Maternage & Parentalité positive

Notre lit d’inspiration Montessori

Aujourd’hui, je ne vais pas trop m’étaler… Non, je ne suis pas malade, juste un peu prise. Par le temps (comme d’habitude hein) et par mon boulot, qui phagocyte actuellement toute mon énergie, ma disponibilité intellectuelle et ma capacité à écrire. Je n’ai d’énergie et de motivation pour rien, je ne rêve que de mon lit, de silence, de lumière (car, pour ne rien arranger, je bosse dans une grotte sans fenêtre !) et de balancer mon PC par la fenêtre (du bureau de quelqu’un d’autre, du coup…).

J’aborde donc aujourd’hui un sujet  qui ne me demande pas trop de réflexion, à savoir la présentation des derniers aménagements de type Montessori que nous avons apportés à la chambre de Bébé Carrousel… depuis 4 bons mois quand même, hum !

Maria Montessori qualifiait les lits à barreaux classiques dans lesquels dorment habituellement nos bébés de « cages à bébé » : ils ne peuvent ni y entrer ni en sortir seuls, au gré de leurs besoins de sommeil et d’exploration. Non, le sommeil du bébé occidental est généralement entièrement géré par le parent, qui décide quand l’enfant dort et quand il peut se lever. Et dans certaines familles, si les besoins de l’enfant ne correspondent pas aux attentes des parents, et bien l’enfant peut toujours pleurer tout son saoule dans son lit en secouant les barreaux jusqu’à ce qu’épuisement s’ensuive (« Il faut qu’il comprenne »).

Le lit de bébé tel que préconisé par Maria Montessori, est un simple matelas au sol, avec une couverture très peu bordée (pas de gigoteuse) ; l’enfant peut y entrer et en sortir à sa guise et ne se sent pas enfermé. Il peut gérer son sommeil, un besoin tout ce qu’il y a de plus physiologique, en toute autonomie à partir du moment où il sait se déplacer. On peut y mettre un bébé très petit, dès quelques mois, lorsqu’il est trop grand pour son petit berceau.

Pendant ma grossesse, je n’étais pas intéressée par la pédagogie Montessori comme je le suis aujourd’hui et c’est naturellement que j’envisageais un lit tout ce qu’il y a de plus classique pour ma fille. Dans le grenier de ma grand-mère, j’ai finalement déniché un lit des années 1950 dans laquelle mon propre père a dormi toute son enfance, que nous avons retapé, et j’étais très heureuse que bébé Carrousel dorme dans le même lit que son grand-père, car j’aime beaucoup les meubles chargés d’histoire.

Pendant ses premiers mois, elle a d’abord dormi dans un petit couffin en osier (la encore, un couffin familial dans lequel moi aussi j’ai dormi !) dans notre chambre, puis dans ce même couffin posé dans son lit… Ensuite (bon si vous me suivez depuis un moment vous le savez), son sommeil est totalement parti en vrille et pendant un an nous nous sommes contentés de la faire dormir là où elle voulait bien dormir, et c’était plus souvent dans les bras, l’écharpe ou notre lit que dans le sien. Quand elle a commencé à faire ses nuits dans son joli lit vintage, j’avais entre temps adopté au maximum la philosophie Montessori sur pleins d’aspects… mais je ne me voyais pas franchir le cap du lit au sol.

Après un an sans une nuit complète, j’avais peur :

  • Que le changement la perturbe et qu’elle se réveille de nouveau la nuit ;
  • Que notre rituel d’endormissement soit bouleversé si elle pouvait sortir de son lit après que je lui ai chanté sa berceuse ou si elle n’était pas dans sa gigoteuse ;
  • Qu’elle ne se sente pas contenue, sécurisée par les contours du lit ;
  • Qu’elle tombe ;

Finalement, sans aucun changement dans son mode de couchage, le sommeil de Bébé Carrousel s’est de nouveau dégradé tout seul vers ses 16 mois (après 4 beaux mois de répit quand même !) Comme beaucoup d’enfant (hein ? dites oui !), son sommeil est cyclique, au gré de ses apprentissages et angoisses du moment ! Il fallait de nouveau l’accompagner pour s’endormir, et parfois très longuement, et elle se réveillait de nouveau plusieurs fois par nuit.

