Maternage & Parentalité positive

Pourquoi ne pas forcer les enfants à faire des bisous (bordel!)

Cela ne vous a pas échappé, le sujet du harcèlement sexuel est au coeur des médias ces derniers temps, avec le #payetonporc et le #metoo et tous ces témoignages de femmes victimes de harcèlement ou de propos dégradants, ces experiences où, pour faire simple, les femmes ne sont pas entendues quand elles disent non (ou qu’elles se font traiter de salope ou pire pour oser le dire).

Et bien moi, ça me renforce dans l’une de mes convictions qui est parfois mal accueillie par mon entourage : on ne force pas les enfants à embrasser ou à être embrassés !

Scène typique : c’est dimanche et c’est repas de famille. Arrivent arrière papi et arrière mamie, qui voient tes enfants une fois tous les deux mois. Bonjour mamie, ça va, ça va et toi maman poule, ohhh et voilà la petite Carrousel, bonjour Carrousel. A ce stade ma Carrousel est souvent intimidée, accrochée à moi : je vous ai déjà dit qu’elle a besoin d’un temps d’adaptation, même avec les gens qu’elle connaît un peu ou beaucoup. Tu me fais un bisous ? A ce moment la, je prends soin de toujours dire ostensiblement à ma Carrousel qu’elle n’est pas obligée de faire un bisous mais que j’aimerais qu’elle dise bonjour. Le message est visiblement bien arrivé chez ma puce, qui dit généralement bonjour ou fait un coucou de la main, parfois un bisous volant quand elle apprécie les gens, mais le message n’est pas bien passé chez arrière-papi et chez d’autres personnes de notre entourage. En effet, alors que tout dans le comportement de ma Carrousel indique qu’elle ne veut ni faire, ni recevoir de bisous, arrière-papi l’attrape dans les bras et l’embrasse alors qu’elle se débat, crie et m’appelle. 

Tant et si bien que j’ai du mettre les pieds dans le plat, en essayant d’être subtile par respect de l’harmonie familiale et du déroulé du repas : je ne veux pas qu’on oblige mes filles à faire des bisous ni qu’on les embrasse sans qu’elles soient d’accord !

C’est un exemple flagrant d’adultisme, ou on se permet avec les enfants des choses qu’on ne se permettrait pas avec les adultes. Ce sont les premiers jalons de la culture du viol qu’on pose en faisant fi des protestations des enfants qui ne veulent pas être touchés ou embrassés. Comment leur enseigner les notions de consentement et de respect de leur corps, si ces notions peuvent être allègrement malmenées sans que personne ne dise rien, des lors qu’on est en cercle de plus ou moins proches ? Quand on sait qu’une majorité des violences sexuelles ont lieu au sein de la famille, ce n’est pas étonnant que les enfants n’osent pas parler et pensent que peut être la situation est normale et qu’ils ont tort de se sentir mal.

Alors bon, j’ai essayé de la faire courte et diplomate pour arrière-papi (parce que arrière papi me pose quand même des questions telles que « alors comment tu la corriges si tu ne la frappes pas? » donc on part de loin… de trèèèès loin) mais ça ne l’a pas empêché de s’engouffrer dans le raccourci tout indiqué pour s’indigner plutôt que de se remettre en question : « Alors ça, c’est la meilleure, voilà que je ne peux plus embrasser mon arrière petite fille sans être accusé d’inceste ! ».  On est d’accord que c’est pas ce que j’ai dit, hein ? Mais a un moment, merde c’est quoi cette manie de forcer le contact comme ça, sous prétexte que ce sont des enfants…. Et que donc il ne peuvent pas se défendre ? 

Au delà de cette règle du « tu n’es pas obligée de faire un bisous si tu ne veux pas », que nous sommes les premiers à respecter en tant que parents, j’essaye de mettre d’autres petites choses simples en place pour faire intégrer à Mademoiselle Carrousel les notions de consentement, d’intimité, de respect de son corps : 
– Je lui ai expliqué que son corps est à elle et que personne ne peut la toucher si elle n’est pas d’accord, y compris les adultes qu’elle connaît. « C’est mon corps maman! » me dit elle fièrement. « ‘ca c’est ton corps, ca c’est le corps de papa, ça c’est le corps de Fusée… ». 

