Maternage & Parentalité positive·VDM (Vie de Mum)

Une autre façon de manger… [Diversification Menée par l’Enfant]

[Attention, ceci est un pavé, mais un pavé qui te concerne si tu es maman ou future maman et que l’alimentation de ton enfant t’intéresse et que tu souhaites qu’il soit un enfant épanoui culinairement… Voilà, maintenant c’est toi qui vois 😉 ]

Bébé Carrousel a un bébé très joyeux et beaucoup de choses suscitent son enthousiasme : aller crapahuter sur le balcon ou faire du toboggan au parc, lire un livre, jouer à se cacher, mettre ses index dans nos trous de nez, recracher en jet l’eau qu’elle vient de boire sur une maman qui vient de s’habiller pour sortir …

Mais ce qui lui plait le plus au monde et déclenche systématiquement son hystérie, c’est manger. On a à peine le temps de lui dire, « tu viens, on va manger ? » qu’elle a déjà balancé par-dessus son épaule tous ses jouets et qu’elle nous attend sous son siège de table en poussant des cris de putois. Et je ne vous parle même pas du biberon du matin… Chaque jour, on tente de la recoucher avec nous lorsqu’elle se réveille aux aurores, chaque jour ça marche pendant 45 secondes (45 secondes de merveilleux bonheur, puisqu’elle nous attrape par le cou ou nous embrasse puis ferme ses petits yeux, de sorte qu’on croit que le miracle va se produire… mais non.) et chaque jour ça se termine par des cris stridents dans nos oreilles mal réveillées, son index pointé vers la porte, l’air de dire « va, esclave, ce biberon ne va pas se faire tout seul ! ». C’est bien simple, cette enfant mange 8 fois par jour ; lors de ses repas, et chaque fois qu’elle nous voit manger ou passer à table. Voilà pourquoi, si vous êtes chez nous vers 19h, vous pourrez trouver Papa Ours planqué dans les chiottes en train de bouloter en cachette des cookies industriels et autre soda en rentrant du boulot. #EMP

 Cette longue introduction pour vous parler aujourd’hui diversification alimentaire, l’un des sujets phare de la première année de vie d’un enfant, et plus particulièrement d’une façon de faire un peu spéciale qu’est la DME.

image

La DME, kesko ?

Petit flashback.

Bébé Carrousel a 5 mois et je commence à penser à la diversification. Comme je suis une fille un peu à l’arrache, pas stressée pour un sous et qui prend la vie comme elle vient, je prends RDV avec une puéricultrice pour qu’elle vienne à la maison nous expliquer pendant 2 heures comment faire, en long, en large et en travers, dans quel ordre, quelles quantités et tout et tout.

J’en ressors pas mal d’informations intéressantes, quelle que soit la méthode de diversification que vous choisirez :

–       Les dernières études montrent qu’il y a une fenêtre de tolérance pour introduire les aliments entre 4 et 7 ou 8 mois, qui permet de limiter les réactions allergiques. Ce qui fait que l’on n’attend plus, comme avant, que l’enfant ait un an pour introduire certains aliments : on introduit tout, dès le début de la diversification ! Par exemple avant, on attendait pour le jaune de l’œuf…  Aujourd’hui, on introduit le blanc et le jaune en même temps. Bref, retenez en synthèse qu’il n’y a plus à attendre un certain âge selon les aliments ; tout peut être introduit dès le début de la diversification.

 

–       Par ailleurs, ce sont ces mêmes études qui justifient qu’aujourd’hui on propose la diversification à partir des 4 mois de l’enfant. Cependant, les opinions divergent sur le sujet et il me semble que, d’une part la maturité du système digestif n’est pas atteinte à 4 mois et que d’autre part à cet âge là les enfants ne sont pas encore très intéressés par les solides… Dans tous les cas, ce n’est pas une question nutritionnelle car le lait, en particulier en cas d’allaitement au sein, est largement suffisant jusqu’à 6 mois minimum. Si vous avez un terrain allergique dans la famille, ça peut valoir le coup de commencer la diversification un peu avant les 6 mois de l’enfant pour avoir le temps de tout introduire d’ici les 7/8 mois. Sinon,vous pouvez largement attendre 6 mois, voire attendre que votre enfant manifeste son intérêt pour vos repas. Si vous commencez avant les 6 mois de l’enfant, n’introduisez que les fruits et les légumes et attendez 6 mois pour les féculents et les protéines (viande, poissons, œufs ou protéines végétale).

