Maternage & Parentalité positive

Que penser de Super Nanny et des pétitions contre son émission ?

Ces derniers temps, une pétition adressée à l’émission « Super Nanny » fait grand bruit, puisqu’elle est relayée dans les médias et sites de puériculture généralistes.

Cela faisait longtemps que je voulais donner mon point de vue sur cette émission, et plusieurs lectrices m’en ont fait la demande aujourd’hui, c’est donc l’occasion rêvée (même si je sais que vous m’attendez au tournant pour obtenir l’article centré sur les alternatives à la punition, c’est en préparation, je prends même des notes dans les transports !).

10139419-16518495

 

Alors, j’en pense quoi, de Super Nanny ?

Parce que je considère que c’est important de garder un point de vue mesuré sur les choses, et que les avis trop tranchés sur cette émission grand public peuvent desservir la cause de la bienveillance éducative, je souhaite commencer par souligner les points positifs de l’émission. Je trouve positif que Super Nanny :

  • S’emploie à réinstaurer le dialogue dans les familles et à bannir les cris, dans des foyers où il n’y a aucun échange qui se fasse sans hurler et ou tout le monde est épuisé par les disputes perpétuelles.
  • Enseigne l’importance du temps passé ensemble, du jeux, des moments de complicité et des mots d’amour au quotidien.
  • Fasse passer des messages d’hygiène importants, en particulier le fait de limiter les écrans. La banalisation des écrans est une composante quasi-systématique de la vie des familles suivies et c’est vraiment une mesure indispensable que prend Super Nanny en sensibilisant les parents aux effets délétères des écrans, en terme de temps partagé et d’excitabilité des enfants.
  • Encourage les parents à accorder davantage d’autonomie et de responsabilité aux enfants, puisque permettre aux enfants de faire les choses par eux-même est le meilleur moyen que les choses se fassent sans difficulté (bon, dommage elle ne le présente pas ainsi) ;
  • Créer, dans certains cas, un espace de dialogue pour que les enfants puisse dire leur souffrance, dans les cas grave de « différences » entre frères et soeur, décès ou absence d’un parent, etc..
  • Fasse preuve d’empathie auprès des parents : je la sens touchée par la détresse des parents, avec une réelle envie de leur redonner espoir et de leur donner des clés en matière d’éducation ;

 

Par contre, pour le reste, je trouve l’émission (et je parle bien de l’émission, pas de la personne de Sylvie Jenaly) absolument désastreuse sur de nombreux plans :

  • Le concept même de l’émission ne devrait pas exister : on fait de l’audimat sur le dos de la détresse des familles, ni plus ni moins. C’est du voyeurisme dont les enfants sont les premières victimes. Leur image est exploitée sans leur consentement. Pourquoi toujours filmer les scènes sans le bain ou dans la douche, avec toute l’équipe du tournage sur place ?   Et pour faire de l’audience, c’est toujours la même recette : des enfants diabolisés, des parents victimisés. Je trouve lamentable qu’on encourage à grande échelle cette vision de l’enfant comme un pervers manipulateur face au pauvre parent dépassé qui pleure toutes les larmes de son corps. J’en ai regardé des émissions, et plus d’une fois ce qui m’a sauté aux yeux, c’est le comportement des parents : les enfants ne faisaient que répondre à la violence, aux incohérences ou aux maladresses parentales !
  • Dans le même ordre d’idée, les commentaires de la voix « OFF » qui rythment l’émission sont au service de l’audimat, pas de l’éducation ! De nouveau, toutes les scènes sont commentées pour les faire aller dans le sens voulu par la prod (ouuuuuuhhhh les vilains enfants capricieux!), quitte à les sortir de leur contexte ou à les exagérer. Même quand tout se passe bien, c’est « un stratagème des enfants en présence de Super Nanny » et « ça ne dure pas bien longtemps avant qu’ils ne se montrent sous leur vrai jour »…

nanny_214289_w460

J’ai été particulièrement marquée par un épisode évoquant l’allaitement : dans le résumé, le « teasing » qui passait les autres soirs de la semaine pour appâter le spectateur on entendait la synthèse suivante : « Machine est complètement dépassée : elle allaite toujours sa fille de 2 ans! « . Conclusion : l’allaitement à 2 ans était le signe que ça ne tournait pas rond dans cette famille ! Allo, allô, vous avez déjà entendu parler de cette petite instance de rien du tout qu’est l’Organisation Mondiale de la Santé et qui préconise l’allaitement jusqu’à 2 ans et plus ?  Au final, en regardant l’émission, on comprend que la maman est à l’initiative du sevrage : elle aimerait que sa fille ne tète plus et elle n’y arrive pas. Elle demande donc à Super Nanny, entre autres choses, de l’aider à faire respecter cette décision auprès de sa fille. Et super Nanny explique que l’allaitement, c’est bien mais qu’il ne doit pas être subi : sur ce point, on ne peut qu’être d’accord. C’est donc encore une fois les situations qui sont transformées, arrangées pour faire le buzz, au détriment des familles et des messages éducatifs, et derrière ce sont les idées à la con qui se multiplient (=l’allaitement long, c’est du laxisme). Comme s’il n’y avait pas déjà assez de conneries qui circulent librement dans ce pays (il n’y a qu’à voir les commentaires de certaines internautes sous l’article de Magicmaman sur le sujet, tiens! Je ne mets pas le lien exprès, j’ai peur de la contamination, je tiens à garder un lectorat de gens intelligents).