En ce moment, circule cette belle illustration d’Elise Gravel du consentement expliqué aux enfants… Et aux adultes ! Je me la suis mise de côté pour avoir un support pour en reparler.

– Cela fait bien un an que nous l’encourageons à se laver seule (avant ses 2 ans, donc), sans le faire à sa place ou repasser derrière elle. Je lui montre sur moi et on fait ainsi ensemble. Et quand elle n’est pas trop décidée et qu’elle me demande de faire, je l’invite au moins à laver elle même ses fesses et son sexe. Idem pour s’essuyer ; je l’essuie pour l’instant quand elle va a la selle mais je la laisse gérer ses pipis et je l’encourage à aller aux toilettes toute seule, sans que je sois a côté a vérifier. Papi Ours ne me comprend pas du tout sur ce point, pour lui un papa et une maman ont le droit de toucher leur enfant pour les gestes de soin. Je ne dis pas qu’on ne peut jamais le faire, mais pour moi c’est important de poser ces jalons très tôt, de ne pas toucher ses parties intimes à partir du moment où elle sait faire seule et d’adopter globalement des gestes respectueux de son corps qui ne m’appartient en rien (j’en avais parlé au sujet du perçage des oreilles).

– Je montre le bon exemple : la derniere fois elle s’est plainte d’avoir la « zezette qui gratte », je lui ai proposé de s’allonger pour que je regarde si elle était rouge et je lui ai demandé si je pouvais la toucher pour examiner. Quand je me trouve en présence d’autres enfants, je leur demande si je peux leur faire un bisou ou non. On parle aussi souvent de la notion de consentement dans pleins de situation : si machine ne s’amuse pas, ce n’est plus un jeu, on arrête. Si je dis stop aux chatouilles, tu dois respecter, c’est mon corps. 

Côté livre, j’étais tombé sur « respecte mon corps » de Catherine Dolto, que je lui lis en modifiant certains passages encore compliqués pour son âge. 

Pour que nos enfants respectent leur corps, ceux des autres et sachent dire non à des gestes non consentis, on a tout intérêt à arrêter de considérer qu’on peut disposer de leur corps comme s’ils nous appartenait. Comme ça peut être qu’un jour, entre autres violences, nos filles ne trouveront jamais normal qu’un gynécologue envisage de leur taillader le périnée sans leur demander leur avis 😉

Publicités

40 réflexions au sujet de « Pourquoi ne pas forcer les enfants à faire des bisous (bordel!) »

  1. Tellement d’accord avec toi!! Ca paraît tellement évident en plus!
    Mais ce n’est pas facile à faire comprendre aux générations du dessus. Pourtant moi même je me rappelle avoir détesté être obligée de faire des bisous aux vieux grands parents qui piquent et qui ne sentaient pas la rose! Et ma mère qui s´offusque que je n’apprenne pas à ma fille à embrasser sur commande! Et bien non! Elle fait des bisous à qu’il elle le veut!

    Aimé par 1 personne

  2. Totalement d’accord avec toi ! En plus c’est tellement culturel ! Ma famille maternelle est allemande. Et je me souviens de la réaction d’une tante vers laquelle je m’avançais pour lui faire la bise, âgée de 10 ans. Elle s’est reculée d’un air dégoûté en s’exclamant  » ah ces français et leur bises ».

