cet employé était peut-être d’une autre culture ?

    Aimé par 1 personne

  14. Tout à fait d’accord avec toi ! Elle demandera bien assez tôt… Et même adulte… On ne se souvient pas de la douleur du percage, faut pas déconner.

    Au fait, un conseil : les salons de tatouage/piercing, c’est achement mieux que les bijouteries. Matériel stérile, démarche explicative, toussa…

    Aimé par 1 personne

  15. bonjour perso j ai 4 enfants les 2 filles ont des boucles d oreilles et aucune des 2 n as pleuré quand ont leurs as fait bien sur j avais mis de l emla avant et ma grande ne regrette absolument pas que je lui ai fait et qu elle avait que 2 mois

    J'aime

  16. Bon ok j’ai deux garçons et je respecte le choix de chacune mais ça ne me viendrait pas du tout à l’esprit de faire percer les oreilles d’une petite (et encore moins d’une toute petite) fille…

    Aimé par 1 personne

  17. je suis tout à fait d’accord en ce qui concerne les BO qui sont un accessoire et pas indispensables. en revanche pour tout ce qui est santé, bien que respectant entièrement le corps de mon enfant, je ne transige pas. j’explique avant de mettre le suppositoire, je réconforte après, mais je ne demande pas son avis…

    Aimé par 1 personne

  18. Je suis totalement d’accord ! Ça rejoint la question du consentement, qui est fondamentale. Pour nous parents, c’est respecter cette notion importante, et par là même, la leur apprendre dès tout petit. On a fait de même pour la circoncision. On hésitait, et finalement, on lui proposera quand il sera assez grand pour choisir pour lui-même. On a pas voulu prendre cette décision à sa place, surtout pour une modification physique aussi importante.

    Aimé par 1 personne

  19. Ah… les boucles d’oreilles… gros débat culturel… ma belle-mère est espagnole, et effectivement là-bas c’est normal de percer les oreilles des petites… la preuve, elle m’a demandé à la maternité si ils le faisaient à l’hôpital ou si on devait l’organiser nous…. 😱 Je m’attendais à la question, mais pas à ce point!!! Enfin bref je lui ai expliqué qu’ici ça ne se faisait pas automatiquement, que moi je l’ai fait vers 10 ans à ma demande et que je voulais que ce soit la même chose pour ma petite puce… je lui ai aussi expliqué que ça faisait mal (je m’en souviens) et que ça faisait aussi mal à un bébé, donc pas question! Elle ne m’en a pas reparlé, j’espère qu’elle a compris et ne reviendra pas sur le sujet (et surtout ne lui fera pas les trous dans mon dos… mais je ne crois pas qu’elle oserait… enfin j’espère! )

    Aimé par 1 personne

  20. Ça me choque aussi les enfants aux oreilles percées. Dans le genre « laissons nos enfants décider », hier j’ai emmené Zozio chez la coiffeuse car il s’était plaint que ses cheveux viennent trop devant ses yeux. Ben elle ME demandait comment il fallait couper… alors je répétais les questions à l’attention de Zozio et le laissait répondre (quitte à reformuler certains termes pour être sûre qu’on se comprenne bien – encore que, moi-même je parle pas très bien le langage coiffeur).

    Aimé par 1 personne

  21. je trouve ça mais tellement profondément débile…
    D’abord pour toutes les raisons que tu évoques, et ensuite parce que moi petite j’ai arraché mes deux boucles d »oreilles et je les ai avalé ! Urgences, radio, surveillance des selles etc… merveilleux quoi ! Et tu sais quoi ? Ma cousine avait fait pareil elle a écopé d’une belle plaie au lobe !

    Alors bon ok pour moi la question ne se pose pas j’ai un petit garçon, mais au delà de l’aspect complètement inutile de la chose, c’est dangereux !!!!!
    (et je ne parle même pas de la façon dont c’est fait, la plupart du temps chez un bijoutier, dont les outils ne peuvent pas être totalement stérilisés, [demandez à votre bijoutier s’il a un autoclave « un auto-QUOI ? » ] alors que chez un pierceur oui).

    Aimé par 2 people

  22. Alors dans ma famille, culturellement c’était mal vu de se faire percer les oreilles, même pour une fille, donc le débat ne s’est jamais posé… jusqu’au jour où on a déménagé au Mexique, où là toutes les filles ont les oreilles percées à la naissance (il y a un service spécial à la mater pour ça !) Et là forcément j’ai voulu avoir les oreilles percées, j’enviais mes amies qui portaient de jolies boucles d’oreilles, d’autant qu’il y a un bel artisanat dans ce pays, bref… je me les suis faites percer à 15 ans sans avertir ma mère, qui n’a finalement pas bronché d’ailleurs ! Mais hors de question que j’impose ça à mes filles avant qu’elles aient l’âge suffisant pour le choisir d’elles-mêmes (du coup j’ai l’âge de 15 ans comme référence) et je te suis complètement sur le respect du corps et de l’intimité de nos enfants. D’ailleurs ça vaut aussi pour la publication de photos d’eux sur internet et je te félicite de choisir des photos qui ne montrent pas trop ta fille 😉

    Aimé par 1 personne

  23. Ah cette question des oreilles percées. Autant bébé ça me « choque » autant plus grand un peu moins.
    Ma fille s’est fait percer les oreilles à environ 4 ans. Au départ, je n’étais pas trop pour mais sans vraiment savoir pourquoi. J’ai finalement accepté l’idée (ou pas). Après avoir demandé des avis. Maintenant je regrette. Il ne s’est passé que quelques mois entre les 2. Et ça ne fait que quelques mois (elle a un peu plus de 4 ans et demi). Je suis d’autant plus embêtée et enragée contre moi même, que sur une des ses oreilles, elle a souffert dès le début (douleur et saignement), l’arrière s’est détaché, perdu. On a remis. Retombé, Re-douleur. Maintenant ça fait quelques temps qu’elle n’a plus qu’une boucle d’oreille. L’autre s’étant bouché. Ca fait moche, mais je n’arrive pas à me résoudre si je dois l’enlever et qu’elle se bouche ou refaire percer l’autre.
    Si quelqu’un à des conseils.

