Accueillir bébé·Maternage & Parentalité positive·VDM (Vie de Mum)

Dodo, l’enfant do…

Il y a exactement 6 mois, je rêvais de dormir.

Il y a exactement 3 mois, je sortais de 5 jours de nuits presque blanches à l’hopital, je passais souvent des nuits qui ressemblaient davantage à des siestes, des nuits entrecoupées de plusieurs heures d’éveil, des nuits réveillée en sursaut toutes les heures, des nuits à bercer, des nuits à moitié assise avec un bébé à moitié endormi dans les bras, des nuits où je me disais qu’il vaudrait mieux ne même pas se coucher pour ne pas avoir à se tirer du sommeil à peine trouvé.

manque sommeil bébé ne fait pas ses nuits

Je rêvais bien-sûr de repos physique, que mon mal de crâne me quitte, que mon corps se repose, de retrouver de la force et de l’énergie pour vivre ma vie au quotidien avec entrain.

Mais je rêvais surtout de repos psychologique. Et c’est ça qu’on imagine pas, avant d’être parents et qu’on nous parle du manque de sommeil.

Aujourd’hui, cela fait deux mois que Bébé Carrousel fait ses nuits, qu’elle dort la plupart du temps de 20h à 6h, sans se réveiller et sans pleurer. Elle s’endort toute seule dans son lit, parfois en papotant, parfois en silence, parfois après que je lui ai chanté sa berceuse, parfois elle va même jusqu’à me repousser pour aller dans son lit tranquille. Elle y va avec le sourire, avec plaisir et sérénité.

Mon rêve s’est réalisé et je revis. J’ai encore du mal à le croire ! Pratiquement un soir sur deux, je dis à Papa Ours : « tu te rends compte que notre fille fait ses nuits, qu’on peut aller se coucher sereins? ». Et il me répond invariablement « Ça change la vie! »

On se sent fiers, d’elle et de nous, pour ce chemin parcouru, ces progrès. On se dit qu’on avait raison lorsqu’on disait qu’il lui fallait juste un peu de temps et de réassurance, qu’elle ferait ses nuits lorsqu’elle serait prête, capable et sereine.

On ne prend rien pour acquis, on a bien compris que le sommeil est instable pendant plusieurs années chez l’enfant et que l’on est pas à l’abri d’une rechute, alors on profite !

Parfois, on se demande un peu comment on a tenu le choc. Pour ma part, je me dis souvent que si c’était à refaire aujourd’hui, ce serait difficile pour moi de remobiliser mon energie physique pour recommencer, mais mentalement je serais beaucoup moins fragile.

Et ça ferait toute la différence.

Pourr moi, le plus gros problème du jeune parent, au delà de toutes les difficultés diverses et variées qui peuvent survenir avec un bébé, c’est la fragilité psychologique. Le poids immense qui pèse sur ses épaules. Le doute, le manque de confiance en soi. Les remises en question, le découragement, l’impression de mal faire. Que tous les autres s’en sortent mieux. Qu’on est d’une nullité sans pareil. Qu’on est peut-être pas fait pour ça. Et les dix milles questions qu’on se pose, les remarques qui fusent, les conseils contradictoires qui rendent schizophrène, les bons avis des uns et des autres, entourage, médecins, amis voires inconnus, qui te donnent l’impression d’être encore plus naze, les remarques, même de bonne intention, qui te foutent la tête sous l’eau alors que tu te noyais déjà.

