VDM (Vie de Mum)

La magie de noël…. Sans père noël  ? 

Noël approche à grands pas ! Bon, pour les vendeurs de jouets et les marketeurs qui éditent les catalogues, Noël approche à grands pas depuis le 30 août, mais personnellement c’est uniquement lorsque les décorations commencent à éclairer les rues, que le sapin est dressé dans mon salon et que j’ai mangé le 1er chocolat de mon calendrier que débute la saison de noël.

Dans ma province natale, la saison débute aussi avec la Saint-Nicolas, son défilé de chars lumineux, son feu d’artifice, ses fanfares, le Saint-Nicolas qui agite sa petite main gantée comme la Queen Elizabeth, le père Fouettard et ses triques et tous les bonbons durs comme de la pierre balancé d’une fenêtre à la foule en délire. Bébé Carrousel a adoré la musique, les lumières, le feu d’artifice (encore ! encore !) et les mini-madeleines qui remplaçaient cette années (ouf) les bonbons dégueu traditionnels. Mais, toute gourmande qu’elle est, elle a spontanément fait don d’un de ses Trésors purs beurre à son arrière grand-mère hospitalisée…  #émotion #larmichette

J’adore noël, j’ai toujours adoré. Je vous l’expliquais ici l’an dernier, j’adore les retrouvailles en famille qui sont toujours joyeuses chez moi, j’ai un excellent souvenir du 1er mercredi de décembre passé à décorer la maison et le sapin avec ma maman, qui m’attendait encore pour le faire même quand j’étais en études supérieures…  et j’ai le sentiment d’apprécier encore plus cette fête depuis que je suis en âge de gâter mon entourage à cette occasion !

L’an dernier, je vous faisais part également de mon début de réflexion autour du mythe du père noël et de mon hésitation sur le fait d’y « faire croire » ou non Bébé Carrousel, réflexion notamment nourrie par le souvenir de mon immense déception lorsque j’ai appris qu’il n’existait pas (ni le St’Nic’, la petite souris, les cloches et tout le bordel). Je me souviens comme si c’était hier d’être tombée des nues qu’on m’ait ainsi menti pendant des années et de m’être dit « Mais sur quoi d’autre encore me mentent-ils ?! On ne peut décidément par leur faire confiance ! ».

Le problème, c’est que j’étais toute seule dans mon camp (et un peu trop au bout du rollmop pour me battre sur le sujet): les grands-parents de Bébé Carrousel étaient tous outrés que je veuille la « priver de la magie de noël » et même Papa Ours, qui pourtant n’aime pas cette fête (l’hypocrite), ne me comprenait pas sur ce coup, n’ayant pas personnellement été choqué que sa famille lui ait menti sur le sujet (enfin chez lui tout glisse, c’est peut-être ça aussi hein).  

Mais Bébé Carrousel ayant seulement 10 mois, la question ne se posait pas vraiment, et noël 2015 est passé comme ça, avec des « père noël » qui ont résonné dans les oreilles de Bébé Carrousel de la part de son entourage.

 Cette année encore, on peut plus ou moins contourner la question ; à ce stade, je formule les choses d’une façon (« Regarde ce que mamie t’a offert pour la Saint-Nicolas ! ») et son entourage d’une autre (« Qu’est ce qu’il t’a apporté le Saint-Nicolas ? »), sans que cela pose trop de problèmes. En plus, mon neveu croit également à tout cela, donc de toute façon je reste discrète sur ma façon de penser, il n’est pas question d’imposer aux autres familles ma vision des choses.

Car entre temps, j’ai affiné ma réflexion et affirmé mon opinion ; je ne ferai pas croire au père Noel (and Co !) à Bébé Carrousel.

Alors, NON, je ne prévois pas de lui brosser un triste tableau : « Alors tu vois, le père Noel c’est une invention du marketing pour faire vendre de jouets produits en Chine par des enfants, rien d’autre. Le gros Monsieur que tu vois porte un déguisement en polyester qui gratte, il boit de la bière et non du lait de poule et ce soir il va rentrer chez lui comme tout le monde dans son appart à banlieue-sur-marne et si un dîner l’attend, c’est sa femme qui la cuisiné car les elfes c’est du mytho. Les rennes qui volent, ça n’existe pas, même si personnellement à 5 ans j’étais convaincue d’avoir aperçu le traineau sur le trottoir devant chez ma mamie. C’est dommage ce serait pratique pour les trajets Paris – Campagne. C’est la famille qui se saigne pour t’offrir les cadeaux, d’ailleurs ton arrière grand-mère a vendu sa dent en or pour t’acheter la baraque des playmobiles. Il vaut mieux acheter les cadeaux dès le mois d’octobre pour éviter la cohue, les files d’attente et la mononucléose. Ma fille, tout espoir est vain, la magie n’existe pas, tu vis dans un monde de pute. Voila, joyeux noël ».

Nonmon but n’est pas d’enlever à ma fille la magie de noël, certainement pas et même au contraire ! Car pour moi la magie de noël est ailleurs, et je trouve que c’est assez hypocrite et réducteur de la résumer à ce gros bonhomme. Pour moi, à 26 ans, noël a toujours quelque chose de magique et de féerique, quelque chose qui me donne envie d’être meilleure, de penser un peu plus aux autres, quelque chose qui me fait chaud au cœur, et pourtant ça fait bien longtemps que je sais que ce n’est pas des lutins qui emballent l’i-phone 6 au pied du sapin. Non, c’est papa Ours et il galère grave, donc il demande à Mamie Ours comment on fait les paquets cadeaux, et ça je le sais très bien.

 

Pour moi, la magie de noël, c’est…


Se balader dans les rues pour admirer les décorations et, à la campagne, de traquer les fous de la LED qui décorent leur maison de la pelouse à la toiture avec guirlandes, rennes lumineux, lutins animés et père noël qui escalade la façade. Quand j’étais petite, nous allions dans un village voisin réputé pour ses décorations ; tous les habitants du village rivalisaient d’ingéniosité pour décorer leurs extérieurs et c’était un défilé de curieux qui venaient les admirer !

