Accueillir bébé·VDM (Vie de Mum)

Pourquoi j’ai choisi de passer aux couches lavables

L’autre soir, en rentrant de la crèche à 19h15, tandis que je me dépêchais de lancer le dîner tout en étendant une lessive que j’avais programmée pendant mon absence, en chantant pour distraire une bébé Carrousel affamée, en textotant Papa Ours pour qu’il passe au relais récupérer un colis de fournitures commandées pour préparer des activités Montessori tout en remplissant la feuille d’absence pour les vacances de la Toussaint, je me suis dit « Tiens, on se fait chier dans cette baraque ! Et si on pimentait un peu la vie du foyer en se mettant aux couches lavables ?! ».

Ah ah ah.

Non, je suis loin de m’ennuyer, d’ailleurs je dis tous les jours que je n’ai le temps de rien, malheureusement.

Et non, maman, je n’ai pas « pété un plomb ma fille, la voilà qui va se mettre à laver des couches craspouilles en 2016, tu te facilites vraiment pas la vie hein! ».

20100220ag_width_500px

 

Non, j’ai décidé de passer aux couches lavables parce que…

Argument n°1 : Les couches jetables, c’est de la merde.

Elles sont littéralement composées de merdes en tous genres : pâte à bois blanchie au chlore, plastique, divers produits chimiques visant à camoufler les odeurs et absorber les liquides ou les transformer en gel comme le SAP (polycrate de sodium) sources d’allergies graves et potentiellement de chocs toxiques (retiré pour cette raison des tampons aux USA depuis 1985), le benzol (cancérigène), le furane (toxiques), la dioxine, le TBT (perturbateur endocrinien)…

Les effets pour bébé peuvent être observés à court terme (allergies, érythèmes provoqués par l’enfermement des liquides et selles dans le plastique..) mais surtout à long terme avec les substances cancérigènes et les perturbateurs endocriniens. Et qui incriminera les couches lors du diagnostique, 30 ans plus tard ?!

Je savais déjà plus ou moins tout cela dès ma grossesse, mais je n’avais pas les convictions solides que j’ai aujourd’hui. On me l’a rappelé quand Bébé Carrousel est née, mais je n’avais pas la force physique et mentale pour me lancer dans le décryptage, l’achat et l’utilisation des lavables.

Aujourd’hui, je l’ai. Avec tous les efforts et les choix conscients que j’essaye de faire pour elle, ça ne me semblait plus cohérent de continuer avec des couches jetables classiques.

Argument n°2/ Les couches jetables, ça coûte cher

J’ai l’impression de ne faire que ça, racheter des paquets de couche. On estime qu’un enfant, de la naissance à la propreté utilise environ 6 000 couches. Si on compte, en moyenne 0,30€/couches (et c’est pas le prix des Pampers !), ça fait 1 800€ de couches par enfant.

Pour ma part, je prévois d’en avoir plusieurs (des enfants, pas des Pampers) : 2, 3, 4 (la malade)… ?!

Bon, partons sur 3 enfants : ça fait 3 * 1 800€ soit 5 400€.

Voilà, 5 400€ pour acheter de la merde qui peut perturber le système hormonal de ma fille et lui coller le cancer. Fantastique.

Les couches lavables sont plus chères à l’investissement mais l’équipement est durable : pas mal de systèmes s’adaptent pour évoluer avec l’enfant, et tous sont réutilisables entre enfants. Et il y a également un énorme marché de l’occasion, puisque les couches lavables sont de plus en plus absorbantes au fil des lavages.

On dit qu’il faut compter 600€ pour s’équiper en couches lavables de la naissance à la propreté, accessoires inclus. Bon, si vous devenez une folle des couches lavables (oui, c’est une folie que j’ai découvert récemment car avant je n’aurais pas pensé que l’achat de couches puisse déclencher un tel enthousiasme) et des vêtements adaptés aux couches lavables (oui, les petits culs en couches lavables ca passe difficilement dans les jeans slim), ça peut grimper hein… Mais ça se revend 😉

J’ai donc pensé que c’était une bonne idée d’équiper Bébé Carrousel même si elle est déjà grande et proche de la continence (enfin je dis ça, j’en sais rien hein, mais bon elle va sur 2 ans et on commence à me bassiner donc j’en déduis que c’est l’âge « normal » décrété par la Haute Autorité de l’Elevage d’Enfants !) car ce sera déjà ça d’acheté pour le/les mariolo(s) suivant(s).