    Aimé par 2 people

  3. Comme d’habitude… merci pour ce beau billet pleins de bon sens pour ma part en tout cas.
    Et pour le bonjour, si elle ne dit pas bonjour à un membre de ta famille, comment réagit il?
    Dans ma belle famille c’est à base de « tu dis bonjour à mamie… » insupportable 😅

    J'aime

    1. Les codes sociaux, pas avant 4 ou 5 ans. Tu peux dire ça à la personne qui s’offusque.
      Sinon, il parait que la technique de parler du sentiment de celui qui voudrait recevoir le bonjour incite plutôt l’enfant à comprendre et avoir envie de dire bonjour/merci/au revoir etc de lui-même, en le voulant vraiment. Par ex: « Tu sais, je crois que tata XY aime bien qu’on lui dise bonjour. »

      Aimé par 1 personne

  4. J’avais jamais vu les choses sous cet angle et j’avais moi même pour habitude d’aller faire un bisous a mes neveux et nièces sans demander. Je m’en rend compte maintenant, encore une fois tu m’ouvre les yeux sur des choses importantes pour l’avenir. Merci !

    Aimé par 2 people

  5. Ton article invite à la réflexion. Pour ma part j’avais classé le bisou d’un enfant dans la même case que faire la bise: les femmes font la bise en général et les hommes se serrent la main. Donc ça ne me choquait pas. Mais en y réfléchissant je n’aime pas faire la bise quand il y a trop de personnes ou des gens inconnus, je réserve ça aux proches tant que possible, et je suis pas à l’aise avec les gens trop tactiles ou qui s’approchent trop près pour me parler. Du coup je vais y réfléchir un peu plus pour le coup…..
    Sinon j’ai des garçons mais mon grand s’est lavé très vite seul sans que ça soit le fruit d’une réflexion, ça me semblait normal même s’il n’y a aucun tabou chez nous pour la nudité comme tu dis c’est son corps il en dispose « comme il veut » (en privé et avec les mains propres ! 😆)

    J'aime

  6. Bonjour Happynaiss,
    Je trouve fort pertinent le lien que vous faites entre droit de disposer de son propre corps et le fait que les violences sexuelles ne soient plus acceptées pour des raisons d’âge, d’autorité, de statut..

    L’autorité, l’âge ne sont pas raison. Néanmoins je trouve en réponse à un commentaire que tout le monde a droit à un « Bonjour »

    Je me permets de partager sur ma page votre article très pertinent. Merci

    J'aime

  7. Sujet difficile. Effectivement, de notre côté également, on essaie de ne pas forcer au bisous, mais inciter au bonjour seulement. Quant au sujet du corps, c’est difficile de trouver les mots justes. Comment éduquer sans inquiéter ? Comment parler de ce sujet avec nos (petits) enfants sans entrer dans des détails qui seraient de nature à générer des questions difficiles pour eux ? Ma grande de 4 ans essaie maintenant systématiquement de comprendre le « pourquoi » de tout ce qu’on lui dit, et de faire ensuite des connexions avec d’autres choses qu’elle connait. Et là, on entre immanquablement sur le sujet des « méchants »… Bref, pas facile en tant que parent de jongler entre une innocence qu’on aimerait préserver, et ces principes si importants à leur inculquer pour qu’ils soient capables de se protéger, de protéger les autres, mais aussi de construire une société peut être différente de celle dans laquelle nous vivons.

    J'aime

  8. Merci ! Je suis d’accord à 100%… et ça me booste pour mettre « les pieds dans le plat » la prochaine fois avec mes parents s’ils insistent trop ! ^^

    J'aime

  9. Merci!
    Tout ça me fait vraiment réfléchir sur nos pratiques. J’approuve totalement que l’on doit apprendre aux enfants à respecter leur corps et que s’il n’ont pas envie de recevoir ou de faire un bisou, ils en ont tout à fait le droit. Et on oublie souvent que nous enfant, on n’avait pas toujours envie de donner ou recevoir un bisou. Parfois, ça l’est encore à l’âge adulte! Pourquoi ne respectons-nous pas plus le chois de l’adulte. Il n’y a rien d’impolie à dire bonjour sans faire la bises?…

    J'aime

  10. Encore un sujet sur lequel je te rejoins à 100% même si je suis moins systématique dans mes explications et demande à mon fils.