  • Les méthodes de Super Nanny sont dépassées. Bon, c’est VRAIMENT là que le bât blesse quand on prône une éducation bienveillante et respectueuse.

Déjà, que dire d’une professionnelle qui applique des recettes « toutes faites » à toutes les familles et à tous les enfants ? C’est toujours les mêmes méthodes : règles affichées, coin, punition, « le bon ton, la bonne attitude », « avec moi on ne joue pas ». Super. Quand on s’intéresse vraiment aux enfants, à ce qu’ils vivent, à leur développement, on sait qu’on ne peut pas réduire la complexité de ce qui se joue à 2 ou 3 mesures qu’on décline à toutes les sauces. On sait que rien n’est jamais gagné, qu’un grain de sable peut venir rouer la machine, on sait qu’il faut rester humble et se mettre à l’écoute de l’enfant, car c’est lui qui va nous guider.

Ensuite, bien-sûr Super Nanny défend une approche punitive de l’éducation, à base de sanctions, de punitions, de récompense, de privation, d’isolement et parfois de violences corporelles « légères » (secouer par le bras, par exemple) et vous savez maintenant en long, en large et en travers pourquoi, à mon sens, c’est une approche qui est contreproductive sur le long terme. Je vous renvoie à mon article, mais ce n’est pas ainsi que nos enfants vont devenir des adultes responsables, capables d’analyser et de prendre les bonnes décisions en assumant les conséquences de leurs actes !

Ce qui est frappant dans les émissions, c’est qu’elle ne s’intéresse qu’aux résultats, aux comportement inappropriés, sans jamais les considérer comme les symptômes qui signalent le vrai problème. Il s’agit systématiquement de « caprices » et de « manipulation » de la part de l’enfant alors qu’il y a souvent pourtant matière à analyser les causes de ces comportements, notamment l’absence de moments de qualité en famille et de témoignage d’amour! Je pense d’ailleurs qu’une des raisons qui laisse penser que les méthodes de Super Nanny « fonctionnent » au vu du climat plus apaisé dans les foyers à son départ, c’est simplement que son intervention permet aux enfants d’obtenir davantage de temps de qualité avec leurs parents. Sauf que bien-sûr, ce n’est pas le message que l’on fait passer ! Non, le message qu’on assène aux parents c’est « punissez, grondez et mettez au coin, tout ira beaucoup mieux et en plus vous enfants vous remercieront! « . Bref, une vraie publicité pour les violences éducatives ordinaires. En 2016 et avec l’ampleur que prend la bienveillance éducative, je pense qu’il est grand temps que les politiques publiques revoient leur copie quant à ce qui est pertinent d’être diffusé à grande échelle en matière d’éducation. Il est temps pour tout le monde de mener une vraie réflexion sur le sujet et d’arrêter de répéter les mêmes principes et les mêmes pratiques qui ont prouvé depuis des générations leur inefficacité. Il est temps que soit diffusé de vraies informations utiles pour que les parents se fassent leur propre idée sur comment faire avec leurs enfants et retrouver ainsi confiance en leur capacités, en proposant par exemple des informations concrètes et scientifique sur les étapes de maturation du cerveau. Mais comme ça risque de faire moins d’audimat….

  • Super Nanny témoigne très peu d’empathie envers les enfants. Je suis pourtant certaine qu’elle aime les enfants, sans quoi elle n’aurait pas choisi ce métier qu’elle dit exercer avec passion. Mais super Nanny est convaincue de ses méthodes et convaincue du caractère manipulateur des enfants, qu’elle voit comme des petits chiots à dresser. De ce fait, elle a forcément une approche dure avec eux, en cohérence avec ses principes éducatifs. Elle ne montre aucune empathie face à leurs émotions, qu’au contraire elle réprime ou tourne en dérision (« tu peux pleurer tant que tu veux je n’en ai rien à faire »), probablement comme on lui a enseigné à le faire.

supernannyquentin.png

Bref, Sylvie aurait besoin d’aller boire un petit café avec Isabelle et Catherine, histoire d’updater sa vision de l’enfant à la lumière des connaissances qui ont été établie depuis qu’elle a obtenu son diplôme. D’ailleurs, les formations professionnelles autour de la petite enfance sont encore nombreuse à véhiculer des principes dépassés… Super Nanny n’est pas forcément à blâmer, c’est ainsi : les choses changent, évoluent, progressent ! C’est un signe d’intelligence et de professionnalisme que de faire évoluer ses pratiques au fur et à mesure que les avancées scientifiques impactent nos connaissances ! Et ça, c’est entre ses mains.