Choisir chaque année une ou deux boules supplémentaires pour le sapin (c’est Bébé Carrousel qui a choisi cette année) et le décorer le 1er week-end de décembre, bien au chaud chez soi quand il fait froid dehors, en sirotant un petit thé (et en empêchant bébé Carrousel d’avaler les agrafes !) avec un téléfilm de noël à la con en fond sonore.

Regarder avec ma maman, serrées l’une contre l’autre sous un plaid, un téléfilm de noël à la con susmentionné, en mangeant des Ferrero Rocher : un bébé pour noël, la magie de noël, un amour de noël…

Choisir avec soin, pour les gens qu’on aime, un présent qui leur fera plaisir, qui fera briller leurs yeux, qui sera l’occasion de dire ces Je t’aime qu’on ne dit pas assez souvent, de dire ces Merci qu’on devrait dire plus (merci de m’aider, merci de m’aimer, merci d’être là..). 

Le calendrier de l’avent, dont la perspective du petit chocolat me motivait à me lever chaque matin (et ce encore à 26 ans). Enfant, une fois le calendrier terminé (et je n’ai jamais été de ces enfants qui boulottent tous les chocolat dès le 2ème jour, non moi j’étais une enfant qui respectait scrupuleusement les règles !), je coulais du plâtre dans les fentes pour faire des moulages que je peignais, emballais dans du papier blanc décoré à coups de tampons, et que j’offrais à ma famille le 1er janvier. Un cadeau DIY, qui venait de mon cœur d’enfant, inutile et moche comme il se doit  : ))

Depuis quelques années, c’est Papa Ours qui m’achète le mien, le traditionnel calendrier avec les chocolats pas terribles qui ont le goût de l’enfance. Et maintenance, c’est au tour de Bébé Carrousel d’avoir le sien !


Se retrouver en famille, dans nos maisons chaudes et bien éclairées, avec ceux qu’on aime et qu’on ne voit pas aussi souvent qu’on voudrait. Rire, trinquer, offrir, serrer dans les bras, jouer à des jeux de société, faire un petit bac avec ta grand-mère qui dit n’importe quoi (« Prénom masculin en L : Nicole ! »), regarder en fond la rétrospective de l’année à la télé, danser parfois. Se retrouver dans la cuisine pour faire la vaisselle, se retrouver pour parler de trucs de filles avec les cousines, se retrouver en tête à tête pour un câlin avec ta fille. Monter avec les enfants les jeux qu’ils ont reçu (coucou, le garage 27 étage du neveu il y 2 ans !), chercher des piles partout, ramasser du papier cadeau dans les coins, dévisser les putains de fils de fers qui retiennent le chapeau des Pollypockets…

Manger beaucoup trop, des choses beaucoup trop bonnes et qui sortent de l’ordinaire. Essayer de se retenir à l’apéro, n’en plus pouvoir à la 2èmeentrée, craquer sur le fromage, dire bon un petit bout alors pour le dessert, faire des lanternes avec les peaux de Clémentine, décider de faire une cure détox le 2 janvier.

Penser un peu plus aux autres que d’habitude, savourer la chance qu’on a, d’avoir la santé, une famille, un toit sur notre tête, des gens à aimer et qui nous aiment. Donner au téléthon, ne plus avoir de ticket resto au moment de payer son déjeuner parce qu’on a tout donné aux gens qui mendiaient dans la rue et dans le RER.

Penser aux absents, à ceux qu’on aimerait avoir à nos côtés, un brin de mélancolie mais surtout beaucoup d’amouril aurait adoré cette bûche.

Voilà, c’est ça la magie de noël pour moi.

 

Et vraiment, j’ai l’impression que ce petit bonhomme rouge, avec son accès illimité à des cadeaux matériels et à de la main d’œuvre gratuite, passe totalement à côté du truc. Pourquoi priver les enfants de savoir qu’il y a des proches qui les aiment, qui veulent les gâter, parfois au prix de sacrifices, et leur laisser penser que tous ces présents tombent littéralement du ciel ? Comment leur inculquer la valeur des choses, puisque ça ne lui coûte rien au Père Noël, cette montagne de cadeaux sous le sapin? C’est ça qu’on dit magique, cette faculté que des cadeaux se matérialisent sur un simple souhait ? Est-ce que ce n’est pas dommage et contraire à l’esprit de noël, ce temps que passent les enfants à regarder des catalogues, à choisir des jouets, à se centrer sur le matériel, plutôt que d’apprécier ce qu’ils ont et que d’autres n’ont pas, plutôt que de les inciter à leur tour à donner un petit quelque chose, à faire un geste ? Pourquoi priver les enfants de découvrir le plaisir d’offrir, qui est souvent plus supérieur à celui de recevoir ? On se plaint que les enfants en veulent toujours plus, qu’ils n’ont pas la valeur des choses, qu’ils reçoivent sans donner, mais on n’encourage pas chez eux ces valeurs avec le mythe du père noël. Enfin, les cadeaux sont très axés « matériel », alors qu’à choisir la plupart des enfants préféreraient avoir de l’amour, de l’attention de leurs parents et des moments partagés. Quand on casse le mythe du père noël, on ouvre la porte à ce genre de cadeau :ma fille/mon fils, pour ce noël je choisis de t’offrir quelque chose de précieux ; du temps. Ensemble on va faire pleins de choses et c’est toi qui va choisir !