    Il reste cependant quelques cas où je ne suis pas satisfaite de la manière dont je gère les choses vis à vis de son corps et son consentement :
    – Dans le cas des soins de santé, pour lequel mon fils est rarement consentant ou coopératif. Ce sont des petites choses bêtes comme nettoyer le nez, mais il m’arrive de forcer.
    – L’habillement. Idéalement, je voudrais pouvoir dire que j’ai suffisamment de lâcher prise et de skills en « outil de bienveillance » pour ne jamais forcer l’enfilage d’un body mais c’est faux, surtout en cette période où il préférerait aller chez la nounou nu par 11° que porter la moindre couche de vêtements…

    J'aime

  11. encore un article très pertinent. mon fils est encore bébé et ne peut pas exprimer ses envies, mais déjà, je suis énervée par tous les gens qui veulent le toucher ou l’embrasser!
    J’ai toujours fait très attention à ne pas forcer les enfants à faire des bisous et je suis toujours très gênée quand certains parents, qui sont des amis par ailleurs se « battent » et se « fachent » pour que leur enfant vienne me faire un bisous. je dis toujours  » si il ne veut pas, ce n’est pas grave » mais je dois aussi respecter l’éducation des parents et je n’insiste pas. mais il est clair que moi-même, en tant qu’adulte je me passerais bien de faire la bise parfois (et même de serrer la main à des gens peu ragoutants…) je ne vois pas pourquoi forcer le enfants.
    sous couvert de politesse, on fait n’importe quoi. le « bonjour » ou le signe de la main suffit amplement! malheureusement, ça ne concerne pas que les « anciennes générations et c’est effectivement très franco-français!

    J'aime

  12. Ton article est très juste et pousse un peu plus les réflexions que je m’étais faites sur l’obligation des bisous pour dire bonjour. Tu mets des mots sur un malaise que je rencontrais parfois… Merci ! Je partage !

    Aimé par 1 personne

  13. Mes parents ne nous ont jamais obligés à faire des bisous pour dire bonjour, mon frère et moi. Dans la famille on passait un peu pour les enfants gâtés/mal élevés mais je trouve qu’ils ont eu raison. Moi-même je n’ai jamais spontanément fait la bise à un enfant que je connais peu pour lui dire bonjour car j’estime que c’est un geste social de salutation entre adultes et pas une salutation appropriée à l’égard d’un petit car trop intrusive.

    J'aime

  14. Bonjour Maman Poule et heureuse de vous lire, ça fit presque 1 an que je vous ai lâchement abandonnée… (pas vraiment le temps et des soucis malheureusement)… Et pour tout vous dire, je n’ai pas lu entièrement votre article (un peu long et je suis au boulot !), j’ai juste capté le message général auquel j’adhère à 100% !!! J’ai une trouille bleu que mon fils aille à l’école justement car j’ai peur de agressions sexuelles. Par ailleurs, ma famille est concernée par des cas d’abus graves, ce qui explique mes angoisses bien sûr (sur les quelles je travaille évidemment). Et votre article est pile poil ce que j’avais besoin de lire en ce moment pour trouver les solutions afin que mon petit bout d’choux apprenne à comprendre que son corps est à lui et personne ne doit le forcer à quoi que ce soit. Je fais exactement comme vous avec votre fille : le bisous n’est pas obligatoire pour dire bonjour, mais c’est important qu’il fasse un petit signe : saluer les gens fait partie des nos codes sociaux à intégrer. Bref, merci pour cet article et félicitations pour votre 2ème petite ange. J’espère que vous allez bien et que la vie à 4 vous offre beaucoup de bonheur malgré les difficultés que cela peut aussi apporter j’imagine. A bientôt et bonne continuation.

    J'aime

  15. Génial je suis là encore entièrement d’accord !!! Merci pour cet article

    Chez nous, entre « elle est timide…?! » La réponse est devenue automatique « non simplement il lui faut un peu de temps »
    Ça marche tres bien avec les inconnus comme avec les mamies…
    Et pour dire bonjour et le bisous, j’observe ma fille cachée derrière ma jambe et annonce « attends elle te (ou vous) fera un bisou dans 5 minutes »
    Tout le monde est content et oublie. Et parfois, un moment après tout le monde est surpris par ma puce qui vient spontanément faire un bisou, voire un petit câlin à la personne !!!!!