Argument n°3/ Les couches jetables, ça pollue

Ma planète, je l’aime quand même. Dans mes moments de lucidité, je me rends compte qu’un jour ma fille aura un bébé (et que je serai grand-mère), que ce bébé aura un bébé (et que je serai arrière grand-mère !) et que ce bébé aura un bébé (et que je serai morte) et… dans quel monde vivra ce bébé ? J’en sais foutre rien mais je n’aimerais pas y être. Et ça me rend triste pour ma descendance, car je me dis que la chair de la chair de ma chair mérite aussi ce monde meilleur que je veux pour ma fille.

Les couches jetables, c’est 1 tonne de déchet non biodégradable par enfant, qui vont être soit incinérés (pollution, mon amie) soit enterré (=500 ans pour se dégrader, autant dire que même la chair de la chair de la chair de ma chair sera morte quand les couche la chair de ma chair seront pas finies d’être dégradées). La fabrication des couches demandes aussi énormément d’eau, d’arbres et de pétrole (environ 1 verre par couche, miam la bonne couche au mazoute sur les parties intimes).

Je sais que je ne peux pas faire grand-chose à mon échelle, que mon action ne changera rien… Mais si tout le monde se dit ça, on se planque tous derrière cette excuse et on ne fait jamais rien. Les gros changements commencent par des petits efforts, alors je me bouge !

 

Argument n°4 : les couches lavables, c’est pas si galère !

Les arguments précédents, je les connaissais mais ça me semblait TELLEMENT galère de me mettre aux lavables. Je n’étais pas prête. Avec le temps, mes convictions se sont renforcées et je me suis renseignée un peu plus sur les modalités concrètes et pratiques des couches lavables.

Je n’entre pas dans les détails (c’est l’objet de mon prochain article), mais après réflexion, ce n’est pas SI galère que ça. Ca demande certes de pénétrer dans cet univers étrange et déroutant des lavables, de tester du matériel et de le choisir puis de trouver son organisation pour le stockage et le lavage. Mais une fois le pli et les habitudes prises (et une fois que j’aurais briefé Papa Ours pour qu’il participe car pour l’instant il en est encore à digérer la nouvelle), je pense que ça représente seulement quelques minutes supplémentaires par jour pour la gestion des couches.

J’estime que ça le vaut !

Alors, forte de mes bonnes résolutions et pleine de cette naïveté qui me caractérise, j’ai posté avec entrain sur mon groupe de parentalité positive : « Je voudrais me mettre aux couches lavables ! Qu’est ce que je dois acheter ? ».

Ah ah ah (bis).

La version de moi-même qui a, depuis, démêlé un peu le bordel le fonctionnement des couches lavables rit encore (jaune) de cette question de merde.

C’est pas un commentaire qu’il faut, pour répondre à cette question, c’est un bouquin ! Oh, quelques mamans ont bien tenté de me donner des conseils : « Il te faut une vingtaine de TE1 », « Pour la nuit, couches lavables classiques + booster + culotte de protection, c’est le mieux », « Les inserts qui se pressionnent dans les culottes en PUL c’est économique », « Le chanvre c’est le plus absorbant », « Pense aux rouleaux de voiles jetables », « La micropolaire donne un effet fesses au sec », « Avec des TE2 ça te fait moins d’investissement », « La lessive encrasse les couches », « La laine c’est génial car c’est auto-nettoyant mais faut bien lanoliser », …. Mais qu’est ce qu’elles me chantent ?!?!

Comment ça, il ne suffit pas d’acheter un « paquet de couches lavables » et de les laver au lieu de les jeter ?

Bon, je rectifie l’argument n°4 : les couches lavables, c’est pas si galère, on fois qu’on a compris comment ça marche et qu’on a un dico pour traduire !!