  • Enfin que dire de la vision traditionnelle de la famille véhiculée par l’émission ? On se croirait dans Petit Ours brun, avec le père qui doit retrouver « sa place de chef de famille » et la mère qui doit « prendre soin du foyer », qui à le droit à des petites leçons de ménage et d’organisation, tout en « soignant sa féminité pour son mari ». J’ai presque l’impression de lire le manuel de la parfaite épouse de 1950 : avant que votre mari ne rentre du travail, allez vous rafraichir et mettez un nœud dans vos cheveux. Si votre mari vous propose de vous aider aux tâches domestiques, déclinez ; il ne faudrait pas qu’il se sente obligé de vous aider après sa journée de travail. Même si vous êtes tentée de lui faire part de vos petits tracas, vous veillerez à ne pas l’ennuyer avec vos soucis domestiques, il a d’autres choses plus importantes à penser. De nouveau Sylvie, il faut updater, on en est à la famille 3.0 maintenant (et tout le monde le sait, ce sont les FEMMES les chef de famille qui sont sur tous les fronts 😉 )

 

Alors du coup, tu la signes cette pétition ?

Sur le fond, oui : j’aimerais que cette émission soit arrêtée pour limiter les dégâts dans une société déjà très pro VEO (violences éducatives ordinaires), qui a encore tendance à considérer que frapper c’est éduquer (ouf, sur ce point Super Nanny nous épargne!) et qui n’a pas besoin qu’on vienne légitimer par une émission grand public sa tendance naturelle a penser que les enfants sont des manipulateurs à dresser. Dans l’idéal, j’aimerais que cette émission évolue sous une forme qui prône la bienveillance éducative (mais j’aimerais aussi perdre 3kg en mangeant du chocolat et trouver un thermomix à 200€ sur le Boncoin, donc je sais qu’on a pas toujours ce qu’on veut dans la vie).

Sur la forme, je suis plus nuancée. D’une part, je trouve les pétitions souvent trop frontales envers Sylvie Jenaly ; je désapprouve totalement ses méthodes mais je reste empathique vis à vis de sa personne. Je pense qu’elle est convaincue de bien faire, qu’elle aime les enfants et que lire les propos de ces pétitions peut énormément la blesser, notamment les termes de maltraitances. Avec l’éducation positive, le terme de maltraitance est souvent utilisé au sens strict : ce n’est pas « bien » traiter un enfant que de l’isoler, de le punir, de le secouer par le bras, de le forcer à faire des bisous, à dire pardon, etc. Le problème, c’est que le terme de maltraitance nous renvoi immédiatement aux pires sévices, à ces parents qui battent leurs enfants jusqu’au sang et jusqu’à la mort pour certains. Quand on reçoit des accusations de maltraitances en pleine face, alors qu’on à a cœur l’intérêt des familles, c’est violent.nt(les sentiments de la punition!). Mais pas la réflexion ni l’envie de changer. Je pense qu’il est de notre devoir, à nous qui voulons semer des graines de bienveillances dans les coeurs, de commencer par être bienveillants envers ceux qui font autrement. Les vrais « coupables » sur ce sujet, ce sont avant tout les chaînes qui sont prêtes à tout pour faire le buzz et les pouvoir publics qui le tolèrent alors que l’éducation est un sujet crucial avec lequel on ne devrait pas transiger.  Il ne s’agit pas de ne rien dire ou de cautionner, mais de dire des choses constructives susceptibles de faire évoluer les mentalités.

Par ailleurs, ces termes et formulations marquantes, comme celui de la maltraitance, repris et raccourcis dans les médias, ne servent pas la cause de la parentalité positive. Personnellement,  comme je suis bien au fait des principes de la parentalité positive, je comprends dans quelle mesure on emploie ces termes, je comprends qu’on parle de séquelles psychologiques provoqué par ces méthodes,  en référence en particulier à la sécrétion massive de cortisol dans les situations de stress, qui détruit et empêche les connexions neuronales. Le problème, c’est comment ces raccourcis sont interprétées par ceux qui pratiquent une éducation « traditionnelle » et qui ne perçoivent pas tout ce qu’il se joue derrière, ni le fait que ce n’est pas parce qu’on ne punit/claque/isole pas qu’on accepte tout ! Il suffit de lire certains articles qui relayent l’information et font passer les adeptes de la parentalité positive pour des hippie qui ont fumé le chanvre des inserts de leurs couches lavables. C’est finalement ouvrir la brèche aux commentaires de type « Non mais on va où la? V’la que maintenant, mettre son gosse au coin ça le traumatise à vie ! Une bonne fessée, voilà ce qu’il faut à ces enfants rois! » Tout ce qu’on voudrait éviter…

 

Du coup, on fait quoi ?

Vous avez mon avis sur la question, à vous de vous faire le vôtre et de décider par vous-même, vous savez bien qu’ici, il n’y a jamais de réponse toute faite 😉

Et n’hésitez pas à partager : qui-sait, Sylvie passera peut-être par ici et peut-être aura-t-elle envie d’en savoir plus sur la parentalité positive SANS RACCOURCIS et de sortir du débat stérile « qui a raison/qui a tort » qui enflamme la toile ces derniers temps, pour se recentrer sur ce qui compte vraiment : les enfants  ?

 

 

 

 

 

Advertisements

34 réflexions au sujet de « Que penser de Super Nanny et des pétitions contre son émission ? »

    1. je trouve horrible tout que l’on fait subir à sylvie et je crois qu’il faut être ferme lorsque l’on éduque un enfant. Si sylvie est amenée parfois à tirer les enfants par les bras c’est qu’il faut réagir très vite pour changer des années d’erreurs éducatives. J’ai beaucoup appris avec elle et depuis ma relation avec ma fille s’est beaucoup améliorée.
      Elle a non seulement sauvé des enfants mais aussi des couples en détresses bref des familles entières. J’ai signé une contre pétition et j’espère que d’autres personnes feront de même.

