VDM (Vie de Mum)

Ras le bol de la charge mentale

On est samedi, je demande à Papa Ours d’aller faire quelques courses manquantes avec les filles pendant que je fais du ménage, notamment laver tous les sols de la maison – une activité peu compatible avec la présence d’enfants qui courent partout pieds nus. « En course tout seul avec les filles ? », me répond il, outré de ma demande. Je prépare les filles pendant que l’Homme se douche. Je fais la liste des courses. Je mets manteau, bonnet et écharpe, je sors la carte de fidelité et les sacs de courses. Je tend la liste à l’Homme en lui précisant « Met la Carrousel dans le siège et la Fusée à même le caddie, sinon la Fusée ne tient pas en place et se contorsionne pour sortir, c’est dangereux ». L’Homme parcours la liste et saute au plafond au premier article « Hein ?! FARINE DE BLE ? Mais où est-ce que que je vais trouver ça ?! » -_- Je précise à l’Homme que la farine de blé, c’est la farine « normale » et il se détend du slip. Mais il me demande quand même où ça se trouve dans les rayons. -_- -_-

18h30 en semaine, Papa Ours est rentré du boulot et, alors que j’étends une lessive de chaussettes (toujours des tonnes de chaussettes dans mes machines et toujours dépareillées, un mystère ce truc), je m’apperçois que j’ai oublié de deposer au relais colis la paire de chaussures trop grande de la Carrousel à renvoyer (elle est souvent entre deux et j’en commande souvent 2 paires) et que c’était le dernier jour pour le faire: « je file en vitesse au relais colis, j’en ai pour un quart d’heure ! ». « Mais t’y vas toute seule sans aucune des filles ? ». Ben, oui… ?! C’est pas une sortie ludothèque ! Au retour, je trouve l’homme en train d’essayer de faire cuire le pavé de saumon que j’avais préalablement fait mariner en prévision du dîner, la Fusée râlant à ses pieds. Il est fumasse, je m »enquiert avec tact de ce qui le contrarie (« C’est quoi ton problème bordel? ») et l’Homme m’explique que bon, y’a rien c’est bon, mais que voilà tu te barres à la pire heure, juste au moment où les petites ont faim et qu’il faut faire à manger et que t’avais toute la journée pour poster ton recommandé. -_-

Vendredi soir, Papa Ours est exceptionnellement allé chercher la Fusée à la crèche pendant que j’emmène la Carrouel au taekwondo – habituellement, je vais chercher la Fusée tôt dans l’après-midi pour ne pas être coincée niveau horaires, mais ce jour-là j’avais RDV chez l’ORL pour la Carrousel. Je passe la porte et câline longuement ma Fusée, puis je questionne l’Homme. A-t-elle bien mangé ? Il sait pas. A-t-elle dormi ? Il sait pas. Y’avait rien d’écrit sur le cahier. Et t’as pas demandé à quelqu’un ? Non. T’as pas vu A. ? A. c’est la brune à lunette ou la jeune avec les grands yeux? Mais ça a été sa journée, elle a pas pleuré ? Il pense que ça va. T’as repris la couche lavable dans son casier ? Quel casier ? T’as noté l’heure de départ dans le cahier ? Ah non. Il est où son tour de cou ? Elle avait un tour de cou, il est comment, il sait pas il a rien vu. T’as pensé à dire que j’accompagnerai la sortie à la ludothèque comme je t’avais demandé ? Tu m’as parlé d’une ludothèque ? Y’a une ludothèque ici ? On est inscrits ? Ah ouais, ça coûte combien ? -_-