Alors puisqu’on n’avait plus à rien à perdre, on en a profité pour lui installer un lit au sol (et je dis « on » car Papa Ours était 100% d’accord avec l’idée, je n’ai même pas eu à argumenter pour une fois) et terminer l’adéquation de sa chambre avec la philosophie d’éducation qui est la nôtre.  D’autant qu’à la crèche, elle dormait déjà dans ce type de lit au sol depuis le début (je surkiffe ma crèche, la dernière fois j’ai proposé à la directrice d’introduire le portage physiologique par les auxiliaires, et elle était tout à fait ouverte.. ; bref c’est un autre sujet !).

Quand Bébé Carrousel nous a vu tout chambouler dans sa chambre, elle était hystérique : elle se jetait sur le matelas en pleurant et en criant « non non non ! ». Cette enfant n’est décidément pas fan du changement (ce en quoi je ne la blâme pas, je pleure moi-même à chaque déménagement et me sent toujours déboussolée les premiers jours de vacances dans un nouveau lieu). Nous avons expliqué (de nouveau) et nous l’avons fait participer et porter les coussins, mais dans ma tête j’étais inquiète : ça s’annonçait mal cette histoire !

Nous avons complété l’installation avec deux grandes étagères ouvertes sur lesquelles sont à sa disposition ses jeux et ses plateaux Montessori, avec un roulement régulier (je range le reste dans un placard).

wp-image-1007654767jpeg.jpeg

wp-image-43676190jpeg.jpeg

Finalement, une fois le matelas mis au sol, elle l’a immédiatement adopté : elle s’est jetée dessus avec délice en disant « dodooooo », est allée chercher ses poupées pour se coucher avec elles,  s’est roulée dessus en long et en large… bref, elle ne déhottait plus du lit ! On en a profité pour faire faire la sieste et voir ainsi ce que ça donnait, en gardant nos rituels habituels : impeccable !

Sa première nuit : ni mieux, ni pire que les précédentes, c’est-à-dire pas terrible.

Mais le gros point positif, c’est qu’on a tout de suite senti qu’elle adorait cette installation et que malgré son besoin toujours fort d’être accompagnée dans le sommeil, elle allait au lit avec plaisir.  Elle est vraiment fière de son lit au sol et elle vient régulièrement y cocooner pendant la journée.

Je ne vais pas vous mentir ; le matin, lorsqu’elle se réveille, elle n’allume pas sa petite lampe pour jouer tranquillement tandis qu’on fait la grasse matinée comme le vanterait la pub Montessori si elle existait. Non, et d’ailleurs ça ne risque pas d’arriver puisqu’elle ne fait que la première partie de sa nuit dans sa chambre et la suite avec nous en cododo. Et elle ne nous rejoint pas non plus en pleine nuit pour se glisser entre nous sans qu’on ait besoin de se lever ; non, elle pleure et je vais la chercher. Elle est encore trop perdue pour ça !

Il n’y a donc pas de changement révolutionnaire pour nous dans son autonomie vis-à-vis du sommeil, mais d’une part je suis contente que nos installations soient 100% raccords avec notre philosophie et je pense que le fait qu’elle ne se sente plus enfermée, emprisonnée dans son lit, le fait qu’elle sait qu’elle peut se lever si elle veut, a contribué a bien améliorer l’endormissement.

En effet, le besoin de nous à l’endormissement s’est peu à peu réduit et aujourd’hui, elle s’endort de nouveau toute seule !!! Oh joie J Profitons-en à fond avant le prochain cycle…

Par contre, je reconnais que du point de vue de l’hygiène, ce n’est pas idéal d’avoir le matelas directement au sol ; chez nous, il est posé sur un tapis de gym et nous le relevons tous les matins quand nous aérons la chambre (sauf quand on est tellement à la bourre qu’on part avec encore tous les volets fermés, les lits pas faits et la gueule dans le cul). Combiné avec cette fucking moquette (non mais franchement, qui met encore de la moquette dans des apparts neufs ?!), ce n’est vraiment pas le top pour notre poupette asthmatique !! Du coup, j’ai repéré le super lit cabane au sol de Maman Louve et ça me tente bien… sauf que Papa Ours est tout sauf bricoleur, donc ce sera sûrement une nouvelle mission pour Papi Poule !