      J'aime

    2. Je tenais à réagir à votre article que je trouve très bien construit. J’ai reçu une enfance très atypique (parents naviguateurs, ma soeur et moi avont été scolarisees jusqu’à l’âge de nos 14 ans) avant de suivre une scolarité par correspondance) nos parents ont discuté avec nous et la transition s’est faite progressivement. J’ai voyagé de mes 14 ans jusqu’à mes 18 ans auprès de mes parents et ma soeur et nous avons habité dans plusieurs coins du globe. J’ai été frappée de voir la différence d’éducation et de comportement vis à vis des enfants. A Paris les mamans n’osent pas donner de fessées a leurs enfants de peur que des voisins ne contactent la DASS, quand dans certains pays une petite fessée ne choque personne.Ma mère et mon père ont d’ailleurs été fustigés par pas mal de personnes du fait de leur choix de nous avoir enlevé de l’école pour gérer les cours eux même ( nous avions des professeurs par correspondance) disant qu’ils étaient de mauvais parents pour les plus gentils et de véritables cinglés a qui ont devrait oter la garde de leurs enfants pour d’autres…alors qu’aujourd’hui je finis mes etudes de vétérinaires et que je suis tres epanouie.
      Je suis cependant soufflée de constater le nombre de troubles psychologiques et mentaux chez certaines familles européennes, elles qui prônent l éducation « développée et parfaite pour l’équilibre mental d’un enfant » À savoir être à l’écoute , ne pas crier, ne pas sévir, ne pas punir…etc Et apres se retrouve avec des pays défavorisés mais moins seuls et avec des enfants responsabilises très tot…malheureusement souvent trop tôt ( cest une constatation au fil de mon experience mais je nappuie aucune vérité absolue) même avec un rien les gens sz rassemblent, les familles sont soudés quand beaucoup de personnes de pays développés sont seuls ou on peu de famille . bien sur il y a différent cas et beaucoup de mauvais traitement de part et d’autre mais ce vouloir de toujours tout sonder de maniere psychologique en devient maladif. Par exemple je n’ai jamais entendu de ma vie des cas de bébés congelés quand je suis allée aux philipinnes ou en Thaïlande, quand ca semble une pathologie de plus en plus répandue en France ou aux USA par exemple. De même voir des meres pleurer lors des super nanny parce que « si je gronde mon enfant j’ai peur qu’il ne m’aime plus ohohoh… » tout cela m horripile, a croire que plus les gens ont les moyens d’avoir du confort, plus ils développent des mal êtres dans leur vie.
      Je trouve personellement que cette super nanny est très bien, ayant moi même reçu des punitions et des petites fessées petite je m’en porte très bien.en tant quenfant on cherche à pousser les limites, et c’est aux parents de cadrer ses enfants sans avoir un prendre un calepin un stylo et un fauteuil face a son enfant a chaquz fois que ce dernier fait un caprice pour essayer de comprendre l inconscient pseudo chamboulé et complexe de l’âge tendre…
      Je m’en vais signer la contre pétition pour supporter cette super nanny ( pour le reste , Oui ça reste une émission qui doit faire de l’audience mais je ne traiterai pas de ce sujet. ..a savoir que même les médias ne sont pas non plus blanc comme neige lors de leur informations, moi qui ne regardait pas la télé étant jeune, je n’ai jamais été une grande fan de tout cela.)

      J'aime

  1. Waw, bravo pour cet article! Je n’ai pas la télé donc je ne connais pas bien l’émission (même si je l’ai déjà vue) mais je trouve ton article formidable, très argumenté, mesuré et honnête, bravo bravo bravo!

    Aimé par 1 personne

  2. A reblogué ceci sur MarJeEvaet a ajouté:
    Un article complet pour comprendre clairement pourquoi cette émission n’est pas constructive au final malgré les bonnes intentions évoquées! (Rappelons nous à toutes fins utiles cet adage (que j’aime beaucoup 😉 ) « L’enfer est pavé de bonnes intentions » )

    J'aime

  3. J’avais cru comprendre que la pétition tournait aussi à propos de l’image des enfants, de leur intimité dont ils sont totalement privée lors des tournages. Ils tournent des scènes dans la salle de bain quoi ! Ils sont nus, floutés pour les téléspectateurs mais nus face aux caméramens. Il n’y a pas que la façon de faire de la nanny qui est remise en cause dans la pétition.
    Je te rejoins sur le côté « elle pense faire ce qu’elle fait pour le bien des enfants » mais finalement comme tous les parents lorsqu’ils utilisent les VEO.
    Je ne peux pas regarder cette émission, je n’ai même pas pu voir l’extrait qui circulait récemment (elle tirait violemment l’enfant par le bras pour l’emporter dans sa chambre), j’essaye de me protéger de tout ça. Je vois déjà tellement de VEO dans la vie de tous les jours, j’ai envie de sauver tout le monde. C’est dur, je suis trop sensible pour ce monde de brute. Et quand les enfants sont mes neveux ou nièces, pfff, j’ai juste envie de rester couchée sous ma couette (et perdre 5 kg en mangeant des chocolats… ihi). Merci pour ce site internet, je l’ai déjà dit et je me répète, ça fait du bien de lire tous ces articles et de me sentir moins folle de penser de cette façon quand on est seule dans cette mouvance dans mon entourage (même si mon mari évolue, et ça fait très très plaisir, même si c’est dur pour lui).
    Bref, je stoppe là ou je vais pleurer.
    Hâte de lire d’autres articles !