Cet après-midi, je dois me rendre de façon imprévue à la maternité, à 40 min de route de chez moi, pour soutenir l’allaitement d’une jeune maman. La Fusée peut aller à la crèche mais la Carrousel n’est pas inscrite à la cantine ; je ne l’y mets que lorsque j’ai des RDV prévus et que je sais que je ne peux pas être présente à la sortie à 11h30. Je demande à la maitresse si la Carrousel peut exceptionnellement venir à l’école cet après-midi après le repas, car elle n’y va jamais habituellement. La Carrousel déjeune pendant que, à ses côtés, je prépare mon sac avec 2 ou 3 trucs utiles pour la maman et je lui parle de ce petit bébé qui vient de naître un peu trop fatigué pour téter. La Carrousel est d’accord pour faire la sieste à l’école, mais quand même quand je la laisse en salle de sieste à 13h30, c’est un peu dur mais elle me dit qu’elle va penser fort au bébé pour s’endormir. 13h35, je fonce sur la route, tout en laissant des messages vocaux à droite et en prenant RDV chez la pédiatre pour les 16 mois (pas bien). 14h15 je suis assise sur un lit d’hôpital et j’écoute la maman me raconter son accouchement. 15h50, je me rends compte de l’heure dans un sursaut ; mon plan est foutu ! Je prévoyais de récupérer la Fusée à 16h à la crèche (qui était la plus proche sur ma route), pour être à 16h30 à l’école (15min de route entre les 2 lieux). Je fais donc l’inverse, je file à l’école, je repars en sens inverse à la crèche, puis retourne sur mes pas puisque notre maison est dans la même ville que l’école, sinon c’est pas drôle. J’ai oublié d’embarquer un goûter en partant à 13h30, la Carrousel est affamée, je m’arrête à la boulangerie. Zut, on aura pas le temps de repasser à la maison avant le taekwondo de 17h30 avec tout ça, ouf la Carrousel a un sarouel dans son sac d’école. Merde y’a des bouchons, me voilà arrivant en courant avec 10 minutes de retard au dojo, la Fusée débraillée dans les bras (rapport que pas de manteau dans le siege auto, toussa). Le cours dure 1h, c’est à dire 40 minutes maintenant, j’ai tout juste le temps d’aller chercher ma commande à l’AMAP comme prévu (retrait entre 17h30 et 19h30). Je retourne au Dojo chercher la Carrousel, la Fusée toujours autant débraillée, puis retour à la maison, lessivée, avec sur les bras 2 enfants fatiguées, 3 sacs de course, un sac d’école, un sac de crèche et un sac de doula. L’homme est arrivé 5 minutes avant nous. Je tente de lui raconter ma journée et ma fatigue, entre 27 interruption et un désintérêt manifeste de sa part pour ma cause. Il me demande ce qu’on mange. Je pète un petit câble. Oh ben t’es sur les nerfs dis donc, t’as jamais le temps de ne rien faire si on t’écoute, je sais pas comment tu t’organises. -_- -_- -_-

J’ai hurlé et tapé dans un coussin.

Plusieurs fois. Car y’a eu pas mal d’épisodes de ce genre.

C’était ça, ou un coup de pelle dans sa gueule et un coup de canif dans le contrat de mariage.

Puis je me suis dis,

BON.

L’Homme n’est pas con.

L’Homme a 2 bras, 2 jambes, un cerveau et un coeur.

L’Homme s’acquitte parfaitement de ses tâches professionnelles.

L’Homme sait bien s’occuper de ses filles.

L’Homme nous aime.

MAIS

L’HOMME

NE

COMPREND

PAS

LE

CONCEPT

DE

CHARGE

MENTALE.

Il ne l’expérimente pas, donc il ne comprend pas.

bande-dessinee-illustrations-emma-charge-mentale-entretien-1-e1510228229853
Je pense que vous la connaissez presque toutes, mais le lien vers l’excellente BD au sujet de la charge mentale : https://emmaclit.com/2017/05/09/repartition-des-taches-hommes-femmes/

Que faire ?

J’ai une semaine de vacances à poser avant la fin de l’année, je les prends quand ?

Ca c’est un signe.