Si j’avais un autre enfant aujourd’hui, qu’il fallait que je repasse par des mois sans sommeil, je ne me torturerais pas le cerveau comme je l’ai fait avec Bébé Carrousel: et si elle avait une maladie ? Et si elle souffrait ? Est-ce que c’est encore la faim ou pas qui la réveille? Est ce qu’elle est comme ça parce que j’ai mal fait quelque chose? Est-ce qu’il fait trop froid dans sa chambre ? Est ce qu’elle me renvoie mon angoisse ? Est-ce que les autres ont raison, est ce que c’est de ma faute, est ce que je l’encourage à mal dormir ? Est-ce que je l’ai trop bercée ? Est-ce qu’il faudrait que j’arrête de l’allaiter ? Est-ce que je devrais cododoter plus? Ou ne plus cododoter? Est-ce qu’il faudrait que je passe encore plus de temps à la porter en journée pour remplir son réservoir d’amour? Est-ce qu’il faudrait que je m’en sépare plus ? Est-ce que si je changeais l’orientation du lit ça ferait quelque chose? Et si on revoyait l’ostéopathe? Le kinésiologue? Et l’homéopathie ? Les plantes, les huiles essentielles ? Est-ce que j’aurais du lui mettre une tétine depuis le début pour qu’elle puisse se rassurer ? Est-ce qu’il m’est arrivée quelque chose pendant la grossesse qui a pu la marquer ? Est-ce qu’elle sent que je suis fatiguée? Est-ce qu’elle s’est reveillée ce soir parce qu’on s’est disputés avec Papa Ours ?

Mais surtout : qu’est ce que j’ai raté ?

Et s’ils avaient raison ?

Et pourquoi les autres dorment sans problème ?

 

C’est comme ça qu’au lieu de se laisser porter par le cours des choses, d’accepter ces difficultés provisoires en se disant qu’elles sont naturelles, qu’il est normal que sa vie soit chamboulée puisqu’elle compte un nouveau membre en construction avec d’intenses besoins, tu finis par te convaincre qu’il y a un problème, que tu merdes quelque part. Alors tu dépenses ton peu d’energie à essayer de le résoudre.

Je me vois encore écrire les lundis matins sur ma feuille blanche  » Sommeil Bébé Carrousel – emploi du temps semaine 37″ et noter les heures de sommeil, les conditions d’endormissement, les temps d’éveil, les horaires d’éveil nocturnes. Je me vois donner un biberon de lait maternisé un soir, les larmes aux yeux car c’était la dernière chose que je voulais faire à ce moment là, juste parce qu’on m’a mis en tête que ma fille crève la dalle la nuit à cause de mon lait et que c’est pour ça qu’elle pleure (et bien sur elle s’est reveillée tout pareil). Je me vois donner un bain à Bébé Carrousel alors qu’elle était beaucoup trop fatiguée, que moi j’étais épuisée, qu’il était déjà trop tard, juste parce que j’avais décidé d’inclure le bain en rituel du soir et que j’avais peur que de le zapper un soir foute tout en l’air. Je me vois en train d’engueuler Papa Ours qui endormait Bébé Carrousel en la bercant dans le salon « mais nooooooon il faut que tu l’endormes en la bercant dans sa chambre, pour qu’elle comprenne le signal en voyant le décor, toute la semaine j’ai fait comme ça pour lui donner ce repère! »

Ou encore :

 » T’as oublié de lancer sa petite musique !

– Mais elle s’en fou de sa musique, ça ne l’endort pas!

– Je le sais bien que ça ne l’endort pas pauvre cloche, si seulement ! C’est juste que j’essaye de créer un conditionement entre la musique et le dodo, je te l’ai déjà expliqué!

A la fin, quand bébé Carrousel pleurais la nuit, je ne savais même plus quoi faire. Est-ce que je la rendors au sein comme ça marche bien ? Ah bah oui, mais non, c’est vrai, j’essaye la technique Machinchose pour plus lui donner le sein la nuit, pour qu’elle réussisse à se rendormir seule, il faut de j’aille la rassurer mais sans le sein. Mais j’ai pas le courage putain je veux dormir, qu’on en finisse… Oui mais si tu craques c’est foutu il faut tout recommencer depuis le début. Papa Ours tu ne veux pas y aller , pour ne pas qu’elle sente le lait, tu sais on essaye la technique Machinchose... Grognement, soupirs, tête dans le cul. Elle veut me téter, donne lui le sein ! Réveil en sursaut, tu t’étais déjà rendormie, assise au bord du lit. Sein ou pas sein ? Décidez-vous la haut, on fait quoi avec ce bébé putain?