    Aimé par 2 people

  4. Je suis globalement d’accord avec ton analyse, même si je vois plus de points positifs à l’émission. Jusqu’à récemment, j’ai été longtemps une bonne téléspectatrice. Depuis quelques mois, je commence à nuancer mon point de vue avec l’assimilation des concepts Filliozat – Gueguen (et je n’éprouve plus le besoin ou l’envie de regarder cette émission que je considérais comme « structurante »)

    A/ Présenter toujours les mêmes méthodes aux parents, est pour moi la meilleure manière de donner des clés d’éducation aux parents-téléspectateurs largués (en regardant plusieurs émissions, ça leur donne le temps de les assimiler). Ca reste assez simple, et dans ce contexte, présenter un arsenal de solutions différentes pourrait faire penser à certains téléspectateurs que modifier des pratiques d’éducation, c’est hors de leur portée.

    B/ Dans une situation qui a déjà largement dégénéré, proposer quelques sanctions légères n’est-il pas la meilleure façon d’avoir des résultats visibles et remotivants pour les parents qui sont souvent démissionnaires ?
    Mais elle pourrait présenter les choses différemment :
    – ses « punitions » devraient être une présentées comme une manière de faire appliquer aux enfants la prise en compte du respect des besoins des autres membres de la famille, et de l’entité « famille »
    – son système de sanction ne pourrait être qu’une solution de transition, non satisfaisante sur le plan primordial qu’est le respect des besoins de l’enfant

    C/ De mon point de vue, elle insiste plus sur le côté « dépassé » des parents que sur le côté « capricieux » des enfants.
    Pour faire mieux, le mot « caprice » serait à rayer de son vocabulaire ; comme toi, je pense que Sylvie devrait se mettre à jour au niveau des découvertes scientifiques avec les neurosciences.

    D/ Il est vrai que je ne me suis jamais posé de question sur le « droit à l’image » et l’intimité des enfants. Je considère toujours un peu ces familles comme des « cas d’étude » qui me paraissent ultra-loin de moi. Par contre, si je connaissais une de ces familles de loin, je pense que j’aurais l’impression de violer leur intimité.

    En me relisant, je vois que le point B/ mon analyse est très bancal, et tient principalement au fait que je « crois » encore un peu en la « nécessité » des sanctions, comme solution transitoire, dans certaines situations installées qui ont dégénéré. Donc j’attends avec impatience ton article sur les alternatives à la punition !!

    J'aime

    1. Merci pour ton analyse. Je suis d’accord sur le fait qu’il ne faut pas « perdre » les parents, mais je pense que si l’émission avait une réelle vocation éducative pour les téléspectateurs, elle s’attacherait beaucoup plus à aider les parents à décrypter les comportements des enfants. Encore une fois, j’ai beaucoup de mal avec les approches centrées sur les symptomes (=mauvais comportement) et jamais sur les causes.

      Pour ton point B, à mes yeux Super Nanny pourrait largement redresser la situation sans avoir besoin de recourir, même provisoirement à la sanction et à la punition. Je pense même au cotnraire que ce serait contreproductif de mettre en place un système transitoire, ça brouillerait les messages. Simplement déjà en rétablissement dialogue et moments en famille, Super Nanny contribuerait à améliorer la situation ! En fait, elle pourrait faire exactement la même chose mais en version bienveillante ; enseigner l’écoute des émotions, comment réagir avec bienveillance dans telle ou telle situation… Le problème, c’est que ça ne « marcherait » pas en 3 jours et que ça ferait moins d’audimat….

      A bientôt par ici alors 😉 😉

      J'aime

  5. J’ai aussi changé de regard que l’émission depuis que je suis maman et après avoir lu Isabelle et catherine (je préfère catherine je crois).
    Je la trouve néanmoins positive sur le cadre à donner aux enfants : pas d’écrans, activités sportives, nourriture équilibrée, repas en famille… elle réintroduit aussi les câlins, jeux et temps d’écoute, même si il y a des punitions et un manque d’empathie comme nous le décelons nous, avec nos quelques notions de psychologie de l’enfant…
    mais elle s’adresse à un autre public.
    Loin de moi l’idée de vouloir dénigrer ces familles, mais si tous les foyers de France et de Navarre fonctionnaient comme ceci, ben déjà ce serai pas si mal.
    Évidemment je rêverai de voir la version gueguen à la télé… mais beaucoup de familles ne s’y retrouveraient pas.
    Bonne journée à toi !
    Bisous

    J'aime

  6. Très heureuse de lire enfin des propos mesurés sur le sujet !
    Merci.

    Petits détails sur la forme :
    Il y a deux petites « coquilles » dans cette phrase : « en proposant par exemple des enfants concrètes et scientifique sur les étapes de maturation du cerveau. » Je pense que c’est « émissions » et non « enfants » qu’il faut lire, et j’aurais mis « scientifique » au pluriel…