Tu les prends du 3 au 7 décembre et pendant cette semaine là, on va faire un échange de vie. Je partirai de la maison tous les matins à 8h et j’irai bosser à la bibliothèque, rencontrer les professionnels et associations à qui je souhaite me présenter et donner ma carte et mes flyers, je pourrais organiser mon atelier nancéen et créer me flyers, je pourrais caler des RDV avec des mamans qui pourront déborder autant que nécessaire. Le soir, quand je rentrerai je jouerai avec les filles et leur donnerai le bain, je t’aiderai à débarasser la table et à nettoyer la cuisine. Pour tout le reste, ce sera toi. S’occuper des filles, préparer des activité, faire les trajets et la logisitique d’anticipation que ça implique, les sorties d’école, le baby gym, le taekwondo, les permanence à la crèche et la participation à la gestion associative, les courses, la bouffe matin midi et soir, le linge, et tout ce qu’il y aura à PENSER cette semaine là, genre refaire de la lessive, passer à la pharmacie, remettre du pain au congélateur, inscrire la Carrousel à la cantine, faire le plat sâlé pour l’apéro de la crèche, … Comme, théoriquement, je suis sensée réussir à travailler tout en faisant tout cela, il devrait te rester tout plein de temps solo pour profiter de tes congés*. Ensuite, on pourra discuter et échanger nos impressions.

C’est ça, ou je me casse.

Parce que y’en a marre de pas se comprendre.

Voilà, du coup ça commence demain.

Je vous raconterai 😉

Ps : Papa Ours, je t’aime hein. Et ya plein de trucs que tu fais bien. Mais juste je ne te permets pas de te rendre compte de certaines charges qui mincombent… Merci d’avoir accepté le defi.

* Pour qu’on soit clairs, la Carrousel va 3 matins par semaine à l’école de 8h30 à 11h30 et généralement 1 journée complète de 8h30 a 16h3o. La Fusée va 3 jours par semaine à la crèche parentale à 15 min de chez nous de 9h15 (environ) à 16h. Ca laisse en temps « sans enfants » : 2 fois 9h30-11h20 et 1 fois 9h30-15h30 par semaine, où je suis sensée pouvoir travailler.

Publicités

33 réflexions au sujet de « Ras le bol de la charge mentale »

  1. Merci pour cet article qui encore une fois sonne très juste ! C’est rassurant (ou pas !) de voir que tous les couples traversent plus ou moins la même chose. Quelle bonne idée ce changement de rôle. Ici c’est aussi ça, et sous prétexte que je suis hôtesse de l’air et que de ce fait quand je suis à la maison j’y suis pour des journées entières et au moins 3 jours de suite je devrais tout gérer sans jamais me plaindre… Sans oublier que du point de vue de l’ homme je ne pars pas au travail mais en « vacances »… Mais bien sur… Le décalage horaire, le travail en altitude debout la plupart du temps, les nuits blanches… Et bien sûr comme pour vous la gestion de la « vie scolaire », les plannings de la nounou qui accueille notre puce jour et nuit, les déclarations paje, les courses, les lessives…. Pourquoi suis-je fatiguée, on se le demande !
    En tout cas j’espère que cette semaine sera productive pour vous… J’ai hâte de lire la suite 😊

    J'aime

  2. Comme je te comprends…personnellement je n’ai pas réussi à faire comprendre à l’homme cette histoire de charge mentale ☹ ça s’est soldé par une séparation, ça n’était plus possible de continuer comme ça pour moi. Bien sur il y avait d’autres problèmes mais toujours lié au fait que c’était normal pour lui que je me dévoue corps et âme à notre fille sans jamais avoir plus de 30 minutes de pause même le weekend. Je travaille et même pendant ses périodes de chômage c’était à moi de tout gérer, lui pouvait par exemple aller au sport 4 fois par semaine, s’absenter tout le samedi et parfois le dimanche pour les compétitions…pour son équilibre personnel , même si ça implique des sacrifices pour moi et notre fille. Moi ce n’etait pas normal si j’envisageais prendre du temps pour moi.Malgré nos nombreuses discussions les choses n’ont pas évolué alors je suis partie. Maintenant notre fille passe plus de temps avec son père, moi j’ai plus de temps libre, et lui est bien obligé de se débrouiller tout seul. Ce n’est pas idéal bien sur, surtout pour notre fille, je n’ai jamais souhaité ça pour elle mais je ne pouvais pas non plus passer à coté de ma vie. Alors j’espère de tout cœur que Papa Ours comprendra ta situation à l’issue de cette semaine. J’ai souvent rêvé de cette inversion des rôles pour qu’il se rende compte , qu’il comprenne la fatigue quotidienne et qu’il arrête de me reprocher en plus d’être toujours sous l’eau. Allez je suis sure que cette expérience va vous remettre sur les rails 😉 courage à vous

