Happynaiss

Ma sage-femme que j'<3

Quand je dis que je suis suivie par une sage-femme pour ma grossesse, beaucoup sont étonnées (et je dis bien étonnées parce que, concrètement, les mecs, au mieux ça leur parait d’une évidence évidente, puisque la sage-femme c’est la dame des bébés, au pire ils n’en ont rien à carrer et d’ailleurs ils ne t’écoutent même pas, ils sont en train de se dire que t’as drôlement pris des nénés depuis que t’es enceinte).

 

Pourquoi ce choix ? 

Jusqi’ici, j’étais suivie annuellement par une gynécologue à Paris, que j’avais dénichée en tapant très prosaïquement « gynécologue femme Paris 8ème » sur notre ami Google.  La Madame avait depuis bien longtemps dépassé l’âge de la retraite et j’avais énormément de mal à me sentir à l’aise avec elle. Mais bon, pour un petit speculum nonchalament inséré une fois par an, je n’allais pas faire ma difficile !

Lorsque je lui ai dit que j’arrêtais ma pilule, elle m’a chaleureusement soutenue (« ne venez pas pleurer dans mon bureau que vous n’êtes pas enceinte dans 6 mois, c’est normal si ça prend un an! »). Et quand je suis revenue dans son bureau 1 mois et demi après (« coucou c’est moi, ça y est c’est fait ! »), ça lui a tellement troué le cul qu’elle a répété moult fois « ah bah ca vous n’avez pas trainé ma foi, ça a bien marché votre histoire ». A part ça, elle ma tripoté, m’a préscrit une échographie de datation et au revoir, sans la moindre explication, sans aucun conseil et sans même me demander comment ça allait. Le tout pour 60€.

A mon échographie de datation, on m’annonce que j’ai un décollement de ce qui formera bientôt le placenta, et qu’il ne faut pas trop forcer. Le point positif : le week-end suivant j’avais mon petit-déjeuner servi au lit par l’Homme avec une bonne torsade au chocolat fraichement achetée à la boulangerie et un jus d’oranges pressées avec amour. Le moins bien : je découvre sur les forums que beaucoup de femmes dans mon cas sont en arrêt de travail, avec obligation de rester alitées. Pendant que moi, je gambade de métro en RER de 8h30 à 20h, que je fais du fitness un midi sur deux et que je passe l’aspirateur en cuisinant des rôtis (j’exgère, je ne cuisine jamais de rôtis, uniquement du boeuf bourguignon). Je prends RDV chez ma gynécologue, encouragée par sa secrétaire qui me confirme qu’il faut effectivement surveiller tout cela étroitement. En plein mois de juillet, je suis reçue par sa remplaçante, une jeune femme très dynamique à peine plus âgée que moi. Chic, me dis-je, c’est l’occasion de voir quelqu’un avec une approche différente!

Une approche différente mais tout aussi brutale, pour la nullipare bourrée d’hormones que je suis : « Y’a rien à faire pour le décollement, ça va se recoller tout seul ou aboutir à une fausse couche, mais le repos n’y changera strictement rien ! Alors oui certains médecins préscrivent des arrêts de travail à celles qui pleurent dans leur cabinet, mais vous ne pleurez pas vous, si ? ». Et encore 60€, le trou de la sécu ne va pas s’arranger avec tout ça.

Rentrée chez moi, c’est décidé, je change de gynécologue ! Car avec la grossesse, c’est au minimum un RDV par mois, et j’avais vraiment envie de me sentir à l’aise pour poser toutes les questions qui me trottaient dans la tête. Or là chaque RDV me laissait frustrée, en pleins doutes et avec le sentiment d’avoir été expédiée.

De fil en aiguille, je tombe sur des discussions de mamans qui disent avoir apprécié l’approche des sages-femmes dans le cadre du suivi de grossesse : moins pressées, plus à l’écoute des aspects non-médicaux de la grossesse, douces… mais OUI, c’est ÇA que je veux (je m’enflammais à ce point derrière mon écran) !! Comble du bonheur : je trouve un cabinet de sage-femmes échographes, dans l’arrondissement de mon travail !

Voilà comment j’ai rencontré ma sage-femme que j’ai adoré dès le premier RDV !

Après deux RDV de suivi, je peux d’ores et déjà vous dresser le bilan de tous les points positifs (et je sens que la liste va encore s’allonger) :

Des RDV beaucoup plus longs (40 minutes pour mon premier, 30 minutes pour le deuxième, contre 10 minutes examen compris avec ma gynécologue), pendant lesquels on ne se sent pas pressée.

– Un échange de qualité entre nous ; lorsque je lui pose une questions, elle prend bien le temps de m’expliquer le pourquoi du comment… Par exemple, lorsque je lui ai parlé des nombreuses douleurs et des élancements que je ressentais, elle ne s’est pas contentée de me dire que c’était normal, elle m’a décrit tout ce qui se passait dans mon corps, ce que je pouvais faire pour les soulager et à quel moment consulter. Elle me demande toujours comment je vais et me prodigue des conseils sur tous les sujets relatifs à la grossesse. Je la trouve également très arrangeante au niveau des horaires ; elle n’hésite pas à aménager son emploi du temps pour prévoir nos RDV en périphérie de mes horaires de bureau et propose des consultations deux samedis par mois, notamment pour que les papas puissent venir !

Une échographie à chaque consultation ; c’est le gros point fort d’avoir une sage-femme échographe, puisque j’entends le coeur du bébé à chaque consultation et je le vois à l’écran. C’est hyper rassurant !

Pas d’examen gynécologique systématique : je n’ai pas enlevé le bas des deux RDV ! Je crois qu’en matière de grossesse, c’est assez exceptionnel pour le souligner. Point de TV (touché vaginal pour les ignares, qui auraient préférés rester dans l’ignorance) à chaque occasion, puisqu’avec l’échographie elle peut surveiller efficacement la croissance du bébé. L’examen gynécologique est fait uniquement lorsqu’elle juge que c’est nécessaire et que cela lui apportera une information supplémentaire.

Une consultation à 23€, avec le tiers-payant ! Et oui, les médecins conventionnés, ça change tout …

Je tiens à préciser que je ne cherche pas du tout à critiquer le travail des gynécologues ! D’une part, je pense que chaque médecin est différent et que je n’ai certainement pas eu la chance de tomber sur des personnes avec qui je me suis trouvée en confiance. Par ailleurs, je comprends que gynécologues et sages-femmes aient une approche différente, puisqu’ils n’ont pas eu la même formation et n’ont pas le même métier, au final ! Je pense simplement que dans le cadre d’une grossesse physiologique (car à la moindre complication ou en cas de grossesse « à risque », vous serez de toutes façons renvoyées vers un gynécologue), le suivi par une sage-femme est très bien adapté, car il répond aussi bien aux besoins médicaux qu’aux besoins psychologiques, qui sont réels pendant cette période de grands chambardements…

N’hésitez pas à partager vos expériences de suivi de grossesse… Si vous souhaitez obtenir les coordonnées de ma sage-femme (à Paris), envoyez moi un petit mail !

Advertisements

Une réflexion au sujet de « Ma sage-femme que j'<3 »

  1. Salut, j’adore ton blog. Je cherchais un tuto couture pour faire des panières de rangement et j’apprends que tu es bientôt maman, félicitations ! Moi aussi je suis suivi par une (des) sage-femme(s) à l’hôpital et elles sont supers ! Toujours à l’écoute, rassurantes, douces, etc. J’adore aussi ce type de suivi

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s