Tu n’écoute plus ton bébé, tu n’écoute plus ton instinct, tu fais des trucs contre ton gré et tu es toujours aussi décalquée. Sauf qu’en prime, tu te dis que tu es naze à ce truc de parents, vraiment tu pensais que tu t’en sortirais mieux que ça.

Et tu pètes un cable.

 

C’est là que je dis merci aux mamans avec qui j’ai partagé sur le sujet et avec qui ont s’est soutenues, copines de près ou de très loin pour certaines, copinautes pour la plupart, qui m’ont aidé à prendre conscience que le bébé qui fait ses nuits à 3 mois comme dans le bouquin, c’est une possibilité, ce n’est pas une norme.

J’ai compris que le gros problème des parents comme nous, qui vivons pendant des mois avec le manque de sommeil, ce n’est pas notre bébé, qui est qui il est et qui fait comme il peut avec le lot dont il a hérité à la naissance, mais les fausses croyances qui se véhiculent de génération en génération.

Soit disant qu’un bébé est comme ceci, comme celà, qu’il fait ses nuits à 3 mois maximum, qu’il aura ses dents à 6 mois et marche à 12 mois. A 12 mois et 3 jours, c’est « il ne marche pas encore? », attention grosse pression on a 3 jours de retard sur le planning prévisionnel du projet « Devenir un bébé parfait ». On présente des moyennes comme des deadline, sans jamais prendre en compte qu’en réalité si la moyenne de la marche c’est 12 mois, c’est parce qu’il y a des bébé qui vont marcher à 9 mois et d’autres à 18 !

Toujours cette pression, on presse le bébé de grandir, un peu comme si on faisait des enfants pour que vite vite vite ils deviennent majeurs et qu’on en entende plus parler ! Vivement qu’il naisse, vivement qu’il fasse ses nuits, vivement qu’il mange solide, vivement qu’il rampe, vivement qu’il marche, vivement qu’il soit propre, vivement qu’il parle, vivement qu’il rentre tout seul de l’école, vivement vivement vivement… Et après on te dit « Ca passe tellement vite, profite! ».

Merci à celles qui m’ont dit qu’il n’y avait rien d’anormal dans notre situation, que je ne pouvais pas faire mal en répondant présente, qu’on ne peut pas donner trop d’amour, qu’on ne connait personne qui va chez le psy à l’âge adulte parce que « ma mère m’aimait vraiment trop ». Merci à celles qui m’ont rappelé des choses qui devraient être des évidences, qu’on ne peut pas espérer d’un bébé qu’il s’apaise suffisament pour avoir  un sommeil paisible en le forçant à dormir ou en le laissant brailler. Qu’il faut s’attacher solidement pour pouvoir ensuite se détacher avec confiance. Que tous les bébés sont différents tout autant que chaque adulte est différent et que pour cette raison il n’y a pas de façon de faire parfaite, que c’est à nous d’inventer celle qui nous convient à tous les 3.

Merci à celles qui m’ont dit « C’est bien ce que tu fais ».

Aujourd’hui, j’essaye d’être cette personne pour les autres jeunes mamans qui m’entourent.

Parce que sur ce blog, je donne peut-être l’impression d’être sure de moi, d’où je vais, de comment je fais. Mais cette confiance dans ma façon de faire, elle est toute neuve et toute fragile, elle s’est construite avec le temps, péniblement et grâce à quelques personnes qui ont eu les bons mots, les mots doux et chauds qui font du bien.
Merci Pauline, Emilie, Julie, Sandrine.

 

Il y a 6 mois, je rêvais de dormir.

Aujourd’hui, je rêve d’un monde meilleur pour les jeunes mamans, un monde où tout le monde serait correctement informé sur les besoins des jeunes enfants et leur développement. Ainsi que sur les besoins des jeunes parents ! Un monde où tout le monde saurait communiquer avec bienveillance. Un monde où les mamans sauraient s’épauler plutôt que d’être en compétition les unes avec les autres. Un monde de mots chauds et doux pour élever nos doudous.

Et j’espère, je rêve… de participer au changement à mon échelle. Qui sait ?