Allez… la suite au prochain numéro, avec ce que nous avons acheté pour débuter 😉

couches-lavable-conseils

Publicités

35 réflexions au sujet de « Pourquoi j’ai choisi de passer aux couches lavables »

  1. Bonjour Happynaiss

    Autant je suis souvent d’accord avec vos articles autant là je rejoins l’avis votre maman 🙂 En plus, vous devez avoir une crèche compréhensive qui accepte de gérer les couches lavables, tant mieux pour vous. Loin de réfuter l’aspect allergisant et produits pas top dans les couches jetables, je vous invite à retrouver un reportage de « on n’est pas que des pigeons » sur le test de couches lavables par un chroniqueur. Bilan : érythèmes à répétition pour sa fille et utilisation de beaucoup, beaucoup d’eau pour laver ces couches. Conclusion pour moi : ce n’est pas tout blanc ou tout noir (sans jeu de mot vu le sujet ;)) Bonne journée.

    J'aime

    1. Je ne suis pas d’accord concernant l’eau pour laver mes couches : elles sont à chaque fois ajoutées dans des machines que j’aurais lancé avec d’autres vêtements… Et même si cela augmente un peu ma consommation personnelle d’eau, en terme d’impact sur l’environnement c’est incomparable avec la production de couches jetables et leur destruction !

      J'aime

    2. Bonjour Pasiphaé,
      Je me permet de répondre car j’utilise moi-même des lavable pour ma fille et je me rappel très bien du reportage d' »on n’est pas que des pigeons  » et franchement j’ai trouvé le reportage un peu caricatural et je ne m’y suis pas du tout retrouvé. Je journaliste à juste dû faire le test quelques jours parce que pour les érythèmes, il suffit de changer les couches un peu plus souvent. Bah oui, il n’y a pas de produit absorbant donc ça fini par macérer si on laisse la couche trop longtemps. Et concernant l’eau, je ne suis pas vraiment d’accord. Mais ce n’est que mon avis.
      Et sinon, moi ma mère à dû me mettre aux langes quand j’étaie petite car je faisait des gros érythèmes fessier à cause des jetables. Comme quoi.

      J'aime

    3. Prenez-vous en considération la quantité d’eau qu’il faut pour fabriquer une couche jetable ? A priori non. Il faut 200 fois plus d’énergie et d’eau (rejetée polluée) pour fabriquer une couche jetable. Ce qui nous donne au total (de la naissance à la propreté pour un enfant) une consommation de 118 m3 d’eau pour les couches jetables, et de 85 m3 pour les couches lavables (production + chasse d’eau + machines à laver) (source : « Les couches lavables » Ed. Grandir Autrement). Donc, ce sont les couches jetables qui consomment le plus d’eau ! (contrairement à ce qu’on croit). Faut arrêter avec ce faux argument. Pour les érythèmes, ma fille a arrêté d’en avoir (brûlure chimique) dès qu’on est passé aux lavables (attention à bien choisir des couches aux douces matières). Pour moi les couches lavables sont donc « blanc cassé »…. et les jetables très très noires (et à jeter… sans mauvais jeux de mots également).

      Aimé par 1 personne

    4. Pour le reportage dans on n’est pas que des pigeons, ils ont fait un rectificatif… Le journaliste avait acheté une moitié de couche, pas la partie imperméable qui fait que son enfant était tout le temps mouillé et qu’il devait la changer entièrement à chaque fois… Tous les gens au lavable qui ont vu le reportage étaient outrés, le journaliste ne s’était même pas renseigné, avait acheté la couche la moins chère sur le bon coin et pas rajouté l’élément manquant (la surculotte).
      Juste pour info !

      Aimé par 3 people

  2. Ici on utilise les couches lavables depuis des années, sauf à la crèche et chez les grands-parents. Le grand de 3 ans a aussi des couches culottes lavables (qu’il peut retirer et remettre tout seul comme il n’est pas encore propre la nuit) .C’est le top! Jamais eu d’érythèmes fessiers. Je ne lave pas les couches avec d’autres vêtements mais je fais une machine couches lavables/lingettes lavables et je fais très attention aux produits que j’utilise pour les laver, pour ne pas les encrasser ou abimer. En ce qui concerne l’eau je ne suis pas d’accord non plus, surtout si on analyse ce que représente la production de couches jetables… 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour,
      Je me permet une question. Quelle est la marque des couches-culottes lavables que vous utilisez pour la nuit? J’en ai marre des jetable pour les nuits de mon fils, qui n’est pas du tout prêt à gérer les nuits pour le moment. Bon c’est un pisseur de compét’ j’ai peur des débordements quand même, mais je voudrais tenter.