    J'aime

  3. Pfiou !
    J’ai été dans ce cas quand ma fille avait 9 mois. Allaitée à la demande et ne dormant qu’au sein où en écharpe.
    Et j’avais les mêmes remarques désobligeante parce qu’après tout j’étais pénard à rien faire à la maison.
    J’en étais arrivée à penser à la séparation. Quitte à me taper tout le boulot, autant ne pas avoir de remarques négatives ^^.
    Et puis on a fait ça : une semaine complète où j’allais bosser pendant qu’il « gérait » seul à la maison.
    Ça a été salutaire, il est depuis très impliqué dans la vie de famille et gestion de la maison. C’était il y a deux ans.
    Bon courage et bonne semaine de repos !

    Aimé par 1 personne

  4. Comme je me reconnais dans cet article !! Mon mari ne reconnaît pas le concept de charge mentale « encore un truc pour te plaindre », il est un très bon père mais pour la gestion du quotidien, y a plus personne 😦 Dur de combiner activité professionnelle et le reste…
    Comme dans un commentaire de l’article, la séparation est envisagée (enfin de mon côté) parce que j’ai l’impression de passer à côté de ma vie.
    J’adore l’idée de l’échange 😂😂 pas sûr de réussir à convaincre mon mari !
    Donc merci pour cet article, on se sent moins seule 😋

    J'aime

  5. Bravo ! Préparez-vous tout de même au fait qu’il y parvienne mieux que vous, en apparence (1 semaine, ça passe vite). Parce que les filles vont être plus dociles, et se venger sur leur maman le soir. Et que vous, vous allez vous demander toute la journée comment il s’en sort. Oui, je suis rabat-joie, désolée. C’est bien sûr pareil ici, et une des raisons pour laquelle il n’y aura pas de 2e. Parce qu’en plus, c’est moi qui travaille de 9h à 18h et lui qui démarre une activité « freelance » qui lui prend toute son énergie. Néanmoins, petit à petit, il prend plus à sa charge. Probablement parce que je lui en laisse plus l’occasion, et qu’il n’a pas le choix. En toute honnêteté, je pense qu’il ne peut pas faire plus, il ne sait pas faire. Et j’ai la chance qu’il n’ait pas la mauvaise idée de me dire que je me débrouille mal. Mais de grâce, mesdames les mamans de garçons, formez-les au plus tôt à faire leur part !

    J'aime

  6. Profitez bien de cette semaine, mais une semaine finalement c’est très court et il ne se rendra pas compte de toute la charge (penser aux inscriptions des activités, les rdv medicaux etc etc)…. mais le principal sera là !

    Bonne semaine et on a hâte d’avoir le compte rendu qui je pense nécessitera un peu de lâcher prise (Est ce Si grave finalement si elle est habillée en short et pull polaire??!! 😉)

    J'aime

  7. J’hallucine toujours un peu quand je lis ce genre d’articles 😦

    Ici le papa faisait déjà bien sa part avant qu’on ait un enfant, sinon il n’y en aurait jamais eu !!!! Enfin bon, de toute façon on serait pas ensemble si il avait été comme ça…
    Et pourtant il a été élevé par une mère bien moulée aux clichés sexistes, qui passe son weekend à faire le ménage, range les vêtements de ses enfants ADULTES et ne laisse personne cuisiner (normal, elle a 3 hommes à la maison, ils savent pas faire…)

    Je pense à plus de trucs que lui dans les choses à faire (ou plutôt j’y pense avant lui, j’ai un cerveau hyperactif qui fonctionne trop vite :-/) mais aussi parce que j’aime bien que ce soit fait à ma manière…

    En tout cas bon courage pour l’échange en espérant que ça marche sur le long terme pour vous !