Et puis, avec le cheminement que j’ai fait cette année sur la voie de la bienveillance éducative, ma volonté d’être en permanence « vraie » avec ma fille, ça me semble vraiment contradictoire de me lancer dans ces mensonges, même s’ils sont « bien intentionnés ». Car le mensonge appelle le mensonge, on se retrouve sans arrêt à en rajouter une couche, à inventer des raisons qui justifient que le Père noël est à la fois à Pétaouchnok, au centre commercial de Trucmuchelesbains et qu’il a eu le temps de passer chez nous, que non, t’inquiète s’il n’y a pas de cheminée il passe dans la chatière, que « tiens c’est le père Noël de Paris qui est passé en avance parce qu’il savait qu’on était pas là le 24 », à dire qu’il a des vrais et des faux père noël quand les enfants commencent à remarquer les incohérence de chaussures et de couleurs d’yeux… On se retrouve à croquer avec 2 dents dans une Vache-qui-rit posée sur la table de chevet pour faire croire à la petite souris, à sortir l’échelle pour mettre des chocolats dans les arbres pour rendre les cloches réalistes, sauf quand il pleut « elles passent à l’intérieur », tout ça pour qu’un jour, la vérité éclate et que l’enfant se rende compte qu’on l’a berné pendant 7 ans et remette en question le lien de confiance…

Dernier argument qui me concerne, Papa Ours a rallié ma cause, pas plus tard que ce week-end au défilé du St-Nicolas  : 

Ô grand Saint Nicolas,
Patron des écoliers,
Apporte-moi des pommes
Dans mon petit panier.
Je serai toujours sage
Comme une petite image.
J’apprendrai mes leçons
Pour avoir des bonbons.

Venez, venez, Saint Nicolas,
Venez, venez, Saint Nicolas,
Venez, venez, Saint Nicolas, et tra la la…

Ô grand Saint Nicolas,
Patron des écoliers
Apporte-moi des jouets
Dans mon petit panier.
Je serai toujours sage
Comme un petit mouton.
J’apprendrai mes leçons
Pour avoir des bonbons.

 

« Ouais, c’est vraiment un truc à l’ancienne pour faire du chantage aux gosses en fait tout ça. Comme un petit mouton quoi, on ne veut pas que nos gosses soient des moutons ! ». J’en aurais eu les larmes aux yeux, Papa Ours poursuit sa conversion, youpi ! Alors, t’es d’accord, on ne va pas lui faire croire à tout ça ?

 

 

Et concrètement ?

 

 Alors concrètement, comme je le disais l’idée est de transmettre la magie de noël ; avec Bébé Carrousel, on fait le sapin, on regarde les lumières, on cuisine des biscuits… Je lui fais découvrir la magie de noël selon ma définition. On est allé au défilé de St Nicolas, on ira voir le père Noël plus tard si ça lui dit. On offre des cadeaux et on pense aux autres. J’aimerais l’an prochain que l’on fasse un calendrier de lavent inversé :  chaque jour, essayer de donner quelque chose a quelqu’un…


 A la St-Nicolas, je lui ai dis, quand il n’y avait pas d’enfants autour d’elle qui « y croient », que les cadeaux venaient de telle personne, qu’on va allait aller dire merci ensemble, qu’elle a de la chance d’être gâtée, qu’on a pensé à elle. Quand mon neveu (6 ans et demi) était là, je n’ai pas été dans un sens ni dans l’autre, simplement on a parlé du joli cadeau reçu chez mamie. Je ferai pareil à noël.

Quand elle m’a montré un dessin de père noël affiché à la crèche, j’ai commencé à lui expliquer qu’il était le personnage d’un conte, que je lui ai rapidement expliqué. Rien de plus à ce stade. 

L’an prochain (elle aura presque 3 ans), on en discutera un peu plus en amont ; j’ai dans l’idée de lui dire que certains enfants croient que ces contes sont vrais, que d’autres n’y croient pas. Que c’est elle qui voit ce qu’elle en pense. Ainsi la porte est ouverte si elle a envie de croire à cela car je sais que certains enfants ont vraiment très envie d’une part d’incroyable dans leur vie et je le respecte ! Mais moi je formulerai toujours les choses d’une façon à ne pas orienter sa pensée, je ne veux pas « lui faire croire » à tout ça. Si elle choisit qu’elle n’y croit pas, je lui expliquerai que la plupart des autres enfants croient que c’est vrai, que leurs parents font tout pour qu’ils y croient en pensant que ça leur fait plaisir et qu’il faut respecter cela. Chacun a le droit de croire en ce qu’il croit, et cela ferait beaucoup de peine aux autres enfants si elle cassait brutalement leur croyance. Je suis confiante dans le fait qu’on trouvera notre façon de gérer d’ici là. Je vous en reparlerai le moment venu  🙂

Et vous, vous faites comment chez vous ?

Advertisements

41 réflexions au sujet de « La magie de noël…. Sans père noël  ?  »

  1. Non mais pardon mais « prénom masculin en L : Nicole » je ne m’en suis pas encore remise je suis bidonnée dans mon bureau!!!!!
    Moi j’en suis encore au stade de la réflexion car mon fils a 13 mois. Donc il s’en fout royal. Mes parents ne m’ont pas fait croire au Père Noël, mais moi je suis fan de disney des contes des films (gnan gnan) de cette période etc. J’aime l’idée de mettre un peu de magie dans notre vie. Mais à l’inverse je n’ai pas envie qu’il soit déçu un jour de nos mensonges…. Donc je suis plutôt sur la même ligne que toi, le laisser décider de ce qu’il veut croire, tout en ne mentant pas… A suivre…. 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Pour nous, un Noël avec beaucoup de simplicité et pour le père Noel, juste la volonté de laisser libre l’imaginaire de ma fille et de s’adapter en fonction de ses croyances. Elle n’ a que 2 ans, elle nous posera forcement un jour des questions au sujet du père Noël… mais en attendant la magie de Noël c’est de s’accorder du temps ensemble pour faire des choses simples des biscuits, des jeux, des ballades…Le bonheur le plus doux est celui qu’on partage – Jacques Delille

    Aimé par 1 personne

  3. Je suis complètement d’accord avec toi et je crois que le mythe du Père Noël est tombé le 25/12/2015 dans notre famille. Cette année, mon grand aura un peu plus de 3 ans et mon petit presque 2 ans au moment de Noël. Je crois qu’il est tout juste temps d’arrêter les frais !

    J’ai semé l’idée dans la tête de mon mari il y a quelques jours. Après quelques réticences pourtant lucides (« je sais que c’est leur mentir, mais quand même »), il a fini par me rejoindre. Heureusement, à Noël, ils seront les seuls enfants du réveillon et du jour de Noël : pas d’autres visions à affronter ou confronter.