 

–       En revanche, pour bien détecter les éventuelles réactions allergiques, il ne faut introduire qu’un aliment nouveau à la fois et le faire sur le repas de midi. Dans les cas de réaction les plus sévères, l’enfant peut faire un odème de Quincke, donc mieux vaut que ce soit en journée !

 
–       Pour apprivoiser les goûts et développer les papilles c’est également mieux de proposer les aliments séparément ; aux purées mélangées, préférez une seule saveur à la fois, particulièrement chaque fois que vous introduisez un nouvel aliment.

 

En pratique, voilà comment nous avons introduit les aliments au début de la diversification :

J1 : 1 cuillère d’aliment A

J2 : 2-3 cuillères d’aliment A

J3 : 1 cuillère d’aliment B + une purée d’aliment A

J4 : 2-3 cuillères d’aliment B + une purée d’aliment A

J5 : 1 cuillère d’aliment C + une purée d’aliment B

Et ainsi de suite…

 

Du côté des quantités, il faut retenir :

–       Que les quantités vont évoluer progressivement. Un bébé de 4 mois ne prendra jamais (enfin, rarement !!!) l’équivalent d’un pot du commerce dès son 1er repas ! Ni même pour son 2eme… Il ne faut jamais jamais jamais forcer. En diversification alimentaire, le maître mot c’est proposer. Pour certains enfants, ça ira très vite et d’autres ne seront pas intéressés avant longtemps !

 

–       A partir du moment où les féculents et les protéines sont introduits, l’assiette de l’enfant évolue (selon son rythme !) vers environ ces quantités :

* 10 g de protéine (10g/jour/année d’âge de l’enfant) soit environ ¼ d’œuf ou 1/10 ème de steak !
* 30 g de féculent
* Environ 150 g de légumes
* N’oublions pas les bonnes matières grasses, très importantes pour le développement du cerveau : une cuillère à café de bonne huile bio de première pression à froid, de préférence !

 

–       A partir de 8 ou 9 mois, on peut introduire un repas solide le soir et diminuer la quantité de lait, si on le souhaite. Dans ce cas-là, le repas du soir devra être composé seulement de légumes et de féculent si l’enfant a déjà eu des protéines et des matières grasses à midi.

Encore une fois, jusqu’à au moins un an le lait reste la base de l’alimentation et les solides ne sont là que pour initier bébé à la nourriture… Alors pas de stress ni de panique par rapport aux quantités, l’important c’est le plaisir de la découverte !

 

Je reviens à mon cours accéléré d’alimentation infantile. Alors que la puericultrice m’avait bien expliqué tout cela, que j’avais consciencieusement pris des notes dans mon cahier (qui n’avait pas de protège cahier mais quand même une belle première page de garde avec écrit « Bébé Carrousel » dessus…), la puéricultrice me dit « Est-ce que vous connaissez la DME ? ».

Yeux de merlan frits, ben non, c’est quoi ?

La Diversification Menée par l’Enfant ou « diversification consciente » ou encore « diversification autonome » c’est :

–       Ne jamais proposer de purée ou d’aliments mixés aux enfants, mais directement de gros morceaux (de la taille de son poing environ) bien cuits (donc bien fondants) ;

–       De mettre ces morceaux à disposition de l’enfant, pour qu’il vienne lui-même les piocher, généralement à la main ;

–       De laisser l’enfant disposer, choisir ce qu’il va manger et comment il va manger.

image

Le résultat ?