      J'aime

      1. Une amie a une « pissouse » de compèt et a trouvé la solution avec les couches bambinex (couche en bambou + insert) + surcouche. Les TE1 Pop In de Close (avec le booster) sont également très performantes la nuit. Moi j’ai également tout ça et jamais de fuites (sauf au bout de 12 heures quand ma fille dort vraiment longtemps… donc y a de la marge !)

        J'aime

      2. Petite précision : la matière la plus absorbante c’est le bambou. Pour les bébés qui font des gros pipis, c’est donc la matière à privilégier (l’inconvénient c’est que ça met plus de temps à sécher). Popolini faisait pendant un moment des couches tout en bambou. Et Bambinex (qui est sensiblement moins cher, site Sebio) proposent quasiment les mêmes.

        Aimé par 1 personne

      3. Bonjour,
        J’utilise ces couches ci : http://sebio.be/fr/couches-lavables/1794-couche-spciale-de-nuit-bedwetter.html
        Alors mon fils aussi c’est un pisseur de compet’ , j’avais tjs des fuites avec les jetables… je n’utilise pas depuis longtemps les lavables mais pour l’instant ça va 🙂 par contre elles sont vraiment volumineuses ces couches! il y a des pantalons de pyjamas que je ne sais pas mettre par dessus! Mais ce sont les seules que j’ai trouvée pour l’instant qui ne soit pas à velcro ou pressions pour qu’il puisse la retirer tout seul 🙂

        J'aime

      4. J’ai aussi des couches en chanvre mais je trouve ça moins absorbant (et c’est aussi ce qui était indiqué dans le manuel sur les couches lavables). En revanche, le chanvre sèche beaucoup plus vite (mais il sent plus fort une fois imbibé de pipi et il cartonne avec le temps). Au total, l’idéal est de mixer avec plusieurs types de couches, plusieurs types de matière. Et c’est ainsi qu’on se retrouve avec 8 marques différentes pour notre part (et je les aime toutes !).

        J'aime

      5. Ah ah! Ici ma palme personnelle va aux Applecheeks. J’ai aussi des Thirsties, mais moins. J’avoue j’ai pas été vers trop de marques différentes, une fois que j’ai trouvé mon fonctionnement ça m’a suffit. Mais toute découverte est intéressante 🙂
        Merci pour les idées.

        Aimé par 1 personne

  3. Toooooop ! Hâte de lire le prochain article déchiffrant les codes de l’univers des couches lavables. Perso, je suis encore dans la phase « j’aimerais tant le faire mais pas le temps de me plonger dedans » (tiens d’ailleurs je me reconnais particulièrement bien dans la descritpion de tes fins de journées faite en intro). Je suis passée aux couches écolohiques en attendant le grand saut.

    J’en profite pour te remercier pour ta réponse à ma question sur les livres que tu conseilles en éducation bienveillante et Montessori. Pour le coup, j’étais tombée dans le bon timing puisque tu nous préparais un article spécial biblio, encore mieux !

    Encore une fois, qu’est ce que te lire me rassure et me réconforte… merci !!!

    PS : C’est moi qui me suis permise de te mentioner sur le concours de Lidl sur Insta car leur collection de jouets en bois est vraiment géniale et en adéquation avec les ateliers Montessori (perles à enfiler, jouets à tirer, formes à encastrer, jeux d’équilibre, etc.) et pour vraiment pas cher. Je les conseille vivement ! D’ailleurs, ça me fait penser, si tu nous partageais tes matériels Montessori home made (le fameux colis de fournitures que Papa Ours est allé récupérer m’intrigue). Je trouve le matériel consacré à cette méthode particulièrement onéreux et j’adore bricoler, alors je suis toujours en quête d’inspi !

    Des bisous à bébé Carroussel !

    Aimé par 1 personne

    1. Pardon !
      Super pour le tag insta, je vais me pencher la dessus !!! Merci 🙂

      Pour le matériel Montessori j’essaye de faire des petits articles au fur et à mesure, j’en ai fait un le mois dernier et promis j’en referai un bientôt 🙂 🙂 La liste de mes articles à faire sallooonge de jours en jours !!