    En revanche, je me demande si nous devons briefer notre grand (puis notre petit, plus tard) pour l’école et pour ses copains qui y croient.
    Faut-il lui interdire de révéler la supercherie à ses camarades ?
    Respectera-t-il notre demande si nous la lui formulons ?
    Faut-il le laisser gérer tout seul ?
    Va-t-il leur dire qu’il n’existe pas ?
    Comment vont réagir ses copains ?
    Vont-ils le faire douter s’ils lui affirment que « ben si, il existe ! » ?

    Bref, choisir sa voie, c’est bien ; respecter celle des autres, c’est aussi bien. Mais dans l’entre-deux, on fait comment ?

    J'aime

    1. Je pense qu’il faut vraiment expliquer que pour les enfants qui y croient, ça leur ferait mal au coeur qu’on leur impose notre vision des choses, que ça doit être eux qui decident. Que chacun a ses croyances et il faut les respecter, comme la religion… Et si les autres font douter ton enfant ce n’est pas grave, il a le droit d’y croire si il veut… Je pense que je répondrais des choses Du style : »ah bon, x à dit ça ! « , « vraiment !  » et autre « je ne sais pas tu en penses quoi toi ? « . Du moment que le mensonge ne vient pas de nous…

      J'aime

      1. Merci pour tes conseils, je vais en effet essayer de le laisser venir, sans rentrer dans le « jeu ».
        (quel plaisir et quel encouragement de te lire, les jours de force comme les jours de faiblesse !)

        J'aime

  4. Vaste sujet, je suis aussi dans ce questionnement. Je n’ai pas envie de lui faire croire, je formule toujours mes phrases de manière à ne pas dire Le père noël pouet pouet mais elle y croit à fond. Alors je sais pas. J’aime pas le côté mensonge.
    Quand elle me dit le père noël va apporter les cadeaux dans combien de temps, je réponds, les cadeaux arriveront lorsqu’on aura mangé tous les chocolats du calendrier (un par jour je précise toujours, des fois qu’elle décide de tous les boulotter pour avoir les cadeaux tout de suite…).
    Je suis vraiment mitigée parce qu’elle a l’air à fond, je n’ai pas envie de casser son trip et en même temps, je n’ai pas envie qu’elle soit triste parce qu’on lui a menti une grande partie de sa vie.
    Que faire ? Bon, elle a 4 ans et demi et elle croit aussi aux fées. Quand elle me pose la question directement si les fées existent, je lui réponds que je n’en ai jamais vues en tout cas et toi, qu’est-ce que tu en penses ? Elle me réponds qu’elle pense qu’elles existent.
    Je crois que je suis dans le laisser dire, je n’essaie pas d’inventer des mensonges pour que l’histoire colle (mon mari un peu plus, tiens, le truc de la cheminée par exemple… on n’en a pas) mais je ne démens pas ouvertement non plus et je bannis tout chantage au père noël, je fais la guerre sur ça, c’est juste insupportable.
    Ah, et petit détail, ma fille ne pense pas que les lutins fabriquent les jouets par contre, non, le père noël va les acheter en magasin quand même… Ihi.

    J'aime

    1. Je pense que vous touchez du doigt le truc : les enfants aiment bien les trucs magiques et certains plus que d’autres. Certains croient au père noel, aux fees, a l’esprit des arbres, a pleins de choses en fait … Je ne pense pas qu’il soit utile de materler notre vérité mais que le laisser dire c’est bien… C’est à eux de trouver leur vérité :£

      J'aime

  5. Je commence a y reflechir bien que j’ai le temps (poupette bientot 14 mois). J’ai ete elevee avec le mythe du pere noel mais n’en garde aucun traumatisme (en revanche quand j’ai balancé l’info a mon petit frere, jai anéanti son rêve! ). Je suis tiraillée par rapport aux autres enfants de mon entourage en fait …

    Aimé par 1 personne

  6. J’aime et je souscrit totalement à ces Noël … Personnellement j’y ajoute les vertus de l’attente, la patience de savoir que Noël est déjà là mais pas tout à fait encore (d’où mon refus des calendriers de l’Avent qui donnent déjà plein de cadeaux avant que ce soit Noël), et puis, étant croyante, l’attente du cadeau suprême, le don de l’Amour pour l’humanité.

    Aimé par 1 personne

    1. Je suis tout ç fait d’accord d’ailleurs ici on avait jms de calendrier de l’avent avec des cadeaux ! c’était de jolies images derrière chaque volet qd j’étais enfant ! et aujourd’hui pour ma fille je lui ai fait un calendrier de l’avent avec des activités à faire ensemble ( lecture, bricolage, peinture etc ) et au dos une partie d’image qui au final reconstituera une grande et belle image !! 😉

      Aimé par 1 personne

  7. Chez nous aussi l’esprit de Noël est arrive et avec lui ce dilemne de père Noël.
    Mes parents ne nous ont jamais fait croire au père Noël, nous n’avons jamais eu le droit au voisin déguisé en Père Noel (que l’on reconnait à chaque fois). Mais Noel est toujours un moment magique, (meme maintenant que nous sommes tous grands)
    Je n’ai jamais raconté d’histoires de père noel à ma nénette qui a 5ans aujourd’hui. De toute façon je ne savais pas faire… Mais chez la nourrice, à la halte garderie, puis à l’école, ils sont bercés dans les histoires de Père Noel, donc forcément elle y croit au père noel…
    J’ai trouvé un début de solution, pas de si tu n’es pas sage le père Noel il te voit (c’est un peu patétique comme menace…)… Chez nous le père Noel n’apporte qu’un seul cadeau, et tous les autres cadeaux Ce sont les gens qui l’aiment qui lui offrent….
    cela permet de dire merci à tout le monde pour les cadeaux.
    et puis chez nous, il y a des cadeaux chez Papa, chez Maman, chez les grands parents, bref il y a plusieurs Noel… et le Père noel s’y perdrait….
    pas facile les familles recomposes