Un carnage intégral au sol, sur ses vêtements et dans vos cheveux ^^.

Blague à part, l’idée derrière cette façon de faire, c’est que :

–       Depuis sa naissance, l’enfant sait très bien reconnaître et gérer ses besoins physiologiques, qu’il s’agisse du sommeil, de la faim ou de la soif. Les mamans qui allaitent apprennent généralement rapidement à faire confiance à leur bébé au niveau de l’alimentation, puisqu’elles ne peuvent contrôler les quantités ingérées par leur bébé. La DME, c’est un peu le prolongement de l’allaitement en ce sens, c’est continuer de faire confiance à son enfant pour son alimentation et se contenter de proposer.

 

–       Le parent doit faire son maximum pour développer l’autonomie et la curiosité de son enfant et le laisser maitre des choses qui ne concernent que lui. Avec la DME, on place l’enfant en acteur de ses repas, il mange « seul » dès le début et n’est pas tributaire du rythme des cuillères de son parent.

 

–       L’alimentation est avant tout un plaisir et une découverte, un éveil des sens. Quand on propose des purées lisses, on n’offre qu’une seule texture à son enfant et on lui donne une vision « biaisée de l’alimentation ». De même si on propose des purées dans lesquelles tous les aliments sont mélangés, légumes, féculents, protéines… Ca ne ressemble en rien à ce que nous mangeons et au plaisir que nous, adultes, éprouvons à manger !

 

En pratique

–       Pour commencer, il faut attendre :

o   Au mois les 6 mois de l’enfant

o   Qu’il sache se tenir assis

o   Qu’il sache attraper

o   Qu’il s’intéresse aux repas et à l’assiette de son entourage

 

Et on fait comment ?

On peut respecter les principes d’introduction généraux énoncés ci-dessus, sauf que les aliments ne sont jamais proposés sous forme de purées, mais de gros morceaux bien cuits. J’insiste sur le fait que les morceaux doivent être vraiment gros : l’enfant doit pouvoir le saisir dans sa main, le sucer, le téter, l’écraser, le mâchouiller… Si les morceaux sont trop petits, non seulement il risque de ne pas réussir à les attraper et se décourager, mais surtout il risque de les avaler tout ronds !

Au départ, il est clair qu’il y aura beaucoup au sol et très peu dans l’estomac. Patience et sérénité, maniaque-mum ! Rome ne s’est pas faite en un jour, manger salement fait partie de l’apprentissage… En plus, c’est plus facile de ramasser des gros morceaux de carottes par terre qu’un bol de purée qui a valsé sur un mur 😉

Pour ma part, je me suis équipée d’un bout de lino que j’ai mis sous le siège de table de Bébé Carrousel, car nous avons du parquet au sol et je garde l’aspirateur branché à côté de la table en permanence. Si tu as du carrelage, tu peux faire l’économie du lino moche et te contenter d’avoir ton aspi à disposition. Oui, c’est chiant de passer l’aspirateur à tous les repas, oui c’est chiant que son bébé s’en foute partout. Personnellement j’ai décidé de me faire violence, parce que c’est plus important pour moi de donner de saines habitudes alimentaires à ma fille que d’avoir un intérieur impeccable.  MAIS parfois ça m’énerve, je l’avoue  🙂

 

Mais il n’a pas de dents ?! Il ne va pas s’étouffer ?

 

Si vous vous lancez dans la DME, apprenez bien la réponse qui suit car cette question vous sera posée environ 726 fois, toujours selon les études du Dr Mapomme menées sur un échantillon représentatif d’un bébé.

Jusqu’à un an, un bébé a un reflexe de régurgitation très prononcé, qui protège l’enfant et l’empêche de s’étouffer. Si l’aliment s’approche trop de la gorge sans avoir été bien mastiqué, l’enfant le recrachera et recommencera le processus.