      Merci pour ce gentil commentaire et pour tes encouragements !!!!!

      J'aime

  4. J’utilise les couches lavables depuis la naissance de ma fille qui a 4 mois et dans l’ensemble je suis très satisfaite! ça demande un petit peu plus de travail que les couches jetables lorsqu’il y a des selles ( surtout avec des selles liquides de bébé allaité ;-), et il y a quand même régulièrement des fuites ( j’ai du seconde main, alors elles commencent peut-être à être un peu usées). Mais au niveau de la peau de bébé c’est top et au niveau écologique aussi! Je ne pense pas que les 2-3 machines supplémentaires par semaines rivalisent avec l’énergie utilisée pour fabriquer des couches jetables et les éliminés! Bonne découverte!
    Merci pour tes articles très intéressants, je me réjouis que mon bébé grandisse pour venir puiser des idées d’activités à faire avec elle!

    Aimé par 1 personne

    1. J’utilise aussi exclusivement des couches lavables pour mon bébé de presque 2 mois, et j’avais pas mal de problème de fuites avec les TE1… Puis une copine est passé à la maison avec son bébé couches lavables aussi, et me disait qu’elle rajoutait systématiquement une culotte de protection par-dessus les couches, qu’elles soient TE1 ou TE2. J’ai testé, il a un popotin un p’tit peu plus gros, mais plus de fuites ! Maman ou papa peut le prendre dans l’écharpe de portage, il n’y a plus d’accident !
      J’ai aussi remarqué que les lavables sont bien plus absorbantes que les jetables. On a acheté les nôtres sur le bon coin, couches déjà utilisées pour un enfant, donc elles sont beaucoup plus absorbantes que les couches neuves (un peu comme quand on achète des serviettes de bain, il faut 2-3 lavages pour qu’elles soient bien absorbantes…). Il m’est arrivé d’avoir des couches qui semblaient laisser ruisseler le pipi. Je me suis aperçu que c’était ma faute, il fallait tout simplement mettre moins de lessive dans la machine sinon elles s’encrassent ! Je les lave avec une cuillère à café de percarbonate de soude et un quart de bouchon de lessive, histoire qu’elles sentent bon, et tout est parfait pour le popotin de mon p’tit mec !
      En tout cas ça nous fait bien rigoler quand on doit pour une raison ou une autre on doit lui mettre une jetable… Je sais pas si c’est l’effet petit popotin ou autre, mais il nous semble tout léger quand on le porte !

      Aimé par 1 personne

  5. Bonjour,
    Tout d’abord, un énorme merci pour ce blog génial ! J’ai une petite qui doit avoir quelques mois de moins que Bébé Carrousel, et je rentre dans les mêmes réflexions que toi!
    J’ai donc entamé la réflexion langes lavables il y a deux mois quand ma puce a changé de taille de lange. J’ai cherché sur seconde main et j’en ai trouvé 7 pour un prix très bas… Donc voilà, on tente ces langes le mercredi (4/5ième pour moi) et le week-end… c’est pas toujours très facile, surtout que les fuites sont très courantes et que ma fille est la reine des c…, elle peut en faire jusqu’à 4 par jour. La bande de papier jetable semble toujours bien petite au vu des superbes choses qu’elle me fait… Le Papa n’est pas toujours ravi mais je m’accroche un peu. Il faudrait peut-être être que je tente d’autres modèles, mais je ne me sens pas d’investir trop vu son âge et l’usage limité à 3jours…

    A bientôt, j’ai hâte de lire le prochain billet!

    Aimé par 1 personne

  6. On fait lavable depuis le début. Autant pour mon mari que pour moi, il n’était pas question de faire autrement. Tous les arguments que tu énumères ont séduit mon mari (pour moi, c’est quand il y a 6 ans je suis passée aux serviettes hygiéniques lavables que je me suis dit dans un coin de ma tête que jamais mes enfants ne porteront du jetable) C’est mon mari d’ailleurs qui change toutes les couches quand il n’est pas au travail, je mesure ma chance 🙂

    On s’est heurté à l’incompréhension de nos parents, par contre. Ma belle-mère (encore elle, oui!) a carrément voulu nous dire comment les entretenir alors qu’elle n’y connait rien…
    L’avantage du lavable, le temps que le bébé est allaité exclusivement, c’est que le caca est soluble dans l’eau: pas besoin de rincer. On vide le sac dans la machine avec les couches pleines, on lance la machine, et voilà.