 

Publicités

26 réflexions au sujet de « Dodo, l’enfant do… »

  1. Et merci pour cet article qui m’apaise … (Bébé de 4 mois 1/2 qui ne fait pas ses nuits ce qui choque presque tout mon entourage …)
    Je retrouve tout notre vécu … Merci merci !

    J'aime

    1. Comme beaucoup de gens, ton entourage en est resté aux bébés des livres… Les bébés de la vrai vie sont nombreux à ne pas faire leurs nuits à 4 mois et demi ! Courage 🙂 🙂 quand on récupère des niots correctes, on revit !

      J'aime

  2. Incroyable je revis mon / notre histoire à travers vos mots… Petit lion 21 mois et pleine tjs a s’endormir sans le sein (15 mois d’allaitement) et se réveille encore la nuit… Tant de nuits de doutes, de pleurs et de disputes aussi … Et tant d’incertitude!!! Et oui heureusement que certaines mamans font preuve de bienveillance et d’empathie pour nous faire comprendre que les normes sont celles que l’on se crée … Merci pour ces mots et plein de bonheur …

    J'aime

    1. Comment ne pas douter, surtout quand on nous brandit en exemple des bébés qu’on a laissé pleurer 2 soirs et qui depuis dorment sans soucis, sans avoir l’air d’avoir le moindre soucis… Entourons nous des personnes qui nous ressemblent, qui ont les bons mots qui soutiennent ,pas forcément les conseils… Courage courage !!!!!!! Ils ne seront pas éternellement petits et dans quelque années c’est nous qui les tirerons du lit ! 🙂

      J'aime

  3. Bonjour,
    Je commente vite fait, baby Juliette au sein pour l’endormir (alors que je me suis dit ya 1h qu’on allait tenter de faire sans ce soir)…pile dans le sujet isnt’it? !
    Je suis arrivée ce blog par une copine qui m’a transfèré l’article maf/mab et depuis, tout ce que je lis ici me fait penser « incroyable???!!!!! en fait je suis pas seule…  »
    Merci d’écrire si bien tout ça, envie de transférer cet article et tant d’autres a ma belle mère et compagnie !!
    Hâte de lire tout le reste

    Aimé par 1 personne

  4. Merci pour cet article, si juste (et très bien écrit).

    (Belle-)mères, ami.e.s, bouquins, forums… nous n’avons pas besoin de conseils mais de réconfort : dites-nous que nous faisons bien ; de soutien : dites-nous que pour vous aussi c’est ou c’était dur ; d’encouragement : dites-nous que même si ça peut prendre du temps, ces nuits hachurées auront une fin. Il n’y a pas de techniques pour faire dormir un enfant : la seule chose à faire est de prendre soin de lui, de soi et de son conjoint pour tenir la distance.

    Encore merci pour cet article qui nous redonne confiance.

    Aimé par 1 personne

  5. Ouah je suis en plein dedans!!!! Le sommeil de bébé quelle aventure.
    Pti bout a 4 mois (mais 2 en âge corrigé ) et son sommeil c’est une grande histoire avec toutes les péripéties « classiques » d’un « sommeil compliqué « , siestes dans les bras, cododo, elle refuse la tétine mais la succion la rassure mais celle de mon sein bien sure du coup grosse fatigue et sentiment de culpabilité d’être parfois pas trop patiente surtout qu’une autre poupée de 2ans est là . Reprise du boulot dans moins de 2 mois donc ça promets 😞
    Merci pour ces lignes qui rassurent, qui soutiennent, qui font qu’on se sent moins seule et mais SURTOUT comprise😊. Bonne continuation

    Aimé par 1 personne

    1. Courage à vous ! La reprise c’est difficile en terme de rythme avec le manque de sommeil… Mais ça permet aussi d’avoir des moments « au calme » avec une pression en moins sur ses épaules. Quand on a un bébé très intense, ça « repose » presque même si c’est triste à dire. A bientôt !!!