    Reste pour moi le travail de la douche car tu as entièrement raison et je ne sais pas pourquoi j’éprouve le besoin d’être sure qu’elle est bien savonnée (uniquement le sexe et les fesses, les aisselles et les pieds LOL). Alors c’est moi qui fait et ça l’infantilise alors qu’avec le papa elle se débrouille !
    Et moi même ne suis pas une fan du savon sur les parties intimes !

    Donc une réflexion est à mener sur ces automatismes debiles !!

    Aimé par 1 personne

  16. C’est dans l’actu, et c’est bien d’en parler ! Au début on a été « non pas de bisous si elle ne veut pas », puis on a un peu cédé à la pression familiale (on est loin et les grand-parents sont vus 2 fois par an…), puis on est revenu sur le « c’est elle qui décide ». Le plus difficile ça reste entre les 2 soeurs, la grande refuse quasi systématiquement et la petite est en demande (et en période « colère si refus » ^^).
    Finalement auprès de la famille on demande aux filles si elles veulent bien faire un bisou, et en général dans ce cas ça passe.
    Pour la toilette et les soins, depuis qu’elles sont capables de dire oui / non je demande leur accord. Les soins j’explique un maximum selon leur âge, et je leur précise que si elles ne veulent pas elles-mêmes c’est moi qui ferait.
    Les mentalités changent petit à petit, et c’est une bonne chose.

    J'aime

  17. Quels horribles souvenirs j’ai de mon enfance où il fallait absolument que j’aille faire un bisous à l’horrible grand-tante Georgette qui avait du poil au menton et que, pour éviter, j’allais me cacher dans les rideaux de ma grand-mère…
    Plus tard, ado, j’ai eu une phase où je refusais de faire la bise car mon père avait des amis qui me semblaient un peu libidineux — j’ai été tournée en ridicule, j’étais traitée de snob, je faisais « ma crise », etc. Je me rappelle avoir dit à ma mère que j’aimais pas qu’on me touche, à quoi elle a répondu que je n’étais pas normale (bon, mes parents sont tout pourris, je l’ai déjà dit quinze fois en commentaire je crois, on a plus de relation, mais ce genre de truc reste).
    Pas plus tard hier, mon fils me fait un câlin quand je rentre de mon rendez-vous et la mamie (ma belle-mère donc) se retrouve prise de ce qui semble être un accès de jalousie (oui ma belle-mère, c’est un cas d’étude) et l’attrape de force! Elle m’avait déjà gonflé sur d’autres points donc je n’ai pas eu le réflexe de réagir hier, mais en on reparlera à froid. En général, elle lui demande si elle peut lui faire un bisous et s’il ne s’éloigne pas, elle l’embrasse sur le front. Je ne sais pas quelle mouche l’a piquée hier mais ça ne m’étonne pas tant que ça de sa part donc je sais qu’il est important qu’on aborde le sujet.
    Merci pour cet article génial (comme d’hab!).

    J'aime

  18. Cette pression sociale du bisou m’exaspère/me choque également. Un simple bonjour peut amplement suffire surtout s’il est donné spontanément avec le sourire. En revanche tout rappel à l’ordre « dis bonjour=fais un bisou » ne fera que braquer l’enfant me semble-t-il. Certaines personnes peuvent sembler impressionnantes, d’autres peu connues (la famille que l’on voit 4x/an), d’autres carrément effrayantes… Autant laisser les enfants apprivoiser leurs sensations et peut-être changer d’avis par eux-mêmes, à leur rythme. Et favoriser une prochaine rencontre plus détendue! Ma fille aime dire bonjour mais les bisous sont réservés aux proches uniquement.
    Merci pour cet article différent de la vague actuelle sur le harcèlement mais qui en est une très bonne introduction finalement!