    J'aime

    1. Chez moi, le papa faisait sa part avant d’avoir un enfant…Mais les horaires n’étaient pas un souci quand on était 2, on pouvait dormir toute la nuit, se lever à midi, manger à des heures décalées sans que ça pose problème à l’un ou à l’autre. Avec la venue de bébé, j’ai changé complètement mon mode de vie, mes nuits étaient hachées, mes réveils matinaux vers 6h tous les jours, les repas calés sur les horaires de bébé etc…Alors que mon conjoint lui a continué à vivre comme avant et ne s’est rajouté aucune charge par rapport à ce qu’il faisait quand on était deux…Chaque chose que je lui demandais en plus m’a fait passé pour une rabat joie , jamais contente et qui en veut toujours plus…C’était difficile à prévoir avant de fonder une famille, surtout que son discours allait vraiment dans le sens contraire pendant la grossesse: on a fait cet enfant à 2, on va l’assumer à 2. La réalité n’a pas été là…Evidemment si j’avais su, je n’aurai jamais fait d’enfant avec lui, même s’il n’y a pas un seul jour où je regrette la venue de ma fille.

      J'aime

  8. Hâte de lire la suite 😀
    J’ai osé mettre un post sur FB sur la charge mentale et mon mari m’a râlé dessus quelques jours car Je ne comprenais pas Sa charge mentale à lui car oui il en a aussi une….

    J'aime

  9. Arriver à déléguer la charge mentale c’est aussi : – dire « j’en sais rien » quand il demande ce qu’il doit cuisiner alors que j’avavis prévu un gâteau aux légumes, même si on se retrouve avec des röstis-saucisse-carottes finalement.
    -laisser le panier de linge déborder parce que j’ai préféré regarder une série pendant la sieste
    – le laisser commander les pizzas car je suis allé à la place de jeu plutôt qu’aux courses pour passer du temps de qualité avec mon enfant…
    -etc…
    Et ça paie, le soir il passe par la buanderie, il pense à acheter du pain, il change ses horaires pour aller chez le pédiatre, il prépare le sac pour la crèche (sans rappel) etc…

    Mais je ne suis pas perfectionniste donc ça aide, même si on a encore du mal à partager la charge pour d’autres Trucs… mais oui il faut savoir laisser faire des erreurs , au moins pendant une courte période, avant de voir une amélioration…

    Bonne chance à toutes !

    J'aime

    1. Si je ne met pas le hola à la maison, je me transforme en horloge parlante et en station météo (et en détecteur d’objet mais ça c’est assez classique ^^).
      Donc pareil je ne sais pas quelle heure il est, ni quel temps il va faire… 🙂

      J'aime

  10. Que dire de plus….. Je me retrouve dans ton cas, comme souvent. Je désespère de cette situation, je désespère surtout de mon mec qui n’accepte même pas l’idée de charge mentale! Comme un commentaire précédent l’a dit, j’aurais surtout du me poser plus de questions avant de me lancer dans une vie de famille avec lui….. J’aimerais vraiment tester ce que vous faites cette semaine! Mais sûre que le mien n’accepterait jamais…. Hâte d’avoir ton retour!!!!!

    J'aime

  11. Oh mon dieu, j’aurais pu écrire cet article (sauf que pour le moment il n’y a qu’un bébé mais quand même ^^) chaque mot, chaque phrase (avec certainement beaucoup moins de talent et d’humour 😉 !)
    Merci de partager tout ceci, j’ai Hâte de lire l’experience qui en découle !! J’espere qu’elle sera instructive pour ton homme et qu’elle permettra de trouver si ce n’est un équilibre, au moins de l’ecoute, de la compréhension et des encouragements ! 😊

    J'aime

  12. J’ai moi aussi régulièrement droit à des remarques sur mon manque d’organisation, le fait que tout me prend trop de temps (ben oui avec 2 enfants de bientôt 4 ans et 13 mois dans les jambes/à installer puis sortir de la voiture, etc. ça va moins vite), mon manque d’autorité… En soit, rien de tout ça n’est vraiment faux mais mon contexte et ma charge n’est pas la sienne. En l’occurrence c’est lui qui travaille de chez nous avec le poids de la solitude mais la liberté de gérer son temps, alors que je travaille à l’extérieur en journée.
    Je trouve ça très intéressant que vous échangiez les rôles même si comme d’autres, je pense qu’une semaine ne suffira pas à faire vivre la charge, ni la fatigue accumulée… mais c’est un bon début et rares sont ceux qui acceptent cet échange (en tout cas mon mari, non). J’ai hâte de découvrir le résultat, j’espère que ça te permettra d’avancer dans ton boulot sereinement et à ton mari de changer (un peu) de perspective.