    Et surtout ça évite de se faire renvoyer de l’école jusqu’aux vacances de Noel.
    Si si, c’est arrive à mon petit frère il y a quelques années, nous n’avons jamais cru au père Noel et à 5 ans mon petit frère en a eu marre d’entendre les menaces de la maitresse : si vous n’êtes pas sages, pas de cadeaux du père Noel… Donc tel un hero au secours de ses copains, le couperet tombe: de toute façon le père noel n’existe pas… ce qui lui a valu de se faire traiter de menteur par la maitresse (le niveau était quand meme assez élevé..) et mon frère de lui répliquer qu’elle est tellement vieille qu’elle ne sait plus ce qu’elle dit… Bref, à 16h30, ma maman a été gentillement prié de garder sa chère tête blonde à la maison jusqu’aux vacances de Noël.
    Avec comme conclusion de la maitresse, quand on fait des choix d’éductaion décalés, il faut assumer Madame…
    Ca fait réver quand meme…

    Aimé par 1 personne

  8. En fait je trouve ca hallucinant ( voir pathétique en fait et très triste !!!) que Noel aujourd’hui se résume au Père Noel et que sans lui pas de Noel … faudrait -il rappeler à tous ces parents que Noel à la base c’était bien avant l’invention du Père Noel ??????? (merci les américains d’ailleurs hein !) Que à la base c’était pour fêter la naissance de Jésus ? ( alors certes cette fête a été placée la pour remplacer la fete paienne du soleil solstice d’hiver etc mais donc a la base ça n’a jamais été Père Noel !!) Alors les personnes « laïcité à tout prix » vont sortir les crocs : ah mais on est en pays laïc gnagnagna oui sauf que sans la religion pour le coup vous n’auriez pas Noel, vous n’auriez pas ces jours fériés etc etc donc faudrait un peu se réveiller et arrêter de penser dans le mauvais sens !!! Oui Noel a la base C’est SANS père noel !!! C’est si dur à accepter en fait meme pour des adultes ? ( sans compter le fait qu’on ment à nos enfants et leur demandons de ne pas mentir : faites ce que je dis faites pas ce que je fais jolie mentalité) Pourtant c’est tellement beau c’est esprit de Noel et ces traditions autour de valeurs importantes : le partage, l’accueil du pauvre etc pas besoin d’un Père Noel pour ça !!!
    Voilà voilà tout ça pour dire que je suis totalement d’accord avec vous et que ici non plus on n’a jamais cru et on n’a jamais fait croire au père noel !! Ici on célèbre la naissance de Jésus 🙂

    Aimé par 1 personne

  9. Pour ma part je considère le père noël des livres aux personnages d’autres livres (animaux par exemple) : demande-t-on à un enfant s’il croit que le cheval ou le loup parle en vrai ? Non, évidemment.
    Pour les peres noël attachés sur les toits / fenetres ou dans les arbres, évidemment c’est une poupée, c’est de la décoration au même titre que les guirelandes. Et l’enfant sait pertinemment que ce n’est pas une poupée qui va lui apporter des cadeaux. Je vous rejoins sur le fait que dire qu’il y a le pere noel de paris, trucmuch les bains ou autres bleds, est prendre les enfants pour ce qu’ils ne sont pas, et surtout vouloir leur faire croire à des choses incohérentes !

    Aimé par 2 people

  10. super article comme d’habitude 🙂 Pour mon ainé (qui a 13 ans) je ne voulais pas lui faire croire au pere noel. Mais avec l’école ( et la famille) il s’est mis à y croire. Donc je n’ai pas contredit cette croyance mais je ne l’ai pas enrichis en divers détail. Quand il me demandait par exemple « il habite ou le pere noel ? » je lui disais « je sais pas toi tu penses qu’il habite où ? » ect…
    A 4 ans, il me demande  » maman c’est quand meme bizzare cette histoire de pere noel, depuis le temps il devrait etre mort ! » moi :  » oui c’est bizzare » lui : » c’est peut etre son fils ? » moi : » peut etre ». Il a cogité quelques jours puis m’a demandé la question : « toi maman est ce que le pere noel existe ? » et la je lui airépondu : « il existe dans le coeur de ceux qui y croient ». Du coup je n’ai jamais menti à mon fils et c’est lui qui a décidé tout seul s’il devait y croire.
    Voila pour mon experience….
    Bonne fetes 🙂

    Aimé par 1 personne

  11. C’est drôle comme coïncidence. Je me suis posée la question pour la première fois hier soir alors que l’on discutait cadeaux pour la famille et que je me suis entendu dire qu’il allait falloir faire attention à ce que Notre puce n’entende pas. J’ai commencé à me demander ce que j’aimais et que j’aime encore dans cette periode : décorer le sapin en famille, le calendrier de l’avent, les musiques de Noël, les Plätzchen ( équivalent de tes Bredele j’imagine 😄) Et chercher les cadeaux pour nos proches. Ma soeur et moi adorions attendre le père Noel. Et quand j’ai été dans la confidence, je demandais une avance sur l’argent de poche pour moi aussi lui offrir un casseau. J’adorais voir ses yeux s’émerveiller à la découverte de ses cadeaux. Mais je ne veux pas mentir à ma fille pour autant.. Du coup j’ai lu les commentaires très inspirants et je pense que nous allons la laisser nous guider et s’appuyer sur les livres pour la laisser faire son choix, décider du degré de magie dont elle a besoin/envie. Encore merci pour ces articles qui m’accompagnent dans mon cheminement de maman.