    J'aime

  19. Encore un article qui m’enchante! Je fais partie des réfractaires du bisou, et même du contact en général. Les chiens ne faisant pas des chats, ma fille n’est pas du tout du genre tactile, du haut de ses 10 mois. Jamais je ne l’ai contrainte à un câlin qu’elle ne voulait pas, de même que je refuse que qui que ce soit la prenne si elle n’en manifeste pas l’envie. Nos bébés subissent bien assez de contraintes comme ça! Les bisous, ce sera pareil: si elle le veut, pas de problème, si elle ne le veut pas, je ne comprends pas l’intérêt de la forcer. Les bisous ne font pas partie de la politesse ni des convenances de bases. Tant qu’elle dira bonjour, libre à elle de décider de quoi s’accompagnera ce mot déjà suffisant!

    J'aime

  20. Tout à fait d’accord. Et grand merci pour le partage de la bd : j’ai un souci « inverse » avec mon garçon qui veut absolument faire un bisou pour dire bonjour à ses camarades de classe le matin et beaucoup de mal à lui faire comprendre qu’eux n’ont pas forcément envie. Ça va m’aider !

    Aimé par 1 personne

  21. Je suis tellement d’accord avec toi, Little T se lave seul depuis ces 3 ans et oui je vérifie tout de même de temps en temps mais je respecte qu’il veuille son intimité et qu’il veuille être seul, c’est son corps et il a le droit de dire ce qu’il veut ou non…c’est tellement important!

    J'aime

  22. Merci beaucoup pour ton article qui traduit si bien ma pensée ! J’avais d’ailleurs prévu d’écrire aussi sur le sujet ^^
    Personne ne trouverait normal qu’on impose un bisous ou un câlin à un adulte, on parlerait tout de suite de violences sexuelles, d’attouchements… alors pourquoi ce serait OK pour un enfant ?
    Moi aussi je suis fatiguée de devoir reprendre, justifier, expliquer encore… Mais quand cette logique paraîtra normale aux yeux de tous ? Continuons d’expliquer, c’est pour la bonne cause ! 😉

    Aimé par 1 personne

  23. Coucou,
    Bon, rien à voir avec le sujet de l’article, plutôt avec le thème du blog en général, mais je voulais te conseiller un petit documentaire que je suis en train de regarder. Peut-être connais-tu déjà, je crois qu’il date un peu ^^ ça s’appelle « L’odyssée de l’empathie », et ça parle de bienveillance ^^

    J'aime

  24. Bonjour !

    Je lis ton blog depuis quelques mois, je le trouve top, le ton, les sujets, ta façon d’écrire me touchent énormément !

    Vaste sujet que le respect de soi et de son corps… Et effectivement le coup des bisous, difficile à faire passer auprès des générations d’avant. Je le vis avec ma grande fille de 4.5 ans qui a toujours et a toujours eu besoin d’un temps d’acclimatation en présence de la famille ou d’amis. Et qui n’est pas bisous du tout !! Et la rengaine immédiate quand on dit « pas de bisou forcé ! » : « mais ! Entre grands parents et petits enfants, tout de même, on peut ? » Ben non…

    Après, je réagis sur la petite illustration que tu as mise : la première image dit « personne n’a le droit de te toucher si tu n’en as pas envie ». Oui mais… c’est plus compliqué que ça non ? Comment on fait pour (comme le disait une personne plus haut) le mouchage de nez, les soins pas très agréables mais nécessaires, et même, chez le docteur ? Peu d’enfants ont envie de se faire triturer par le médecin et pourtant il le faut… on leur dit quoi alors dans ces cas-là ? Cas complexe 😉

    Bonne continuation et merci pour ce merveilleux blog 🙂

    Olivia

    J'aime

    1. Si c’est pour lui sauver la vie chez le médecin ou à l’hôpital, bien sûr.
      Mais sinon, il y a d’autres techniques. Le pédiatre de mon fils (15 mois) ne fait plus l’examen sur la table mais avec bébé sur les genoux de maman, par exemple. Ça passe beaucoup mieux si l’enfant est dans les bras d’une personne rassurante. Certains examens sont même faits par les parents! Par exemple, il y a quinze jours, mon fils s’est pris un tiroir de commode sur le ventre et je l’ai emmené aux urgences. Les médecins étaient hyper respectueux et attentifs, ont expliqué à mon mari et à moi comment lui toucher le ventre tandis qu’eux regardaient simplement les signes de douleur sur son visage. Il a eu une échographie qui s’est déroulée alors qu’il était dans les bras de mon mari. Ce n’était pas une urgence vitale donc ça a pu être possible — et j’étais la première surprise de cette nouvelle approche!

