VDM (Vie de Mum)

Petit mantra pour maman découragée

On ne va pas se mentir, par moment s’occuper d’un bébé c’est difficile. Les parents, et en particulier les mamans, se sentent souvent impuissantes, découragées, fatiguées, incompétentes, perdues… Pour peu que le papa travaille beaucoup ou fasse une remarque désobligeante, c’est le drame !

Exemple : Bébé Carrousel est épuisée, elle ne cesse de chouiner et de pleurer dès que je tente de la poser. Pourtant, l’excitation aidant, elle n’arrive pas à trouver le sommeil, même dans mes bras. Les tétées ne l’apaisent pas non plus car elle s’énerve en buvant, s’agite, repousse le sein et m’envoie des coups de pied. Au fil des heures, je perds patience et confiance. Je rêve d’une île déserte, d’un bain chaud, d’une bonne sieste, d’une nuit complète. Et je culpabilise deux minutes après de souhaiter cela, quelle mère en carton ! Je pleure de fatigue, d’impuissance, d’incompétence. Je textote Papa Ours pour partager ma peine, il me suggère un tour en poussette. Les yeux rouges et le cheveux en berne, j’ai autant envie de sortir que de me pendre, mais il a certainement raison. J’installe Bébé Carrousel en poussette mais elle crie à peine la porte de l’immeuble passée et je rentre au bout de 30 minutes encore plus excédée. Papa Ours promet de prendre le relais le soir et à son retour, il me trouve assise sur la baignoire, l’œil dans le vague pendant que l’eau coule, bébé Carrousel râlant sur la table à langer, le sèche-cheveux tournant à plein régime (voir ici pour l’explication). Je le laisse donc prendre le relais auprès du bébé-hurleur. Malheureusement, lui même étant fatigué par son travail et le trajet en RER, sa patience et sa résistance aux pleurs atteint vite ses limites et je l’entends s’énerver sur bébé Carrousel, ce qui n’est pas fait pour me détendre. C’est donc encore plus en colère que je reprends le flambeau pour la tétée et le coucher, pestant cette fois contre ce « fichu Papa Ours même pas capable de s’occuper de sa fille calmement pendant 10 minutes heureusement que c’est pas lui qui est en congé parental didon sinon on serait pas sortis pfff« .. Étonnamment, dans cette ambiance pourtant détendue et chargée de bonne humeur, Bébé Carrousel peine à s’endormir et nous devons nous y reprendre à plusieurs fois. Papa Ours en rajoute une couche (ben oui à force de toujours la bercer gnagnagnagna)  et je termine ma soirée enfermée dans ma chambre en ne lui adressant plus un mot. Fin de la scène, vous avez compris le tableau.

Heureusement, ce n’est pas tous les jours comme ça, loin de là ! Mais quand les journées ou les nuits sont pourries, que je sens que je perds patience, que je suis sur la pente descendante, j’ai maintenant mon petit mantra, mes petites techniques qui m’apaisent… Car il ne faut pas oublier qu’il est très difficile de calmer son bébé quand on est soi-même à bout de nerfs tant ils absorbent toutes nos émotions ! Je partage avec vous, si cela peut en aider certaines :

– Je prend ma fille dans mes bras et je respire son odeur de bébé-au-lait… Rien de plus puissant et de plus instinctif que l’odorat !

– Je la pose dans un endroit sécurisé et m’enferme quelques minutes dans ma chambre pour me calmer et pleurer un bon coup. Ensuite je regarde quelques photos d’elle qui me touchent : sa première tétée en salle de naissance, ses premiers sourires, une vidéo où elle fait des bulles en riant… Je suis rechargée d’amour et d’images positives pour affronter la tempête!

– J’essaye de redonner à mon agacement sa juste place ; souvent je suis énervée car les pleurs de ma fille m’empêchent de finir mon ménage, mon livre, ma conversation, ma nuit… Alors je me pose cette question : qu’est ce qui compte le plus pour moi ? Que ma maison soit bien rangée, qu’il y ait de la bonne cuisine au dîner, que le linge soit bien repassé… ou que mon bébé se sente en sécurité et heureuse ? Qu’est ce qui restera de ces moments dans 1 semaine, 1 mois, 1 an, 10 ans ?

– Je me projette dans 15 ou 20 ans, que mes enfants seront grands et n’auront plus autant besoin de moi, que Bébé Carrousel sera une adolescente qui se lève à 13h en trainant les pieds, qu’elle aura des chagrins qu’une tétée ne pourra plus calmer et n’acceptera plus que je la câline. Je sais que je repenserai à ces moments avec tendresse et nostalgie et je ne veux avoir aucun regret.

– Dans les moments de calme, j’observe avec attention Bébé Carrousel dormir, jouer ou rire… Je m’imprégnè du moment, je savoure l’instant, je respire à pleins poumons le bonheur qu’elle soit avec nous. Je ne pense qu’au positif, à ses progrès, à son évolution, à notre chance d’avoir un bébé épanoui et en pleine santé… Et je stocke pour plus tard.

Pas d'oreiller ni de couverture pour un couchage sécurisé... Bébé était sous haute surveillance ce jour là ;)
Un concentré de bonheur !                                        PS : Pas d’oreiller ni de couverture pour un couchage sécurisé… Bébé était sous haute surveillance ce jour là 😉
Advertisements

3 réflexions au sujet de « Petit mantra pour maman découragée »

  1. Je tenais à vous féliciter pour tous ces articles et pour oser montrer la VRAIE vie avec un bébé et la VRAIE Vie de maman ! (Autre que « c’estquedubonheur »). Je conseille certains articles à mes SupersMamans car rien ne vaut l’expérience décrite de manière aussi juste !

    Une Sage-femme-sans-bébé

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s