    Aimé par 1 personne

  12. Bonjour, je partage votre avis concernant le Père Noël, mais j’ai des difficultés à aborder le sujet avec ma fille (deux ans et des bananes). Je cherche une histoire qui explique aux enfants la véritable histoire de Noël. Avez-vous des références à me conseiller. Merci

    J'aime

  13. Chez nous aussi c’était la saint Nicolas… et le 25 le petit Jésus… je garde un super souvenir de saint Nicolas s’enfuyant dans le jardin (mon père quoi !). pour ma fille,pas encore de choix fait… on verra, mais je souhaite conserver la magie de noel. Après il y a effectivement un grosse pression marketing assez agaçante…

    Aimé par 1 personne

  14. Bonsoir à toutes! Je suis super contente de voir que  » envisager de ne pas faire croire au père Noël à mon fils » n’est pas une remarque hallucinante ! Merci beaucoup pour votre blog, c’est incroyable de voir à quel point je suis en total accord avec tous vos discours Maman Poule, merci merci merci… Ça me conforte dans mes choix d’éducation. Bref, mon fils n’a que 15 mois, donc le père Noël, il le capte pas encore. Mais je m’étais posé la question bien avant d’être enceinte : c’est quoi cette blague avec le père Noël? On en a oublié l’essentiel avec cette légende qui a, à mon sens, été totalement dénaturée par notre société de consommation… Et franchement, quand on est gamin, c’est un mensonge ignoble mis en place par des adultes, normalement responsables des émotions de leurs enfants… On marche sur la tête quand même…
    Donc ça y ai, ma décision est prise ( et ce grâce à votre blog…!) : Je ne mentirai pas à mon fils au sujet du Père-Noel (et, je l’espère, sur aucun autre sujet d’ailleurs…) ! Reste à convaincre Papa…
    Bonne soirée !

    Aimé par 1 personne

  15. Je ne sais pas si vous connaissez, mais chez nous au Québec, en plus du père Noël, il y a un nouveau mensonge qui a fait son apparition dans les quoi, peut-être 3 dernières années, ça s’est propagé comme la peste, c’est en train de devenir une nouvelle tradition, c’est plutôt mignon mais ça reste un mensonge : les lutins. Les gens font un piège à lutin le 1er décembre. Ce sont de petites poupées articulées. L’idée c’est que lorsqu’on les a attrapés, ils habitent dans notre maison jusqu’à Noël, ils se figent le jour mais bougent la nuit. Tous les soirs, pendant que les enfants dorment, ils jouent des tours, genre qu’au petit matin, les enfants les trouvent dans la farine où ils ont fait des anges de neige, ou bien ils ont décoré le sapin avec du papier de toilette, ce genre de trucs. Les gens publient des photos sur Facebook sur les meilleurs coups de leurs lutins. Alors c’est une magie qui se renouvelle de jour en jour, et stimule l’imagination des parents qui peuvent voir l’émerveillement de leurs enfants. Mais ce qui est bizarre, c’est que pour l’instant, même les enfants plus vieux y croient dur comme fer. Ma grande a dû arrêter de croire au père Noël à 6-7 ans, mais même à 9 ans, elle croit aux lutins (à cause des copains d’école). Mes 3 plus vieux voulaient en attraper cette année, ont essayé de construire un piège, tout excités, sans succès (on a failli céder…), ont demandé pourquoi nous on n’avait pas de lutins dans notre maison… J’ai suggéré que comme les lutins aiment jouer des tours et mettre le désordre, ils doivent se dire que notre maison est dejà trop le bordel pour les attirer, qu’ils préféraient aller commettre leurs méfaits dans les maisons propres, mais ils sont quand même déçus (peut-être que ça va les motiver à se ramasser un peu, mais j’en doute ;o) ). Je n’aime ni l’idée de me lever la nuit (comme je me couche en même temps qu’eux), ni de créer d’autres trucs à avoir à nettoyer plus tard (déjà assez du bordel quotidien sans rajouter celui des tours de lutins), ni l’idée de leur mentir à tous les jours, même si j’avoue que je peux comprendre l’attrait de faire travailler son imagination pour faire de telles mises en scènes et voir l’excitation des enfants en réponse à nos efforts à leur réveil. Probablement pourquoi tellement de gens ont embarqué dans le jeu. Bref, tout ça pour dire que ça fait un autre mensonge de la société à gérer pour les parents!

    Aimé par 1 personne

    1. Ah, j’oubliais, et pour la fée des dents (votre souris je crois), jusqu’à maintenant on s’en est sorti parce que j’ai dit à ma fille que c’était bien plus cool de garder ses dents et d’en faire un collier lorsqu’elle les aura toutes perdues plutôt que d’essayer de les échanger à la fée des dents pour de l’argent…

      Aimé par 1 personne

  16. Merci pour ce nouvel article ! Poucet n’a que 11 mois, la question ne se pose pas encore pour lui. Par contre, je crois que je vais afficher des passages de ton article dans le gite que l’on a loué pour Noel, où l’on va passer la semaine avec ses 4 grands demi- frères et soeur.
    Malheureusement, la plus jeune croyait encore au père Noël jusqu’à l’année dernière (9.5 ans quand même !!!) malgré mes efforts pour lui dire qu’il n’existait pas quand elle posait la question. Elle est tellement matérialiste : ça fait 4 ans que j’entends à Noel : « oh le père Noel il ne m’a pas apporté beaucoup de cadeaux… » alors que notre budget est astronomique, qu’elle en a chez sa mère et chez son père, que les 4 (!) mamies ne l’oublient pas, et que ses chambres sont remplies de jouets. Bref, il est hors de question que je revive ça avec Poucet.

    PS : on dirait qu’on est originaires de la même région, il faudra bien que je pense à prendre nos billets pour l’Est le weekend de la St Nicolas l’année prochaine. L’air de la chanson de St Nicolas m’est revenu en lisant tes lignes.