En pratique, si ça arrive, vous verrez votre bébé avoir des hauts le cœur, devenir un peu rouge … Et les premières fois, il est possible que vous vous mettiez à paniquer à base de « Papa Ours !! Elle s’étouffe !» en agitant inutilement vos bras dans tous les sens. Au bout de quelques secondes, l’objet du délit ressort (un bout de brocolis mal mâchouillé et baveux) et vous avez à peine le temps de pousser un soupir de soulagement que votre bébé en a déjà enfourné un autre, nullement incommodé par cette expérience.

Avec le temps, vous apprenez à vous détendre et à faire confiance… En attendant, soufflez, respirez… Mais restez toujours vigilants !!

Chez nous, c’est ce qui fait que nous avons eu un peu de mal avec la DME et que j’ai fais un mix de méthodes de 5 à 7 mois environ… D’une part, vous le savez, je suis vomitophobe et c’est une vraie lutte entre mon cerveau et mon estomac quand Bébé Carrousel a des hauts le cœur et recrache sa nourriture (« Ne vomis pas, bordel, c’est normal ! » – « Mais c’est dégueu, je ne peux pas lutter !! »). D’autre part, Papa Ours n’était pas totalement convaincu et ne cessait de répéter « Mais tu lui donnes de trop gros bouts !!! » sur le ton du mec qui t’accuse de vouloir étouffer son enfant. Quand Bébé Carrousel recrachait des morceaux, il interprétait ça comme « Tu vois que ça ne passe pas ! » ou « Tu vois qu’elle n’aime pas les morceaux ! ». Régulièrement, il préférait donc lui donner des purées quand il était en charge des repas et me mettait ensuite le doute en me montrant combien elle mangeait bien quand les aliments étaient mixés. Lui, ou ma mère, ma grand-mère, ma belle-mère…

Car apprendre à manger, c’est justement un processus d’apprentissage qui ne se fait pas un jour, et qui effectivement prend du temps et des étapes. D’abord, réussir à attraper les aliments et à la porter dans la bouche (et pas sur la joue, la mèche ou la main de maman qui passait par là). Ensuite, réussir à mâcher et là sachez que bébé peut parfaitement mâcher sans dent, car ce sont ses gencives, aidées par la salive, qui font tout le boulot ! Enfin, réussir à déglutir et à avaler. C’est donc normal qu’un enfant en DME mange « moins bien » que quand on lui donne des purées, car c’est plus difficile, plus long ! Mais c’est un apprentissage qu’il devra de toutes façons faire, et quand on passe d’abord par les purées, on s’expose à la difficulté du passage du mixé aux morceaux…

Par ailleurs, quand l’enfant est habitué à mangé mixé, son réflexe de régurgitation est amoindri donc il y a plus de risque d’étouffement et de fausse route en cas de confrontation aux morceaux… Par extension, un enfant qui est en DME est capable de recracher ce qu’il aura ingéré par erreur et qui n’est pas de la nourriture. On limite donc les risques d’accidents ! Enfin, comme je le disais, il faut se dire qu’au moment de la diversification, le but n’est pas forcément que l’enfant mange de grandes quantités, mais bien qu’il apprenne.

image

Tout ça, je l’ai maintenant bien en tête pour aborder sereinement la DME avec un deuxième bébé, mais il est vrai que pour Bébé Carrousel nous avons fait un mix de méthodes.. Aujourd’hui, elle mange tout comme nous, en gros morceaux, toute seule avec ses doigts (et elle essaye un peu de manier la cuillère ou la fourchette), c’est un vrai régal pour elle comme pour nous  !   🙂

Advertisements

10 réflexions au sujet de « Une autre façon de manger… [Diversification Menée par l’Enfant] »

  1. Merci pour l’article, je commence à m’intéresser au sujet même si j’ai encore un peu de temps devant moi. Mais je me demande bien comment mettre ça en place avec l’assistante maternelle qui s’occupera de notre fils à ses 6 mois. Difficile de lui imposer une méthode qui a l’air un peu contraignante niveau ménage 😀