      Aimé par 1 personne

      1. Moi aussi je suis surprise (agréablement !) par ce que tu dis, c’est chouette si les gestes peuvent être pratiqués par les parents ! Ceci dit je ne m’avancerais pas à lui regarder la gorge ou les oreilles, gestes hautement désagréables malheureusement 😦 Certains pédiatres permettent de garder l’enfant dans les bras et c’est vrai que c’est appréciable et ça passe toujours mieux. Mais on ne peut pas le faire pour tous les gestes. Alors bon, moi je préfère dire à ma fille (et plus tard mon fils) : « ton corps t’appartiens et nul n’a le droit d’y toucher sans ton consentement, il n’y a que le médecin qui le peut, en présence de papa ou maman ». A ma charge ensuite, quand elle grandira, de lui inculquer un esprit critique suffisant vis à vis du monde médical, car pas question non plus de boire leurs paroles comme du petit lait en toutes circonstances ! Mais ceci est un autre débat…

        Aimé par 1 personne

      2. Je suis d’accord, je ne me sentirais pas à l’aise de devoir inspecter les oreilles ou la gorge, pas tant par inconfort (quoique… je n’arrive déjà pas à regarder les dents du haut de mon fils haha) mais parce-que je ne suis pas médecin et je ne sais pas exactement ce que je regarde.

        J'aime

  25. Je découvre votre blog avce cet article que je trouve tellement juste que je l’ai partagé sur Facebook. Mais ce n’est pas facile de changer des habitudes bien ancrées, et même moi je m’aperçois que je fais parfois des bisous à des enfants sans vraiment attendre leur consentement (alors que je fais partie de ceux qui détestent faire la bise à des étrangers…)

    Aimé par 1 personne

  26. Moi je vis parfois l’inverse… J’anime des enfants en journée et régulièrement j’ai des mamans ou papas qui demandent à leurs enfants de venir me donner un bisou pour partir… Et je vois bien que ces enfants ne veulent pas du tout alors je dis que ce n’est pas grave qu’il n’ est pas obligé mais parfois le parent insiste voir se fâche et force l’enfant…

    J'aime

  27. Merci pour ce super article ! J’essaie tant que possible de faire en sorte que mon fils ne se trouve pas forcé de faire un bisou aux gens. J’insiste pour « bonjour » et « au revoir », mais on peut le dire sans s’embrasser. Par contre, je plaide coupable pour le bisou avant qu’il ne parte à l’école le matin, mais d’un côté il ne m’a jamais laissée penser qu’il ne voulait pas en faire.
    C’est difficile avec les précédentes générations, qui vont se vexer car « tu ne veux pas faire un bisou à papy ? » et c’est compliqué de leur faire comprendre notre point de vue car ils pensent, comme tu l’exprimes dans ton article, qu’on va « trop loin » dans la réflexion.
    Envers les autres enfants, je demande toujours la permission avant de faire un bisou et je trouve cela normal. Je détestais ça étant enfant.
    Et pour mon fils, lui aussi s’occupe de ses parties intimes mais en cas de soin je lui explique d’abord ce que je dois faire (et pourquoi). Malheureusement ce n’est pas toujours chose facile, mais je pense qu’on est sur le bon chemin.
    Mais y a encore du boulot, même chez les nouvelles générations de parents.

    J'aime

  28. J’adore tes articles je pourrais les avoir écrits tellement je suis complètement d’accord avec toi. En plus, tu y mets de l’humour je suis fan! Je me bats avec les autres pour leur faire entendre tout ça ! Et non nous ne sommes pas des parents trop laxistes!!! Ils vous ont dit bonjour ils ont respecté les conventions alors laissez les tranquiles

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s