    Aimé par 1 personne

  17. J’ai eu très peur en lisant le titre, mais comme pour tout, tu es finalement bien bienveillante 🙂
    Ma relation au Pere Noel et autres mythes n’est pas entachée de désillusions en apprenant la vérité, j’ai même choisi d’y croire jusque tard (notamment pour mes frère et soeur), et une part de moi y croit encore. Le réveillon du 24 décembre est notamment un souvenir fabuleux, où on jouait avec mes cousins, les coups à la porte, et la magie des paquets cadeaux. A quel age a-t-on cessé d’être dupes, mais de faire comme si ? Ne ne sait pas trop, mais la magie n’a jamais cessée, même quand on a été assez grands tous pour essayer de piéger le « Père Noël ». Est-ce que c’est parce que, justement, j’ai été accompagnés avec bienveillance ?
    En tout cas, je comprends le principe de ne pas mentir, etc… mais je suis opposée au fait de dire tout net « ca n’existe pas ». Je trouve que c’est briser l’imaginaire. Sinon quoi ? On leur dit aussi que non, on ne peut pas faire comme si on était sur la Lune parce qu’on n’y est pas en vrai quand ils ont envie de jouer ? Où s’arrêterait alors le fait de leur casser leurs illusions ? Aux fêtes dites « commerciales » ?
    Donc oui, je pensais partir sur le même principe de raconter la légende, lui demander s’il y croit ou pas. Et jouer le jeu le cas échéant, et lui répondre honnêtement quand il aura des questions. Mais certainement pas lui imposer de ne pas croire…

    Aimé par 2 people

  18. Chez nous on laisse planer le doute : je ne peux pas me résoudre à parler du PN comme s’il existait, mais je ressens une forte envie d’y croire du côté de mon loulou (Quand je lui demande « Tu crois qu’il existe ? », il répond « Oui ! »). Par contre, je lui ai dit « On raconte que le PN apporte des cadeaux aux enfants, mais à Noël, les gens peuvent se faire des cadeaux entre eux pour faire plaisir aux autres ». Du coup, plus besoin de se cacher pour faire des achats pour la famille etc. En gros, on ne casse pas sa baraque, mais on ne la renforce pas non plus, quoi.

    Aimé par 1 personne

  19. Chez nous, en Belgique, il n’y a que Saint-Nicolas, à Noël, père Noël fait partie de la décoration mais Noël ça a toujours été des échanges de cadeaux en famille. Pour Saint-Nicolas, j’y ai cru jusque 6 ans, où, en regardant la cheminée, j’ai dit à maman que c’était tout de même bizarre qu’il passe par là… Maman a souris et m’a expliqué. Je n’ai pas eu l’impression d’être trompée, juste de devenir grande, de faire partie du secret… Par contre, je n’ai pas très bien compris pourquoi les autres y croyaient encore, je manquais d’empathie, peut-être qu’on aurait dû m’accompagner un peu plus la dessus…
    Merci pour la réflexion! Ca fera son chemin chez nous aussi…

    Aimé par 1 personne

  20. Je ne suis pas d’accord du tout avec l’article.
    Personnellement je fais croire au Père Noël, à Saint-Nicolas, à la Petite Souris, aux Cloches de Pâques, etc. Je trouve que ça rend les fêtes plus magiques, et que ça crée de supers souvenirs d’enfance 😉

    J'aime

  21. Que je te comprend j’ai eu la même réflexion quand mon fils est né, il y a 4 ans; les mêmes doutes, les mêmes envies avant d’être confrontés au « mais tu es folle, lui enlever toute la magie de noël, c’est égoïste » et je t’en passe des meilleures. Et puis la société te rattrape car tu ne veux pas gâcher le noël des « copains » de ton enfant, contredire la maîtresse. Alors du coup je n’appuis pas la croyance et je ne l’interdis pas non plus; je le laisse faire ; résultat aujourd’hui il sait que noël arrive mais point, il n’en fait pas plus cas .Alors certes il regarde tout les catalogues avec tout les jouets mais pas parce que c’est noël seulement parce que, comme toute l’année, il aimerait tout. Il partage avec moi toute la joie de se retrouver en famille, la joie de toutes ces lumières sapins et décorations dans tout les magasins, jardins et ville; Et , pour l’instant, ça lui suffit .
    J’avais lu un article que, pour les enfants, noël était le moment le plus intense et formateur pour l’imagination de nos petits chérubins alors….
    Je détourne en lui disant que nous , on est des lutins et qu’on aide le père noël; comme ça nous faisons des cadeaux pour les grands parents fait de nos propres mains et c’est tellement plus rigolo… Nous sommes les pères-noëls à notre façons…
    Quoi que tu fasses , tu la guides mais elle entendra et croira en ce qui lui plaira……….
    Merci pour ton blog

    J'aime

  22. Merci d’avoir donné ton point de vue sur la question. Ce qui me rend le plus sceptique dans le père Noël n’est pas tant le fait de mentir ( car je pense que même dans une éducation positive et bienveillante in ne peut pas éviter les sujets ´negatifs’ tels que le mensonge qui doit à un moment donné être abordé avec l’enfant – comment je ne sais pas encore) mais c’est l’imaginaire imposé par ce personnage, copier coller pour tous les enfants, qui a pour but de passer par l’imaginaire non pas our développer la créativité le sens de l’adaptation pour l’enfant mais pour mieux faire passer la pilule commerciale. C’est en ca que c’est dérangeant. Mais comme on peut le lire ce qui n’est pas facile (et ca va pour l’éducation bienveillante en générale) c’est de pouvoir prendre une position vis à vis de son enfant (ne pas prôner le père Noël) sans qu’il se sente exclu car tout le reste de son environnement (qui vient aussi l’enrichir en le confrontant à des points e vue différent) pousse dans une autre direction (un Noël avec le père Noël c’est facile l’histoire est deja faite le personnage est connu de tous ….). Cette année je ne suis pas encore directement concernée car ma fille n’a que 14 mois mais 12 mois pur y réfléchir ne seront pas de trop car je ne sais vraiement pas encore comment aborder le sujet. Merci pour vos réflexions qui aident.

    Aimé par 1 personne

  23. A 3 ans je crois que ma fille n’y croit pas plus qu’elle y croit. Je crois que pour elle le Père Noël est une belle histoire (elle adore les histoires). Moi je lui demande ce qu’elle veut pour Noël et si elle me parle du Père Noël je lui dis qui va lui demander quoi dans la famille… Car je suis d’accord que c’est dommage que les gens ne soient pas remercier les cadeaux qu’ils font… Mais je ne veux pas casser l’ambiance. Par contre le too much où faut rien dire et faire volontairement croire qu’il existe moi ça me gonfle… Noël et le Père Noël pour elle je veux que ça reste une belle histoire qu’elle se fait comme le reste (comme les fantômes qu’elle adore parfois on invente qu’il y a des fantômes on peut inventer qu’il y a le père Noël sur le même principe si ça l’amuse)… Je suis pas là pour briser ses rêves mais je suis pas là non plus pour lui imposer une croyance à fond les ballons. Au final de toute façon pour Noël ma fille ne veut rien…. Les catalogues elle s’en fiche… Elle me parle d’une seule chose… Une clé dorée…

    J'aime

  24. Je partage tellement ce que tu dis!! Je pensais être anormale quand j’ai commencé à émettre l’idée autour de moi et j’ai failli abandonné cette idée jusqu’à la lecture de ton post! Je vais donc persévérer, merci !!!