    J'aime

  13. Merci, merci, merci à toi pour ce billet, et à toutes les mamans qui disent s’y reconnaître en commentaires ! Je lis ton blog régulièrement, toujours avec intérêt mais sans jamais commenter, mais là, je m’y reconnais trop… Je suis contente de voir que je ne suis pas la seule à penser à me barrer (même si en fait, je le savais, on en parlait encore il y a trois jours avec ma belle-soeur, dans le même pétrin), et curieuse de connaître le résultat de l’expérience ! En attendant, tu as tout mon soutien, mon admiration, mes encouragements et tout ce qui peut te faire du bien !

    J'aime

  14. Je compatis!! Ici aussi, à quelques choses près, c’est quasi pareil! Faut qu’on arrête de tout gérer, nous les femmes car sinon nos adorables bambins et particulièrement les garçons ( car mimétisme assuré envers le même sexe 😅😆) attendront la même chose de leur future femme !!…Et re belote ! En plus ( je le sais de source sûre 😁,)les papas sont foutus de nous reprocher notre attitude trop maternante et infantilisante envers eux-mêmes…. OK et bien alors arrêtez messieurs de tout nous demander systématiquement, retenez les infos importantes, participez, agissez… Merci !
    Merci en tout cas, c’est très jubilatoire de te lire !

    J'aime

  15. Bonne idée l’échange de vie! Hâte de lire le retour 😀
    Je pense qu’on est malheureusement toutes plus ou moins dans le même cas. Avant bébé je me disais toujours que mon chéri était super parce qu’il repassait son linge (je ne repasse pas…) qu’il faisait à manger, les courses… Maintenant que bébé est là il fait toujours ces choses là mais rien de plus 😮 Du coup évidemment je me retrouve avec deux fois plus de choses à faire XD
    Ah la vie, les hommes…

    J'aime

  16. Oh cette charge mentale… Elle peut peser bien lourd. Mais une question aussi, qui se cache derrière ? Est ce le partenaire-papa ? Ou est ce nous même qui mettons la barre trop haut ? Ou la société qui met toute sortes de pressions sur nous ? Ou notre entourage ?
    Notre société change, et nous individus devons nous adapter, mais ça prend du temps, des années, des générations.
    Je pense que dans le couple, les mêmes schemas, idées peuvent s’appliquent que dans la parentalité positive. (La vraie, celle où l’autre est vu comme une personne à part entière, capable de décider, capable de faire, capable de vivre, plein de créativité et de ressources, et capable de s’adapter) D un côté plus difficile car nos hommes ont reçu une éducation, un cadre, une référence ne venant pas de nous, « ils sont moins maléables ». Plus facile d un autre côté car ils ont les capacités d adulte à entreprendre des tâches complexes sans que l on doive intervenir.
    Dans notre société, il y n’y a plus de répartition automatique des tâches, l homme et la femme peuvent s occuper de gagner de l argent, des enfants, des tâches ménagères, des repas, des tâches d entretien de la maison et/ou véhicules et/ou jardin, des tâches administratives, de l’entretient des relations sociales de la famille, etc. Chaque couple et famille doit trouver un équilibre.
    Il y a plusieurs possibilités de répartition des tâches : soit chacun est responsable de A à Z de telles et telles tâches (situation des générations avant nous), soit l’un décide et l’autre fait (situation dangereuse relationnellement), soit on fait ensemble et on débat pour décider ensemble de comment on fait.
    Chaque partenaire entre dans le couple et la famille avec des idées préconsues sur la question, et il faut ensuite s adapter. Certains hommes partent du principe que certaines tâches ne sont pas pour eux, ok. Mais il y a aussi des situations où nous les femmes restons inconsciemment dans ce schema aussi ! Et si les hommes ne prennent pas certaines täches en main c est que la voie n’est pas libre car nous ne leur laissons pas la place. Peut être que si nous commensions à faire moins, ils feraient plus.
    Un homme a besoin, comme nous les femmes et comme nos enfants, de gérer en fonction de ses capacités. Hors nos maris sont capables de beaucoup : de réaliser une tâche de sa conception, puis plannification, exécution et enfin évaluation. Sommes nous prêtes, nous les femmes, à lâcher tout ça ? A ce que ce soit notre homme qui décide ce qu on achète pour le repas, ce qu’on mange, qui décide comment il veut y procéder pour cuisiner, dans quel service et à quelle heure ? Idem pour le ménage : sommes nous d accord de le laisser décider quand c est trop sale et quand il faut y remédier ? Sommes nous d accord de les laisser décider de la manière de procéder ? (balais, aspirateur, serpillère, aspirateur-robot, nettoyeur à vapeur, etc. ; puis dans quel ordre faire) Pour les enfants, sommes nous prêtes à laisser aller leurs fantaisies dans l’éducation, à décider le l’heure de coucher, des habits à mettre, de comment tenir bébé, etc.
    Sommes nous prêtes à les laisser faire des erreurs et à en apprendre (SANS le « je te l’avais bien dit » qui est proscrit en parentalité positive) ?
    Sommes nous prêtes à leur dire « merci pour telle et telle chose que tu as faite » sans autre commentaire ?
    Sommes nous aussi prêtes à accueillir leurs émotions sans jugement lorsque c’est dur ?
    Si nous sommes trop directives, trop autoritaires, d’un côté cela perd de l’intérêt pour eux car cela ne tient pas compte de leurs capacités, et de l’autre côté cela peut s apparenter à de l’esclavage (tu fais ce que je te dis et quand je te demande et comment je l’exige).