Bon week-end à tous (une petite grass’ mat qui sait, on peut rêver ?!)

Advertisements

14 réflexions au sujet de « Notre lit d’inspiration Montessori »

  1. Cela fait un bon moment que nous avons mis notre fille au sol. J’en avait entendu parler dans la pédagogie montessori lorsque j’étais enceinte mais c’était tellement pas habituel que j’ai gardé dans un coin de ma tête. Et puis ma fille ne s’endormant qu’au sein et impossible de la déplacer ensuite, le lit au sol s’est imposer. Surtout qu’on arrivait à nos limites en cododo avec un matelas trop juste et mon mari arrivait difficilement à supporter les bruits que faisait ma fille la nuit (elle a un sommeil très agité).
    Maintenant, je lui ai installé un matelas 90X190 comme ça je peux dormir avec elle pour les nuits un peu compliqué (c’est à dire souvent 🙂 )
    Maintenant, nous avons passé notre matelas au sol aussi et je trouve ça tellement pratique.
    Pour ma fille, son lit est posé juste par terre et on a pas de soucis (mais du parquet au sol)
    et pour nous, nous avons posé le matelas sur le sommier à latte que nous avions.
    Sinon, j’avais repérer une idée sympa, c’est de poser le matelas sur des palettes : https://echosverts.com/2016/10/23/diy-lit-double-et-tables-de-chevet-integrees-en-palettes/

    Aimé par 2 people

  2. Encore un article qui me fait du bien parce que je me dis que je ne suis pas la seule…. 22 mois déjà que mon mini boy est arrivé et a bouleversé ma vie et mes nuits, lol. Gros besoin de présence, de câlin, d’accompagnement, de temps pour l’endormissement. Réveils en pleurs dans la nuit qui me font me lever à chaque fois et souvent l’emmener dans ma chambre pour finir la nuit plus tranquillement avec moi. Et un lit en 70×120 très très bas (il peut monter et descendre seul sans souci) + couette installés voilà 3 mois. Je me suis intéressée à l’approche Montessori lors de ma grossesse et j’essaie de mettre en place ce que je peux. Mon mini boy a tout de suite investi et adopté son nouveau lit, reste plus qu’à y faire de gros dodo 🙂

    Aimé par 2 people

  3. En ce qui nous concerne, pour notre fille nous avons opté pour le lit au sol dès le départ (enfin après quelques semaines dans un couffin). Les endormissements et les nuits ont été chaotiques jusqu’à ces 9 mois. Le problème a été le suivant: à 8 mois notre petite puce ne faisait donc pas des nuits complètes et a commencé à se déplacer. Les choses se sont compliquées quand elle a compris qu’elle pouvait sortir de sont lit, jusque là lors des réveils nocturnes nous nous installions à côté d’elle (pratique pour ça le lit au sol) le temps qu’elle se rassure, puis on la laissait se rendormir seule ce qui marchait très bien mais dès qu’elle a su sortir impossible de se rendormir seule. Nos nuits qui n’étaient déjà pas simples sont devenues un vrai calvaire! Tout cela coïncidait avec l’arrêt de l’allaitement et le sevrage la nuit, ce qui n’a pas arrangé les choses. Du coup on a craqué et on a installé un lit cage… depuis elle s’endort seule le soir, se ré-endort seule la nuit et patiente tranquillement le matin… le bonheur!
    Déçue car j’aimais beaucoup l’idée de l’autonomie dans le sommeil, mais ma fille a 11 mois aujourd’hui et on a bien l’intention de ré-installé le lit bas un de ces jours, on attend que le rythme des nuits soit bien calé et on va essayer de nouveau…
    Pour autant je resté convaincu que cela peu bien fonctionné si les nuits de bébé sont bien calées avant qu’il ne sache sortir seul de son petit lis bas