    Aimé par 1 personne

  25. Pour notre part, ni mon mari ni moi n’avons été élevés dans la croyance au Père Noël, ce qui a rendu assez naturel le fait de ne pas y faire croire nos enfants.
    Nous ne leur avons jamais « cassé la baraque » non plus, et toujours dit que d’autres enfants y croient et qu’ils ont le droit (moi-même sans que mes parents fassent quoi que ce soit j’y ai cru une année, le fameux besoin de magie sûrement), mais nous n’entretenons pas le mythe.
    Nos raisons sont principalement les mêmes que les tiennes, et j’insiste notamment sur le fait que je trouve important qu’ils sachent qui leur offre des cadeaux et qu’ils apprennent à remercier.
    Mais surtout, pour nous comme chrétiens Noël c’est avant tout la naissance du Sauveur, qui est LE vrai cadeau, tous nos échanges de cadeaux prennent leur sens à partir de là. Le fait de ne pas faire croire au Père Noël participe de cette conviction.
    Et enfin (c’est sûrement la raison principale qui découle de la précédente) : comme catholiques nous tâchons de transmettre la foi à nos enfants, cette foi qui est centrale pour nous. À partir de là, c’est une question de cohérence : le jour où nos enfants de

    Aimé par 1 personne

  26. Ici on a coupé la poire en deux: le Père Noël passe pour les enfants, mais les adultes se font des cadeaux entre eux car c’est une période de fête et de partage. J’ai cru au Père Noël, mon mari aussi, et ni l’un ni l’autre n’avons été traumatisés d’apprendre qu’il n’existait pas. Par contre notre fille de 4 ans et demi sait que les pères Noël qu’elle peut croiser dans la rue ou en faisant les courses sont des gens déguisés. après on lui laisse le choix de croire ou pas; nous ne sommes pas croyants, mais nous lui avons expliqué les différentes religions en lui disant que personnellement nous ne croyions pas, mais qu’elle était libre de croire en Dieu et que nous serions là pour l’accompagner si elle choisissait cette voie. Pour le Père Noël je ne vois pas ça comme un mensonge mais comme une jolie façon de créer un peu de magie dans un monde où franchement c’est pas la joie…

    Aimé par 1 personne

  27. Bonjour,
    J’ai découvert ce blog il y a peu de temps et je suis ravie de lire ces beaux articles. Je n’adhère pas complètement à tout mais je suis persuadée que la bienveillance doit faire partie de notre quotidien (conviction que j’ai cependant du mal à appliquer en toute circonstance!).
    Pour en revenir au sujet du père noêl, je dirai que ce qui me gêne le plus ce n’est pas tant la croyance en ce bonhomme rouge, rappelant étrangement une boisson de la même couleur, mais plutôt l’avalanche indécente de cadeaux! Avalanche dont nous (je parle de mon mari et moi même) sont largement responsables!
    Nous sommes le 26/12 et hier en rangeant la maison après une journée bien remplie, je suis restée quelques minutes devant le tas de cartons et papiers en face de moi. OK nous étions 13 adultes et 5 enfants mais quand même, j’ai eu peur et je me suis sentie mal à l’aise. TROP il y ‘en a TROP!
    et finalement, que ce soit le père noêl ou pas c’est trop! Là où je rejoins l’article c’est qu’on en a oublié les fondamentaux.
    Je dois préciser que je pars de loin, puisque Noêl, je deteste mais aujourd’hui je commence à être heureuse de le fêter pour mes enfants. Je fais le sapin avec plaisir, les cadeaux aussi… Mon 1er petit cochon (c’est très affectif comme surnom;)) a 2,5 ans et mon 2ème, 6mois. Rien de special venant de moi a propos du père noêl cette année mais le chantage autour de ça a bien eu lieu de la part de tout l’entourage et j’avoue l’avoir fait une fois en desespoir de cause. Force a été de constater que ça n’avait aucun impact sur petit cochon qui ne s’est pas calmé pour autant. Et ça m’a un peu réconforté finalement!
    Donc je sui sconvaincue que l’année prochaine je n’insisterai pas plus sur la croyance au père noêl, il choisira d’y croire ou non et je respecterai son choix mais plus de chantage ridicule. J’ai envie que l’année prochaine il ne fasse pas que reçevoir, je voudrai qu’il participe à l’élaboration d’un petit cadeau pour chacune des personnes qui l’aiment et qu’il aime. uen étoile pour chacun à accrocher au sapin par exemple…. J’ai lu une idée géniale dans les commentaires concernant le calendrier de l’avent qui distribue une pièce de puzzle. Cette année c’était le 1er pour petit cochon et il a recraché tous les chocolats. Ce qu’il aimait c’était ouvrir les cases donc ouvrons des cases!!!!!

    Oula mon commentaire est immense.

    Bref, je dirai que pour moi Noêl ne sera plus pareil, Il faut rêver c’est indispensable au bon développement de l’être et c’est jamais trop à mon sens. Mais ce n’est pas dans le mensonge qu’on construit un rêve. C’est en laissant son imagination travailler.
    J’aimerai que mes ptits cochons soient libres de rêver autant qu’ils veulent pour survivre dans ce monde qui nous ramène trop souvent à la violence. Laisser rêver n’est pas se couper de la réalité mais pour moi c’est plutôt aider à la vivre le mieux possible.
    Bonne fêtes de fin d ‘année à toutes et tous 😀

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s