    Aimé par 1 personne

  24. Même son de cloche ici: pas avant qu’elle le demande, et chez un pierceur. Elle a commencé à réclamer à 3 ans, on a attendu de voir si c’était une lubie ou quelque chose de sérieux. Elle a continué à demander régulièrement, et on a décidé avec elle que ce serait un de ses cadeaux d’anniversaire pour ses 4 ans. Elle était super contente, motivée. On lui a mis de l’EMLA, qui n’a pas fonctionné. Premier trou: pleurs. La pierceuse lui a demandé si elle voulait quand même faire le deuxième, elle a serré les dents et a dit oui (sans pression de notre part). 3 semaines après, d’infection en infection, on ne pouvait plus lui toucher les oreilles pour les soins, elle hurlait dès qu’elle passait la tête dans un col en s’habillant, on a décidé de lui enlever. Sauf qu’elle portait des dormeuses, impossible de lui enlever celle qui était infectée. On a coupé la boucle à la pince…et ma fille a décrété qu’elle ne se ferait plus jamais repercer les oreilles.

    J'aime

  25. Comme je suis d’accord avec toi ! Bon de mon côté pour l’instant je ne suis pas embêtée avec un petit garçon 😉 Mais si un jour j’ai une fille, elle aura les oreilles percées quand elle le demandera… C’est comme ça que mes parents ont fait avec moi. J’ai eu les oreilles percées à 6 ans et c’était mon désir, j’en garde un bon souvenir.
    Merci pour cet article !

    Aimé par 1 personne

  26. Bonjour à toutes(tous?)

    En effet je suis d’accord avec beaucoup d’entre vous, et merci à Maman Poule pour cet article (que personne ne t’as demandé, mais qui semble créer le débat tout de même!).
    Pour ma part, le papa de ma fille est chilien et comme certaines l’ont déjà dit pour l’Espagne, le perçage des oreilles se fait à la maternité (hein??!!) ce que j’ai découvert après notre première conversation Skype avec la famille au Chili. J’ai gentiment répondu que je n’avais pas trouvé de chaussures à talons taille 17 ou de maquillage spécial bébé à base de liniment pour aller avec les boucles d’oreilles.. (après coup je me dis que ce n’était peut-être pas une très très bonne idée comme réponse.. je crains le prochain colis-« cadeau empoisonné »!).
    T’imagines, je lui fais un joli tatouage « je t’aime maman » sur le bras..! elle sera contente, quand elle sera grande puisqu’elle ne se souviendra de rien…

    Bref, je voulais en fait vous poser une autre question en rapport (plus ou moins) avec le sujet de cet article.
    Ma fille a presque 3 mois, et nous avons eu droit à la visite dans tout l’entourage familial (merci les fêtes de noël juste après l’accouchement…). Et bizarrement, je ne suis pas tout à fait à l’aise avec la question du change en présence ou fait part « des étrangers » (autres que papa, maman et grands-parents quoi). Je m’explique:
    Pourquoi, sous prétexte que « ce n’est qu’un bébé » et « qu’on connait tous ça », le monde entier pourrait changer ma fille, lui donner son bain et donc lui toucher les parties génitales ? N’est-ce pas également son intimité à elle ? N’est-ce pas à moi de protéger cette intimité ? (dans la limite du raisonnable hein… faire porter un bikini à une gosse de 3 ans c’est autre chose…!)
    Pourquoi est-ce que tous ceux qui trouvent que « les bébés c’est troooop mignonononons » auraient-ils le droit de fourrer leur nez n’importe où (au sens figuré hein.. ) pour combler leur désir refoulé de jouer avec des poupées ?
    Moi aujourd’hui, je suis pas méga à l’aise à me dire que tonton-truc-nuche et que bidule-le-pote-de-papa m’ait vu et manipulé à woual-pé quand j’étais petite (même s’ils n’avaient absolument aucune mauvaise intention bien sûr).

    Bon, je sais pas si je suis un peu tarée genre PERSONNE TOUCHE A MA FILLE!! ou si certaines d’entre vous ressentent ou ont ressenti la même chose ?

    Merci merci !

    J'aime

  27. Ici, Papa a dit « non, non, non » pour les oreilles percées, donc chaque fois qu’on me fait la remarque (la grande va avoir 4 ans), j’ai la porte de sortie facile « son papa ne veut pas » 😉

    La fin de ton article m’a fait sourire, et interpellée en même temps: et si tu avais eu 15 ans, elle aurait fait quoi? Elle t’aurait sermonnée? Elle aurait médit avec ses collègues/amis/famille (« quand même, le gosse avec une mère si jeune…)..; Bref, une remarque pleine de bienveillance! (même si j’avoue que si on me l’avait faite, j’aurais été flattée ;-))

    Aimé par 1 personne

  28. Ma petite a 11 mois et depuis qu’elle a 2 heures de vie, sa grand-mère (ma belle mere) me harcele sur le perçage de ses oreilles ! Donc je lui réponds (le plus gentiment possible mais ça commence à me fatiguer serieux) que c’est comme la religion, elle choisira quand elle sera en âge d’y réfléchir. Et que moi je me suis fait percer les oreilles à 27 ans (oui… j’ai bien pris le temps d’y réfléchir ^^)

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s