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ce retour d’expérience ! Ce n’est pas la première fois qu’on me fait part de ce genre d’expérience « négative » avec le lit au sol, il faut savoir s’adapter comme vous l’avez fait 🙂 et comme vous dites c’est peut être transitoire 🙂

      J'aime

  4. Bonjour,
    Super cet article car ça fait 2 mois que je veux me lancer dans l’aventure du matelas au sol, mais j’ai les boules…!
    On a testé il y a 2 mois avec notre fils ( exactement comme sur votre photo : matelas coussins traversins, mais en moins beau, vos coussins sont super jolis !) ça a marché 2 nuits ( bon, il s’est un peu déplacé de traviole dans son sommeil sur son matelas donc j’ai redressé le petit bonhomme endormi au bout d’1h…), mais Papa n’est pas chaud du tout… Et surtout,lorsqu’on quitte la chambre, c’est la grande détresse pour note fils, des qu’on ferme la porte il est en larmes… Problème : sa chambre est à l’étage et on a pas encore de barrières de sécurité. Du coup si on laisse la porte entrouverte ( ce qu’on fait à chaque fois quand on le met dans son lit barreaux) c’est très dangereux. Et en +, quand on l’emmenait dans sa chambre, il se déplaçait dans tous les sens, tout foufou, tellement envie de jouer et pas du tout envie de dormir… Du coup je ne sais pas comment lui faire comprendre qu’au bout d’un moment, il faut s’allonger sur le matelas pour dormir…
    J’ai retenté il y a une semaine, mais mon état de fatigue et de tracas était tel que la patience m’a manquée… Notre petit garçon, une fois sur son matelas,s’est mis à jouer en se déplaçant partout partout, et quand j’ai quitté la chambre, c’était une fois de plus de gros sanglots…😥
    Si vous avez des p’tits conseils, je suis preneuse ! À noter que le sommeil de notre fils ( 16 mois hier) est très compliqué la journée, c’est dur de lui faire faire des siestes (chez nous bien sûr, chez la nounou no soucy !!!). Par contre, la nuit, j’avoue ne plus connaître les soucis que vous êtes nombreuses à vivre ( pour le moment du moins… je touche de la peau de singe…!).
    Bref, merci pour cet article, je vais relancer l’expérience… 😋
    Bon week-end à vous toutes et tous !

    Aimé par 2 people

    1. Merci pour votre retour d’expérience ! Chez nous, au passage du lit au sol nous avons conservé le même rituel dendormissement qui impliquait que je reste avec elle jusqu’à ce qu’elle s’endorme. Et ce rituel commence par des bercements dans mes bras le temps d’une chanson, ce qui la prépare bien au sommeil et rend la suite plus facile. Ensuite progressivement je me suis mise de plus en plus loin de son lit le temps qu’elle sendorme et maintenant je peux partir de sa chambre et la laisser s’endormir seule sans qu’elle pleure. Mais effectivement le lit au sol n’est pas compatible avec un endormissement en mode panique ou un bébé pas prêt à dormir, puisque du coup l’enfant sort de son lit… Chez nous je pense vrmt que c’est le rituel du soir immuable qui fait que ça se passe bien mais chaque enfant est tellement différent !!! Bon courage a vous en tous cas ❤

      J'aime

  5. J’aime l’idée, mais inapplicable chez nous pour l’instant avec le loutron (il a 7 mois). Il se réveille encore plusieurs fois par nuit -toutes les 2h cette nuit encore…- et ne se calme que si on (« je », en fait) le prend dans les bras pour le bercer; simplement s’allonger à côté de lui ne set à rien. Du coup je ne me sens pas de me baisser plusieurs fois dans la nuit, complètement dans le gaz, pour soulever ses 8kg.