      J'aime

  6. Ma fille de presque 3 mois ne fait pas ses nuits non plus…et ce n’est pas grave. Je me suit aussi habituée au fait que, à chaque fois, il faut qu’on se ballade quelques kilomètres dans notre maison pour l’endormir. Mais physiquement je commence à arriver au bout. En plus, dans un mois je vais reprendre le travail et à la crèche personne va se balader avec elle. Elle sera posée quelque part et elle devra s’endormir seul…donc en pleurant! Je voudrais lui apprendre à s’endormir seul avant ça, sans la méthode « je te laisse pleurer jusqu’à ce que tu ‘comprennes' »…mais comment? A tu des conseils?

    J'aime

  7. Bonsoir… merci pour ce si beau témoignage… j’en pleure je n’arrive plus à m’arrêter, tant de pression repose sur nous, tant de fatigue de stress d’épuisement physique et moral… on à beau prendre sur soi, être entourée, relativiser, bon sang que c’est dur d’être épuisée… et lire tes mots c’est à la fois un soulagement et un mélange de plein d’autres émotions, entre tristesse et fierté je ne saurais trop comment l’expliquer… en tous cas tu m’as profondément touchée et je voulais t’en remercier… Contrairement à toi j’étais préparée à tout ca, j’avais beaucoup lu, beaucoup regardé de films je savais que notre fille ne dormirai pas avant 1,2 voire 3 ans… mais auourd’hui elle à 13 mois et demi, nous avons déménagé et je suis seule à la maison toute la journée avc ma fille, je ne travaille pas et ma famille la plus proche est à 2h30 de route… L’isolement en rajoute une couche et j’ai du mal àm’en remettre.. je prend sur moi encore et encore … mais c’est difficile.. alors merci, profondément …

    J'aime

    1. Merci pour ton commentaire, ton témoignage me touche beaucoup. C’est vrai que l’isolement en rajoute une sacrée couche, quand on ne peut même pas aller faire ses courses ou ses rdv médicaux seule ou souffler 1h, où avoir un peu de compagnie…. Courage !!!!!! Tu es dans quel coin ? Des bisous..

      J'aime

  8. Merci beaucoup ! Mon amour fait des nuits de plus en plus chaotiques… Je fatigue un peu mais surtout, je doute tellement tout le temps… Cette nuit, je ne la prendrai pas dans mes bras et tenterai de la rassurer en lui susurrant des mots d’amour et en lui caressant la tête par dessus les barreaux de son lit… et puis non, je la bercerai, mais sans le sein, il faut qu’elle apprenne à s’endormir seule me dit son papa… mais non, quand elle est dans mes bras, impossible de lui refuser le sein ! mais après, je la remet dans son lit… ou je la garde tout contre moi, je ne veux pas la réveiller en la posant dans son lit… Et c’est ça tous les soirs ! Je suis toujours au stade de ‘interrogation permanente : est-ce que ce que je fais est bien pour elle ? Est-ce que je ne la maintiens pas dans ce schéma et ne suis pas la cause de ses nuits pourries ? Mais comment faire autrement ? Passer une heure à chuchoter par dessus son lit « qu’il faut dormir maintenant mon ange, maman est fatiguée, je ne te prendrai pas, c’est la nuit, tout le monde dort… » alors qu’elle me regarde dans les yeux en pleurant…C’est dur, mais ça ne va pas durer éternellement (j’ose espérer qu’à 18 ans ma princesse fera ses nuits 😉 !)
    Encore merci pour cet article qui résume si bien le contenu de mon cœur de jeune maman !