    J'aime

    1. Effectivement, dès qu’on parle de pédagogie un peu alternative, se pose la question de comment faire quand on fait garder son enfant…
      En premier lieu, je ne sais pas si tu as déjà choisi son assistante maternelle, mais ça peut être un sujet que tu peux aborder dès les entretiens ! Et si tu l’as déjà choisie, n’hésite pas à la recontacter pour lui en parler, savoir si elle connait, si elle est ouverte à cette façon de faire… Normalement, que ce soient les assistantes maternelles ou les auxilliaires en crèche, elles doivent s’adapter à la façon de faire des parents. Mais dans les faits ce n’est pas toujours facile…
      Si oui, tu peux lui proposer de fournir les repas sous cette forme si elle a peur de mal faire, fournir des bavettes-tabliers qui sont très couvrantes (il y en a chez Ikéa), voire une petit bout de lino pour mettre sous la chaise haute…

      Ma fille est rentrée en crèche à 9 mois et j’ai expliqué notre façon de faire à son auxiliaire, mais ça ne collait pas avec la formation qu’elle avait reçu et je n’ai pas voulu imposer trop de chose (déjà que c’était compliqué pour les biberons avec l’allaitement). Et surtout, je l’ai appris plus tard, le chef cuisto de la crèche est un peu colérique donc elle ne voulait pas demander ça pour ma fille vu que tous les autres mangeaient des purées. Pendant environ 3 mois on fait du mixte: à la maison elle était en DME et à la crèche elle avait des purées. J’ai abordé le sujet avec la directrice, qui m’a dit que c’était à eux de s’adapter et depuis ce jour là, ma fille a eu des morceaux à la crèche, mais l’auxilliaire gardait l’habitude de lui donner ses morceaux comme aux autres… Progressivement ma fille a imposé son style en mangeant toute seule et en disant « nan nan nan » quand l’auxiliaire voulait lui donner, et maintenant en gros elle mange toute seule sous sa surveillance. Çà fait beaucoup rire tout le monde, ils n’ont pas l’habitude mais maintenant son auxilliaire est ravie et elle a appris a lui faire confiance.

      Donc une méthode « mixte » est toujours envisageable, même si je me dois de rappeler que donner des purées amoindrit le reflexe de régurgitation qui est à la base de la DME…

      Je te conseille d’en parler à l’assistante maternelle avant toute chose, peut-être de lui faire lire ce billet ? 😉

      N’hésite pas à me dire ce que ça donne !!

      J'aime

  2. Pour ma 1e j’avais entendu parler de la DME mais je suis moins appliquée que toi, je n’ai pas trop cherché à coller à une méthode 😉 J’aurais dû parce que j’ai commencé par les purées de légumes/fruits, sans introduire vraiment de protéines jusqu’à 8 mois environ… (sachant que bébé était nourri au sein, je pensais que ça suffisait largement). Bon, à ce moment-là la pédiatre a un peu tiré la sonnette d’alarme, et là j’ai introduit quasiment tout (viande, poisson, oeufs, fromage, etc) et très vite j’ai donné des morceaux (bien cuits bien mous) que je lui laissais prendre avec la main (évidemment son père était contre, car ça en foutait partout !) Et au final, comme ta fille, ma minette mange très bien, quasiment toute seule avec la cuillère depuis qu’elle a 18 mois au moins, et de TOUT ! Elle est très curieuse des aliments, notamment de ceux qui se trouvent dans l’assiette de ses parents évidemment. Et ça c’est magique quand à la crèche, les auxiliaires de puériculture me disent que ma fille est la seule de sa section à avoir mangé le fromage « qui sentait fort » ou les morceaux de céleri ! #proudmom

    Aimé par 1 personne

    1. Mdr c’est rigolo l’exemple de la fierté à la creche, moi aussi je suis trop fière pcq c’est la seule qui mange de tout, toute seule et en morceaux ^^
      Et comme tu dis je ne pense pas que cet ait dramatique pour les protéines avec l’allaitement !!!