    J ai trop vu ma belle soeur se plaindre que son mari ne cuisine jamais. Mais elle cuisine merveilleusement bien, a beaucoup d experience dans le domaine. Les quelques fois où son mari a voulu cuisiner au début de leur relation, elle venait encore 15 fois lui dire de ranger les ingrédients, lui dire de faire comme si, comme ça. Et puis après, au moment de la dégustation (nous étions là), dire « c est bon, mais j’aurais fait un peu plus comme si, mis un peu plus de ça ». Tu m’étonnes que le gars ne prenne pas spécialement l initiative de cuisiner…
    Pareil, une amie à moi qui se plaint que son compagnon ne s’occupe pas des enfants. Mais dès la naissance, au moindre geste, il recevait un commentaire : « prends le pas comme ceci, attention à la température de l’eau du bain qui doit être exactement à 37,5 degré, quand tu changes la couche fais exactement comme ça ». « Mais tu as encore fait ça comme ça ! Je te l’ai pourtant dit 100 fois de faire comme ceci »
    Si la voie n’est pas libre, l’homme ne peut pas prendre d’initiatives.

    J’ai un mari « en or » qui fait beaucoup à la maison, mais il est surtout en or car il a sû mettre des mots, et qui sait me dire quand je déborde niveau commentaires. Qui des fois me donne un coup de main et c’est moi qui fixe « les règles ». Mais qui sait me dire avec des mots à d’autres moments « c est toi qui choisis : soit je fais comme je pense en fonction de mes capacités, soit je fais pas et tu te débrouilles ».

    Une chose est sûre en tous cas : se mettre à la place de l’autre aide vraiment beaucoup à se comprendre. Avoir vécu quel stress on peut rencontrer au travail. Avoir vécu quelle complexité la tenue d’une maison et la parentalité demandent.

    Belle expérience à vous 4 cette semaine !

    Par rapport au commentaire sur les mamans qui apprennent à leurs garçons à participer aux tâches ménagères : oui, parfaitement d’accord ! On le fait ici ! Mais apprenez aussi à vos filles et vos fils à traiter leurs partenaires avec le plus grand respect, en fonction de leurs capacités. Je suis tellement triste lorsque je vois ma nièce qui gueule (pardon mais ya pas d’autre mot) sur son père de la même manière que sa mère veut le commander.

    Aimé par 1 personne

    1. Je suis tout à fait d’accord avec le fait que la femme doit aussi laisser la place à l’homme pour faire, lui laisser le temps de prendre l’initiative, de penser, de prendre l’habitude, etc. Là où s’est vexant et très très énervant, c’est surtout quand l’homme critique le temps passé à penser, faire, le résultat… sans accepter de faire lui-même. Typiquement dans l’article, quand il râle de devoir cuisiner avec 2 enfants en demande, alors que c’est dans ses conditions qu’elle fait tous les jours. Le refus de la plainte, de la fatigue, de l’oubli… personnellement c’est surtout ça qui me blesse et me décourage, plus que le fait de faire plus.