    J'aime

  7. Très bon article, merci beaucoup ! 🙂
    Je regrette cependant que vous ne fassiez pas mention de la dangerosité liée aux images diffusées dans l’émission. On ne peut décemment pas dire qu’un enfant décide de façon éclairée et réfléchie de passer à la télévision. Et ce, dans des situations qui peuvent leur porter préjudice dans leur futur d’adolescent ou d’adulte !
    Ça doit être sympa à 16 ans, quand on est complexé et mal dans sa peau, de savoir que les élèves de notre classe nous ont vu tout nu dans notre bain à la télévision, ou ont assisté aux soucis familiaux intimes qui ont pu nous toucher…
    L’image des enfants est exploitée sans mesurer les conséquences qu’il pourra y avoir plus tard..
    Et puis bon, avoir Super Nanny, un caméra-man, un preneur de son, et je ne sais qui d’autre dans la salle de bain pendant qu’on se lave, il doit y avoir plus confortable comme moment…

    J'aime

  8. « En proposant par exemple des enfants concrètes et scientifique sur les étapes de maturation du cerveau » petit bug ? ^^

    Merci pour cet article plein de bienveillance ; s’il n’y en avait qu’un à partager ce serait bien celui ci !

    J'aime

  9. Super article, très bien écrit! Je me suis retrouvée du jour au lendemain avec un enfant « difficile » à la maison. Et là, ce qui m’est venu en premier ce sont les méthodes de super nanny, parfois en plus violent, et je ne parle pas des cris… alors que ce n’est pas du tout moi!! Habituellement si calme, toujours en train de rigoler, je ne me reconnaissais pas! J’avais le sentiment de le rendre malheureux au quotidien, en tout cas de ne pas du tout contribuer à son épanouissement, j’en étais moi-même malheureuse et stressée, et on allait entrer dans un cercle vicieux, dans un climat détestable d’énervement à la maison.

    Bref, je raconte ma vie, ce que je veux dire c’est que l’on peut se retrouver démuni face à un enfant, surtout quand on s’occupe quotidiennement d’un enfant qui n’est pas le sien, d’un enfant qui n’entre pas dans le moule du comportement « acceptable » ou qu’on traverse soi-même des moments difficiles. Malheureusement, on n’enseigne pas à la tv ou dans l’entourage des bases de psychologie de l’enfant pour comprendre ses besoins élémentaires, ses capacités selon son âge, sa façon de communiquer, etc. Je suis heureuse d’avoir pris un nouveau chemin, avec encore tant de choses à apprendre… A mesure qu’il grandit nous avons des rapports très différents, beaucoup plus sains et sereins, tout le foyer est apaisé. Et bientôt je m’attends à passer pour une laxiste…

    Merci pour ces analyses et ces ressources qui aident à avancer et encouragent pour maintenir le cap dans les moments difficiles!

    Aimé par 1 personne

  10. Moi aussi je me sens profondément concernée par l’éducation positive mais parfois le quotidien avec 3 enfants, le boulot… ce n’est pas toujours simple !
    Et une émission similaire de « Super Nanny » mais version éducation positive et bienveillante –> J’ADORERAI ! (comme aussi perdre 5 kg en mangeant du chocolat!!!).
    De voir des familles qui traversent les mêmes difficultés que nous et les propositions d’amélioration grâce aux techniques d’éducation bienveillante, voilà ce dont j’ai besoin !

    Aimé par 1 personne

  11. Bel article… A ceci près qu’il y a quelques points à nuancer peut être. Sophie prône une éducation comme vous le dites à l’ancienne, qui a fait ses preuves. Ce genre se dépassement des enfants n’aurait jamais pu exister dans ce temps que vous dites plus lointain qu’il ne l’est. Les méthodes n’étaient pas les mêmes non plus je le concède mais de la à laisser faire tout et n’importe quoi à un enfant sous prétexte de ne pas le heurter dans son affectif et sa sensibilité il y a un énorme pas. Si l’enfant n’a plus se limite c’est la famille que l’on retrouvera dans ‘ma famille à besoin d’aide’ dans quelques années avec enfant qui reprochera à ses parents de ne pas avoir eu se limites. Après il faut prendre conscience que ce sont les parents débordés qui signent pour cette emission et qui acceptent que Super Nanny leur vienne en aide et que la télé diffuse des images de leurs enfants en train de faire la crise cul nu ou pas… Alors ce genre de pétition s’opposerait à cette cinquantaine de signatures volontaires et d’épisodes validés par des parents dans la détresse la plus profonde avec leurs enfants. Enfin en ce qui concerne la dureté combien d’émissions il y a eu avec un travail fait sur des parents parfois trop cassants envers leurs enfants. Encore une fois entre la dureté et le nécessaire pour se faire un minimum respecter il y a un pas. Soutien à Super Nanny of course 😉 qui fait un travail formidable en seulement deux jours par famille et qui après 25 ans de métier et une cinquantaine d’emissions n’a certainement plus rien à prouver aux centaines de jeunes parents qui, jaloux, galerent en essayant d’en faire des enfants rois via une éducation soi-disant positive. Les temps changent certes mais les enfants ne changent pas vraiment. Ils attendent juste de l’amour, de l’attention et des limites.