    Aimé par 1 personne

  9. Bonjour,
    Merci pour ce témoignage car, j’ai beau lire beaucoup sur le sujet et être au courant du développement du bébé, de l’éducation positive, etc., après plusieurs nuits pourriez consécutives, j’ai tendance à effectivement me dire : « mais qu’est-ce que j’ai raté, qu’est-ce qu’il a ce bébé »? C’est mon deuxième, il a 7 mois et demi et il se réveille encore entre 3 et….. plusieurs fois, la nuit!!! C’est insupportable car nous travaillons tous les deux et nous sommes HS. Il a fait ses nuits à 1 mois, le bonheur! Mais depuis la rentrée (la sienne à la crèche et la mienne au boulot!), et il bien il a commencé à se réveiller : 1 fois, puis 2, puis 3. Cette nuit, je me suis levée 10 fois!
    C’est très dur! On craque! J’ai beau me dire qu’un enfant, à un moment donné, ça dort, je ne sais pas si j’aurai la force de tenir encore… mais en même temps : pas le choix! on peut faire quoi? il est hors de question de le laisser pleurer (oui, même notre pédiatre nous conseille le 5-10-15!), alors il faut bien répondre à ses appels. Alors j’y vais, je le mets au sein.. ça passe.. mais 3h après c’est repartis (au mieux! parce que si je ne le mets pas au sein, c’est au bout d’1h, ou de 20 minutes!). En fait, le plus dur c’est que comme il faisait ses nuits, j’ai vraiment tendance à me dire : mais qu’est-ce qui s’est passé, qu’est-ce qui s’est « cassé » dans ce bébé là pour que ça change comme ça ? Et puis, il est hyper facile à coucher. Je le pose et c’est parti. C’est juste que ben ça dure pas!
    Alors pas la peine de préciser : plus de vie sociale (ah ben non, à 22H j’ai sommeil moi!), plus de vie de couple (ah ben non, dans 1h je me lève pour le mettre au sein!), vie professionnelle au ralenti (désolée je ne me suis pas réveillée ce matin!), vie de famille compliquée (désolée ma grande, je ne peux pas jouer avec toi, je vais faire la sieste pendant que ton frère dort!), et je ne parle pas du temps pour soi (s’épiler? faire les boutiques? bricoler? du temps pour.. qui au juste, quoi? non, je connais pas!)… Bref, c’est comme si tout était en suspend, entre parenthèse en quelque sorte…
    Sur le principe, je comprends et je peux me dire que oui, je peux faire ça pour lui, bien sur! Mais jusqu’à quand ? On dirait que j’ai besoin de savoir que vraiment, ça va s’arrêter un jour!!! Et ces foutus commentaires, il est tellement dur de se les sortir de la tête : je lui donne de mauvaises habitudes, il va être capricieux, etc. etc. je SAIS que c’est con, mais j’y pense quand même…
    Bref voilà, alors non seulement je me retrouve dans ton histoire, mais en plus, ça me fait du bien de lire ces mots rassurants… Mais peux-tu me dire : on fait comment pour tenir le coup, la journée, au travail, le soir, avec la grande, et pareil le lendemain….. ?
    Merci et « keep going » comme on dit, ce blog est super!

    J'aime

    1. courage c’est effectivement très très difficile et tu a raison de faire des compromis avec tout le reste pour survivre, c’est la seule solution pour tenir ; indulgence envers soi meme et son bébé, faire passer ta récupération en priorité chaue fos ue c’est possible … Et je ne pense pas ue vous ayez « casser » uelue chose, simplement ue le sommeil des enfants n’est jamais vraiment auis avant pusieurs années et u’à chaue bouleversement dans sa vie ou la votre ça peut repartir en vrille… ceci dit, connais tu la kinésiologie ??