    Aimé par 1 personne

  6. juste un petit bémol pour « les cages à bébés ». ma maman avait voulu me mettre un lit bas dés mes 18 mois (visionnaire ma mere 🙂 ). Ele se disait que ce serait plus simple pour moi pour en sortir. J’ai fait une telle crise que mon pere a du dans la journée remonter mon lit de bébé, que j’ai gardé jusqu’à mes 5 ans ! Je savais en sortir et y rentrer sans aide, c’était mon refuge et je ne l’ai jamais considéré comme une cage. Tout ça pour dire que, en général, ton analyse est bonne mais, en particulier, pas toujours :).
    Pour mon fils qui a 26 mois il a toujours sa « cage à bébé » 🙂 et il ya quelques mois je lui ai installé dans sa chambre un lit au sol et bien meme pour la sieste il veut que je le mette dans son lit a barreau (lui il sait pas sortir tout seul). Comme quoi, mais c’est son choix et tout comme moi en mon temps il a eu le choix.
    Bonnes fetes à toi, a petite caroussel et à papa ours. (désolé je me permets de te tutoyer, vu que je lis tous tes articles 🙂 )

    Aimé par 2 people

  7. Nous on a voulu essayer quand louloute avait dans les 1 an, et… je l’ai entendue gémir au milieu de la nuit : elle avait littéralement roulé jusqu’au milieu de sa chambre et elle était toute perdue… 😦
    Du coup, on a mis une barrière basse qu’elle pouvait escalader mais c’est quand même pas pareil. J’avais bien lu qu’a priori les bébés/enfants avait bien la notion de l’espace et qu’ils ne tombaient pas du lit… Raté pour nous ! On est les seuls chez qui c’est arrivé ??

    Aimé par 1 personne

  8. Cette vision des choses me correspond plutôt et j’aimerais beaucoup pouvoir en faire de même avec ma fille plus tard (elle a quatre mois et demi, ça me semble trop tôt). Je n’utilise pour l’instant pas de gigoteuse et comme elle dort dans un Bibed et ne bouge pas encore, je peux « coincer » les coins d’une couverture dessous pour qu’elle ne se découvre pas dans la nuit. Mais elle commence à essayer de se retourner et est bientôt trop grande pour qu’on puisse continuer ainsi.

    Alors je me demandais : ce genre de lit est génial (et j’adore aussi le lit cabane de maman louve), mais comment garder nos petits au chaud, s’ils font leurs nuits (parce que s’ils se réveillent on peut toujours les recouvrir régulièrement) surtout quand ils se déplacent ? La couverture à peine bordée ça ne marchera pas longtemps non ? Bébé Carrousel reste bien au chaud sous son drap ?

    Merci d’avance !

    Aimé par 1 personne

  9. Une nuit nous avons entendu un grand boum !!! Choupinette était tombée de son lit, un joli lit vintage en osier dont les barreaux n’étaient pas très haut, elle avait à peine 1 an. J’ai donc décidé de mettre un lit au sol, j’ai cherché longuement un lit adapté (je ne voulais pas mettre le matelas au sol pour des questions d’hygiène) j’ai finalement opté pour un lit ikea premier prix dont nous avons scié les pieds. Elle a pris grand plaisir a découvrir son nouveau lit mais le soir venu elle n’est pas resté dedans !!! il faut dire que depuis quelque nuit l’endormissement était plus compliqué … La première nuit (et les suivantes) elle se levait et pleurait derrière la porte (dur dur pour mon pauvre petit cœur) je lui expliquais qu’il fallait qu’elle dorme dans son lit mais en vain, elle finissait par s’endormir par terre et nous la recouchions dans son lit une fois le sommeil profond bien installé. Le lendemain nous lui expliquions qu’il fallait qu’elle s’endorme dans son lit. La semaine s’est écoulée de façon identique, je me posais beaucoup de questions mais j’ai voulu persévérer et finalement elle a fini assez rapidement par retourner se coucher dans son lit ou s’endormir directement dedans.
    Depuis, cela fait 8 mois, je suis très contente de mon choix, bien sur il y a des périodes plus difficiles où elle ne veut pas aller se coucher et donc se met derrière la porte, il y a eu aussi quelques chutes (mais de pas bien haut !)
    J’ai l’impression que ce lit lui plait et qu’elle y est bien dedans. Parfois lorsqu’elle est fatiguée, elle va d’elle même se reposer dans le lit.

    J'aime

  10. Ici on avait un lit « cage » évolutif. Un peu avant les 18 mois de notre fille, on a donc virer les barrières (après l’avoir retrouvé en train de passer par dessus le lit) et elle a donc depuis un « vrai » lit mais très bas (comme les lit futon).