      J'aime

    2. Merci, j’allais justement faite un commentaire dans ce sens!

      C’est évident que si on ne change pas le schéma, on n’y parviendra pas, mais il faut laisser leur chance aux hommes d’etre De bons partenaire et de bon papa!

      Ne pas vouloir tout contrôler et leur faire comprendre que notre job, si on est plus à la maison qu’eux, c’est avant tout celui de maman et pas celui de femme de ménage!

      La charge mentale, on peut s’en défaire assez facilement, en prenant du temps de qualité, en profitant des temps morts pour optimiser ses courses plutôt que de passer du temps à commencer des bêtises sur internet pour Noël et d’avoir si c’est mieux cette activité Montessori que cette autre activité waldorf!

      Je suis rude, mais comme d’habitude je me retrouve dans vos articles et que la, pas du tout, je ,e dis que le problème de fond n’est pas la charge mentale, mais peut-être définir mieux les priorites.

      Je pense que les responsables de cette charge mentale sont justement les réseaux sociaux et le temps passé à penser plutôt qu’à agir!

      J'aime

      1. Bonjour Noemie
        Je trouve votre commentaire assez rude en effet.
        Une de mes amies n’est sur aucun réseau social, a un vieux Nokia comme téléphone et souffre malgré tout de la charge mentale face à un partenaire qui n’a pas d initiative, qui rechigne et donne priorité à d autres choses que sa famille. Les réseaux sociaux et Internet n ont rien à voir là dedans.
        Vous êtes super organisée et c’est génial pour vous.
        Mais nous n avons pas toutes cette capacité et nous le reprocher c’est un peu se comporter comme Papa Ours parfois.
        Ce serait super gentil de votre part de nous partager vos trucs et astuces pour parvenir à gérer si facilement votre quotidien!

        J'aime

  17. mon mari était en vacances cette semaine (moi je travaillais) et je lui ai tout délégué : courses, trajets pour l’école, etc -sauf les repas car il cuisine vraiment très, très mal. Pour la liste de courses je lui fais gentiment comprendre qu’il n’a qu’à ouvrir les yeux et les placards pour la faire, comme moi en fait 🙂 Et encore, il s’en sort très bien, il a eu une mère ultra-protectionniste et intrusive, c’est un miracle qu’il soit comme il est ! mais en effet, l’éducation des garçons est, de manière générale, à revoir.

    J'aime

  18. Je plussoie Joanne!! Comment ça s’est passé? Comment vas-tu?
    Plein de belles choses pour cette nouvelle année, et notamment un allègement de ta charge mentale!!

    J'aime

  19. Je ne sais pas si ce que je vais te dire va te rassurer ou t’effrayer : chez nous on partage, même si on a nos tâches de prédilection (lui le ménage, moi la lessive, lui les courses et la cuisine, moi les RDV médicaux et la gestion des stocks de vêtements, lui le repassage, moi la couture, lui la crèche le mercredi et le vendredi, moi le lundi et le jeudi, etc.). Sauf qu’on a qu’un seul enfant et qu’on est aussi débordés que ce que tu décris ! En plus on trouve le moyen de s’engueuler (c’est toujours moi qui ramasse le vomi de chat => « bordel! »; et c’est toujours lui qui débarrasse et range la cuisine => merde!)

    Je crois qu’on est très mauvais… ou que parentalité + vie professionnelle « normale » = équation dans laquelle tu es : 1/ parfois un mauvais parent 2/ parfois un mauvais collègue 3/ parfois un mauvais conjoint et 4/ et quand tu fais un strike : les 3!

    En tous cas je trouve que ton initiative est GENIALE et que ton mec est un gentil (même si aucune excuse pour ne pas partager les tâches à la base, trop facile de ne pas voir, mais bon c’est un autre sujet). Courage et surtout : NE LÂCHE RIEN!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s