      J'aime

  10. Bonsoir,
    Votre blog est vraiment super ! Vous lire m’a permis de me sentir légitime quelques fois sur la façon « non-conventionnelle » d’accompagner ma fille. Votre blog mériterait vraiment d’être lu par tellement de personne !!!
    Je vous adresse aussi ce message pour avoir un avis. Nous endormons, avec mon mari, ma fille de 7 mois dans les bras pour toutes ses siestes et le soir avant de dormir (que ça dure 1 mn à 15). Ca me faisait une pause dans ma journée et j’adore faire des calins avec ma fille…
    On m’a conseillé de l’habituer à s’endormir toute seule car elle allait être gardée par une nounou (la garde a commencé aujourd’hui après 2 jours d’adaptation la semaine dernière). Je ne l’ai pas fait car je me dis qu’elle différencie la relation que j’ai avec elle de celle qu’elle va avoir avec la nounou. Peut être qu’elle ne comprendrait pas que du jour au lendemain je ne prenne plus le temps qu’on se fasse un câlin avant de dormir. J’adore m’endormir avec un câlin et je me dis qu’a 7 mois on assume encore plus d’aimer ça ! C’est mon premier bébé et, je n’ai pas à gérer plusieurs enfants comme la nounou.
    Ce qui m’embête beaucoup c’est que la nounou n’a pas le temps d’endormir ma fille (Zélie) dans les bras (elle a 4 bébés à gérer) et que du coup, Zélie pleure… et je ne sais pas si finalement aujourd’hui elle s’est endormie parce qu’elle s’est rendue compte que personne ne viendrait l’aider à trouver son sommeil ou parce qu’elle a trouvé le sommeil toute seule (ou qu’elle s’est effondrée de fatigue). Et là j’avoue que je ne sais pas trop quoi penser… Est ce que je devrais l’aider à trouver son sommeil toute seule pour qu’elle ne « subisse » par l’endormissement chez la nounou ? Est ce que je me raccroche à l’idée qu’elle fait la différence entre chez la nounou et chez elle ? Est ce que je change de nounou…
    Je n’ai pas trouvé vraiment d’infos sur le sujet donc si vous en avez je suis preneuse
    Sur ce, je vous souhaite une très bonne soirée

    J'aime

  11. Bonjour,
    J’ai l’impression de me lire quand tu parles des doutes incessants lorsque bébé se réveille la nuit. (et du dialogue de fou somnolents avec papa). J’aimerais avoir tes conseils cependant car je me sens présentement perdue. Mon bébé a 4 mois et demi et elle se réveille aux 2h30/3h la nuit (pas toutes les nuits heureusement). Mon GRAND doute c’est que je ne sais plus si je dois la nourrir à chaque fois, elle elle veut le sein à chaque fois, mais je ne sais plus si c’est parce qu’elle a soif ou si c’est parce qu’elle veut se rendormir se rassurer au sein. Au tout début (1-2-3 mois) je la laissais s’endormir au sein mais j’ai compris que ce n’était pas une bonne idée parce qu’elle avait fini par associer dodo avec manger et ça devenait d’une part dur à déchiffrer et d’autre réellement épuisant. Du coup j’ai commencé à la maintenir réveillé lorsqu’elle buvait et simplement la coucher dans son lit éveillée pour qu’elle apprenne à s’endormir sans le sein. Au début ça a été difficile car elle réclamait le sein avec de gros cris et ce même si elle venait de manger, je ne l’ai JAMAIS laissé pleurer seule, je la reprenais dans mes bras puis la reposais ainsi de suite jusqu’à qu’elle se clame et s’endorme, ce qui a bien marché car elle arrive à s’endormir seule maintenant (même si je dois encore intervenir 3 ou 4 fois avant quelle s’endorme en poussant des petites plaintes à moitié endormie). j’ai essayé la nuit « ne pas lui donner le sein » lorsqu’elle le réclame en dessous de 4 heures espacées… elle pleure, je fais le même processus. Mais je doute continuellement, et si elle avait vraiment soif ?? est ce que je suis en train de lui priver de boire, de lui forcer à se rendormir la gorge sèche ? Est ce que je suis en train de détruire la confiance qu’elle a en elle de savoir quand elle a faim ? C’est que ça m’est arrivé de lui donner le seine et qu’elle s’endorme 3 secondes après en tétant…et j’avoue que les fois ou je lui ai refusé le sein ça lui est arrivé de dormir des 5 heures d’affilées ! Du coup je ne sais plus quoi faire. et ce doute grandit au point que on dirait que je ne sais juste plus quand elle a faim…même le jour. en fait j’ai l’impression qu’elle boirait à chaque fois que je la mettrais au sein, mais elle ne me demande plus le sein comme avant, je lui donne après ses sieste, et elle bois à chaque fois…
    Si tu pouvais me donner un petit conseil ça m’aiderait tellement..

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s