    Du coup elle a pu y grimper et descendre seule sans soucis. Le gros avantage étant qu’elle venait toute seule nous rejoindre dans notre chambre après :p et nous on peut rester au chaud sous la couette.

    J'aime

  11. Comme beaucoup, je suis rassurée de voir que je ne suis pas la seule à vivre ces nuits difficiles avec ma petiote. Moi aussi depuis plusieurs mois, j’ai enlevé les barrières d’un lit bébé ikéa pour qu’elle puisse monter toute seule et que je puisse m’asseoir avec elle pour lire. Seulement je peine à la faire dormir dedans, du fait qu’elle est habitué à s’endormir au sein. J’ai essayé à plusierus reprises de la faire dormir, et je finis par y arriver en la massant et chantonnant, seulement les réveils répétés par la suite font que je craque et finit par la récupérer avec moi. Du coup, je dors avec elle dans un grand lit à côté puisque sa chambre était auparavant notre chambre d’amis et pour le moment on dort du coup ensemble et le papa tranquil dans l’autre chambre au moins lui dort sans interruption. Je me retrouev beaucoup dans ce que tu dis, et donc pour le moment je continue à subir, c’est dur elle se réveille malgré être à mes côtés, elle pleurniche, je donne le sein sans trop savoir si c’est vraiment la bonne solution pour la consoler. C’est dur de pas savoir, pourquoi bébé pleure, est ce qu’il a faim, soif, veux un calin, a fais un cauchemar, souffre à cause des dents ou d’autre chose, c’est vraiment dur on ne s’imagine pas d’avoir ses préoccupations en permanence, et que même lorsqu’elle dort, je me réveille pour vérifier, si elle respire si tout vabien et je ne dors jamais. Depuis 15 mois maintenant, je n’ai pas dormi UNE seule nuit complète, et je me demande comment je tiens encore debout la journée, comment je suis aussi active parce que pas le choix toujours des choses à faire et surtout avec un enfant ! Je ne sais pas quel rituel adopter pour la faire dormir plus sereinement, j’aimerais retenter l’expérience de la faire dormir dans son lit juste pour pouvoir moi dormir dans le mien parce que je dors quand même mieux. Mais je ne suis pas partisante du laisser pleurer, j’ai essayer déjà tellement de choses, je pense acheter une lampe veilleuse peut être pour l’accompagner dans son sommeil. Je me demande aussi si je me retente de lui donner de la mélatonine, qui aide à rythmer le sommeil, j’ai l’impression de pas controler la situation et de devoir la droguer pour qu’elle dorme c’est absurbe, même en étant auprès d’elle elle se réveille alors je me sens un peu désemparé. Comme décris dans ce forum, on ne peux pas se culpabiliser de faire du cododo c’est normal c’est comme les animaux, ils aiment dormir blottis et au chaud, il n’y a pas de choses écrites qui soit mal à faire ou autre, mais il faut l’admettre que je rêverais de pouvoir dormir plus sereinement et qu’elle aussi le puisse. Que faire ?

    J'aime

    1. Marion, je comprends ton désarroi. Le cododo n’a pas l’air reposant chez toi, tu dois être très fatiguée. As-tu essayé de consulter un kinésiologue ? De te faire conseiller des huiles essentielles ? De l’homeopathie (rescue kids) ? Ces différentes pistes pourraient déjà aider ta puce à avoir un sommeil plus apaisé en cododo, je sais que nous y avons recours lorsqu ma fille a le sommeil agité malgré le sommeil partagé. Une fois cela acquis, il sera peut-etre plus facilement envisageable de bien caler un rituel du coucher dans son lit, pour que tu puisses passer au moins une première partie de la nuit dans ton lit avec ton mari, puis cododoter à partir du premier reveil nocturne… C’est comme ça qu’on fonctionne chez nous. Je te conseille également « un sommeil paisible et sans pleurs » de Pantley ; il y a des pistes bienveillantes pour stopper l’association « sein-dodo » quand on en peut plus, sans pour autant laisser pleurer bébé. Je te souhaite bon courage, n’hésite pas à me redonner de tes nouvelles !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s