    J'aime

    1. L’éducation positive ne revient en aucun cas à tout laisser faire et à ne mettre aucune limite bien au contraire. Simplement les façons de le faire sont différentes mais je ne pourrais pas le résumer en un simple commentaire puisque c’est l’objet de tout mon blog et de dizaine de livres ! Vous confondez bienveillance éducative et laxiste.vous parlez de dérive qui n’auraient pas existé avant, mais ….

      -« Notre jeunesse […] est mal élevée, elle se moque de l’autorité et n’a aucune espèce de respect pour les anciens. Nos enfants d’aujourd’hui […] ne se lèvent pas quand un vieillard entre dans la pièce, ils répondent à leurs parents et bavardent au lieu de travailler. Ils sont tout simplement mauvais. »

      – « Je n’ai plus aucun espoir pour l’avenir de notre pays si la jeunesse d’aujourd’hui prend le commandement demain, parce que cette jeunesse est insupportable, sans retenue, simplement terrible. »

      – « Notre monde a atteint un stade critique. Les enfants n’écoutent plus leurs parents. La fin du monde ne peut pas être très loin. »

      – « Cette jeunesse est pourrie depuis le fond du cœur. Les jeunes gens sont malfaisants et paresseux. Ils ne seront jamais comme la jeunesse d’autrefois. Ceux d’aujourd’hui ne seront pas capables de maintenir notre culture. »

      – la première citation est de Socrate (470-399 av.JC).
      – la deuxième est d’Hésiode (720 av.JC)
      – la troisième est d’un prêtre égyptien (2000 av.JC)
      … et la dernière, vieille de plus de 3000 ans, a été découverte sur une poterie d’argile dans les ruines de Babylone.

      La preuve que chaque génération est persuadée que c’était mieux « avant » et se sache derrière cet argument fallacieux pour ne pas agir. Le monde n’est pas le meme, à l’époque de nos grands parents on valorisait la docilité mais aujourd’hui si on veut s’épanouir dans le monde actuel, il faut bien dautrzs qualité, notamment l’esprit critique, les facultés d’analyse, lindependance d’esprit… Et la créativité ! Toutes ces qualités ne sont absoluement pas encouragés par un système d’éducation traditionnel et punitif.

      Le problème est de réfléchir en terme de « preuve » et de dire que punir ça marche parce que ça marche SUR LE COUp et que ça apporte satisfaction aux parents. Mais quapprennent les enfants, à part la peur du gendarme ? Je vous renvoie à mon article précédent sur les punitions.
      Bref votre avis semble fait sur la question, mais une chose est sûre point de jalousie de la part des parents.bienveillants qui demandent le retrait de l’émission : simplement une volonté de faire progresser les mentalités dans le bon sens et il y a visiblement du chemin…

      Aimé par 1 personne

  12. Holà du calme… J’ai dit soit disant positive… Je parle de ces familles qui prônent une éducation positive et qui baignent dans le laxisme le plus total avec des minots qui cherchent les limites extrêmes au quotidien… Ces mêmes limites qui les rattrapent plus tard lorsqu’ils feront de plus grosses conneries et que la justice les rattrapent pour leur dire la limite en France elle est là. Oui pour une éducation positive qui les responsabilise, et qui pose les limites d’une éducation saine et respectueuse de chacun dans la famille, parents, frères, soeurs, animaux, mobiliers, et immobilier… Et dans leur entourage. Poser les bons jalons pour un bon départ dans la vie, c’est ça aussi être un parent, pas juste les câlins et les bisous. Enfin pour en revenir au thème, on parle la de familles qui ont signé et validé pour montrer à la télé leurs enfants cul nu, et leur famille en plein remaniement des jalons d’education. Émissions qui s’adressent à un large public et qui donc se ressemblent un peu toutes pour ne pas noyer les parents dans des centaines de méthodes. Et la méthode…. Y’en à pas cinquante quand on est débordé: c’est le redressement ponctuel. Ce qu’elle fait à merveille en ciblant les problèmes des parents, enfants, et parfois de l’entourage qui contribue à ce grand n’importe quoi.

    J'aime

  13. juste un seul point de l’article sur lequel je ne suis pas d’accord , c’est quand vous dites qu’elle n’a aucune compassion pour les enfants et que chaque pleur est un caprice , c’est faux ! j’ai pas vue toute les émissions , mais je me souvient bien d’une émission où justement , la gamine faisait tout le temps des caprices et où super nanny lui expliquait comment la « punir » , mais ensuite plus loin dans l’émission , la gamine s’est mise à pleurer et de suite la maman à voulu la punir et là , super nanny l’a retenue en lui expliquant qu’il fallait faire la différence entre les pleurs capricieux et les vrai pleurs de détresse , et elle lui à expliqué que là , il ne fallait pas la punir mais au contraire la cajoler et la consolé , bref , je voulais préciser ça , parce que juste sur ce point je vous ai trouvé un peu injuste ^^

    après , pour le reste , je pense sincèrement que même si elle ne montre pas le « bon exemple » , ou « l’exemple le plus parfait qui puisse existé » , ce qu’elle montre ces déjà bien par rapport au nombre monumentale de familles en détresse et de parents démissionnaires qui n’en peuvent plus , si déjà toutes les familles éduquaient leurs enfants comme elle le fait elle , ce serait déjà un énorme progrès et une grosse avancé , les méthodes que vous défendez deviendraient alors envisageable et acceptable dans l’esprit des gens , mais là maintenant , je crois pas du tout que ça pourrait fonctionner