      J'aime

  3. Ahhh enfin quelqu’un capable de coller un terme français sur ce truc!
    Mon mari est américain et ici on appelle ça « baby led weaning », dur dur d’expliquer à l’entourage de quoi il s’agit! Mille mercis!

    Aimé par 1 personne

  4. Merci merci merci Maman Poule de cet article qui explique la DME ou Baby Led Weaning. Je suis Française mais vis actuellement en Angleterre et j’ai introduit les solides avec cette méthode. Je peux te dire que j’aurais aimé pouvoir partager ton article avec mes proches Français qui m’ont beaucoup critiqué. En tant que maman on doute constament et si vous optez pour cette méthode tenez bon ! La clé est de faire confiance à son bébé et à la nature qui a pourvu l’être humain de tous les mécanismes nécessaire à sa survie. Je précise que mon fils a toujours été allaité, je suis donc habitué à ne pas controler sa prise de nourriture.
    Ici pas de problème avec les crèches qui de toute façon pratiquent pour la grande majorité cette méthode (du moins dans la ville où j’habite). J’avoue que la dose de ménage qui va avec peut être un frein. Je suis passée par une phase purée+DME (dépendament de l’aliment) pendant 1 ou 2 autour de 8 mois car bébé ne dormait pas bien et j’étais trop fatiguée pour faire le ménage après chaque repas… Mais je peux vous dire que si on considère le long terme la DME est un gain de temps puisque très vite vous n’aurez plus besoin de cuisiner un repas différent pour votre bébé, ni de transporter des petits pots chaque fois que vous allez au restaurant ou en voyage et surtout il sera autonome très rapidement. Mon fils a maintenant 20 mois, il mange de tout et surtout il mange tout seul avec une cuillère ou fourchette depuis qu’il a 14 mois. Je continue à lui faire confiance sur son alimentation et s’il refuse quelque chose je ne le force pas. Il a des periodes où il mange double rations et d’autres ou il mange très peu , je le laisse faire. De la même façon , parfois il ne va pas manger de viande et ensuite avoir une « phase » ou il ne voudra pratiquement que ça.
    Avec du recul je suis très contente d’avoir choisi cette méthode de diversification et je ferais la même chose quand j’aurais un deuxième.

    J'aime

  5. Ma 2ème fille a 13 mois à ce jour et je l’ai exclusivement allaité jusqu’à 9 mois et à partir de 9 mois elle a commencé à s’intéresser à la nourriture j’ai commencé à lui donner des gros morceaux de légumes bio bien cuits et fondants elle en a réclamé plus du coup je lui laisse faire elle mange ce qu’elle veut et la quantité qu’elle veut tout en variant les plaisirs et les découvertes gustatives, elle boit dans un verre en plastique (of course) comme sa grande soeur et est autonome. Quand elle a fini et qu’elle n’en veut plus elle me tend l’assiette. Je suis fière d’être une MAF malgré l’étiquette négative que la plupart des gens nous collent quand on arrive à faire évoluer son enfant de cette façon on ne peut qu’être fière 😀. J’aime beaucoup tes petits articles que je découvre petit à petit et que je partage volontiers sur ma page Facebook. Continue tu me fais sourire quand je lis le soir avant de dormir 😊

    J'aime

  6. Ici c’est une vraie DME: notre fille de bientôt 8 mois ne mangeait rien depuis le début de la diversification. On a d’abord pensé au fait qu’elle préférait le sein. Puis on a vu qu’elle aimait ce qu’on lui faisait goûter au doigt. Du coup on a fini par essayer les morceaux et là, Révolution !!!! Et encore mieux depuis qu’elle a appris à faire toute seule. Du coup maintenant elle mange de tout toute seule (refus de la cuillère pour l’instant, pas même un yaourt). J’étais pas pour avant sa naissance car trop trouillarde des fausse-route, mais on lui a fait confiance et c’est cool de la voir fière d’elle (ok le sol mange autant qu’elle 😂).
    Donc vraie DME au sens où on n’a fait que suivre sa danse à elle!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s