    en plus … (rapport à un des commentaires) le fait de punir un enfant quand il désobéi n’empêche absolument pas de lui enseigner l’esprit critique , la créativité etc etc à d’autre moment de la journée , c’est pas parce qu’un enfant est puni qu’il deviendra forcément un abruti plus tard qui ne comprend rien du monde qui l’entoure ,
    et puis tout dépends de l’age de l’enfant aussi , par exemple lui « apprendre » que le feu c’est très dangereux et lui « faire confiance » pour qu’il n’y touche pas à un age où son cerveau n’assimile pas du tout le concept de danger , c’est stupide et ridicule , il vaux mieux interdire de façon radicale EN PLUS de lui expliqué que c’est dangereux (même s’il ne le comprend pas encore) et d’accompagner cette interdiction de « menace de punition » , sinon il s’en fichera , mais pour que la « menace de punition » fonctionne il faut obligatoirement qu’il ai déjà été puni et qu’il sache ce que ça implique comme désagréments ^^

    bref , à part ça , bel article ^^

    J'aime

    1. Merci pour votre point de vue. Cependant je ne le partage pas en particulier le dernier point. J’ai tjrs expliqué à ma fille, notamment en lui faisant toucher très délicatement et sous ma surveillance la chaleur du four, l’e tranchant du couteau etc…. Elle a tjrs compris et il n’y a jamais eu d’accident, je peux la laisser à côté de ma tasse de thé chaude en toute confiance, justement parce que je ne l’ai jamais menacé de la punir si elle touchait, auquel cas des que jaurais eu le dos tourne elle aurait été tenter de tester pour voir !!!

      J'aime

      1. j’entends bien ce que vous dites et je vous crois volontiers , mais j’ai aussi dis que ça dépendait de l’age ^^
        et même si je m’apprête à faire un tout petit hors sujet (veillez me pardonner) je suis convaincu que quelque soit la méthode d’éducation , plus tard l’enfant fera bien ce qu’il voudra et fera ces propres constat quoi qu’on ai pu lui apprendre plus jeune , pour exemple , mes frères et moi avons été éduqué de la même manière par les même parents , et moi j’ai une peur pas possible du feu alors que mon frère était fasciné par ce même feu , vers 10 ans il a failli bruler toute la maison et l’année suivante se bruler tout le corps avec un copain et encore un peu après il s’est réellement cramé les lèvres et les sourcils en faisant n’importe quoi avec mon autre frère , alors que ma mère nous à appris la même chose et de la même façon (mon autre frère à un rapport tout à fait « banal » au feu)
        comme quoi , qu’avec le même type d’éducation on peux obtenir des résultats allant vraiment du tout au rien , parce que le caractère , la personnalité et la sensibilité de l’enfant demeure plus forte que l’enseignement qu’il reçoit
        maintenant on est tous adulte et ça vas , mon frère n’est pas un sérial pyromane ^^ , mais rien que pour allumer un barbecue moi j’ai vraiment trop de mal alors c’est toujours lui qui s’y colle ^^

        J'aime

  14. Qu’est ce qu’on fait ? Rien, et on ne regarde pas ce genre d’émissions qui ne sont que de la « téléréalté » et, en revanche on se souvient des reportages de Daniel Karlin qui mettaient bien en évidence que les enfants eux-mêmes réclamaient les barrières pour se construire. Déficit d’éducation des parents. Hormis cela, point de salut. Bonne journée à vous.

    Aimé par 1 personne

  15. Cette émission est comme toute les émissions de téléréalité. Le fond est toujours détourné pour que cela plaise au public. On parle de violence faite contre les enfants dans Super Nanny, mais avez vous vu la violence qui émane de l’émission le grand frère. Toutes ces émissions de téléréalité ne relatent pas la vraie vie et ne mettent en exergue que le mauvais côté de l’homme (avec un grand « H ») Même Kho Lanta n’échappe pas à la règle. Mais revenons à Super Nanny et aux principes qui y sont appliqués. Si on n’impose pas de barrières tout part à vau-l’eau. C’est bien joli l’éducation positive mais on ne vit pas dans le monde des bisounours.
    Je pense qu’il en faudrait plus des Super Nanny pour aider les parents dépassés par leurs enfants. Mais sans les afficher à la télé dans ces émissions de téléréalité.
    Il y a du boulot pour mettre tout cela sur les bons rails.

    J'aime

  16. Merci beaucoup pour cet article plein de bon sens. Entièrement d’accord avec tous vos propos… à quand une super nanny bienveillante…. il serait temps que les pouvoirs publics se renseignent et se mettent enfin à penser autrement et à réfléchir l’éducation dans l’intérêt de l’enfant! Je suis éducatrice en protection de l’enfance…et je suis écoeurée des formations qu’on nous prodigue, des professionnels qui accompagnent ces enfants manquant cruellement d’empathie…je vais changer de structure voire même de voie… mon regard sur l’enfant à tellement changé…je ne peux plus revenir en arrière… merci….

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s