    De note côté, on ne s’est vraiment pas cassé la tête. J’ai fait des recherches pendant ma grossesse, j’ai trouvé un modèle de couche qui me parlait et qui avait de super avis (BumGenius Freetime), on en a mis 28 sur notre liste de naissance et, merci Mémé, on les a toutes eues. Je ne voulais surtout pas en tester 15 mille et me retrouver avec l’effet Netflix, trop de choix tue le choix.
    Pas d’insert, pas de culotte par dessus, et de chouettes couleurs, le bonheur. Elles vont d’environ 4 kilos à 15/17 kilos et changent de taille à l’aide de boutons pressions. Mon fils a 16 semaines et on fait une machine de couches tous les 3 jours, quand il n’en reste que 1 ou 2 de propres. Personnellement, on ne suit pas du tout les recommandations du vendeur et on les met au sèche linge, haaaaan je sais, mais tout va bien, je le jure! Ça met 1h à se laver, 1h à sécher.
    On ne les lave pas avec les lavettes, à cause du liniment qui encrasserait les couches plus vite. On utilise la lessive écolo Rock Green qui est sans savon, et qui a une lessive cousine qui élimine l’ammoniaque (à faire de temps en temps pour éviter que les couches puent, nous on en a pas besoin mais ma belle-soeur — qui pour info s’en sort avec 12 couches pour un petit de 18 mois — le fait une fois par mois). Entre temps, on stocke les couches propres dans un coffre à jouets sous la table à langer, et les sales dans un grand sac étanche qu’on met au mur sur un crochet.

    Comme on savait qu’on avait un gros risque d’avoir un préma, on a aussi loué la même marque dans la taille préma/nouveau né. On s’en est servi 7 semaines: on s’est rendu compte qu’il était temps de les renvoyer quand on a commencé à avoir des fuites.

    Alors oui, c’est cher: aux alentours de 25 dollars la couche, ici. Mais ça vaut tellement le coup!

    Aimé par 1 personne

  7. Ici on est dans les couches jetables écologiques en compromis au lavable (même prix, même efficacité, bien moins de cochonneries). Pour les couches lavables, à chaque fois que j’ai un peu essayé de me motiver j’ai eu un NON catégorique du papa ! 😉 Justement, il est sûr que c’est SUPER GALERE, et du coup il me décourage d’avance… Et j’avoue que le côté très technique avec le jargon et tout n’aide pas du tout… :/ J’attends donc avec impatience ton article sur le côté pratique du coup ! Peut-être qu’il nous convaincra/motivera !

    J'aime

      1. Hello Happynaiss , je viens de découvrir ton blog absolument passionnant ! Pour ton premier argument qui t’as motivé à passer aux couches lavables, est-il aussi valable pour les couches bio ? Sont-elles aussi pleine de cochonnerie ? Merci par avance ! Belle journée

        Aimé par 1 personne

      2. Il y a de tout apparemment ! Pendant un moment on a utilisé les Love & Green et l’édude 60 millions de consommateurs a montré que la compo était bien, c’est l’une des 2 seules bonne compo sur 12 marques de couches testées !
        PS : Merci )

        J'aime

  8. Future maman enceinte de 4 mois (mon premier!), je découvre peu à peu le monde des bébés (et ton blog!).
    Dans mon esprit, il est presque évident que j’utiliserai des couches lavables mais n’ayant pas creusé le sujet, je m’aperçois avec ton article qu’il y’a pas mal de choses à savoir au sujet de ces couches! Merci pour ce premier éclairage et vivement la suite! 😀

    Aimé par 1 personne

  9. C’est super à utiliser! Au départ on voulait faire que du hni mais c était difficile ! On a donc acheté deux couches hammac S puis M , pour la nuit ou quand on sort,sinon on le met juste sur une serviette. Les couches sont faciles à laver au lavabo ( pas encore de selles dures) à l eau chaude et un savon anti tâches. Ça sèche en 2heures sur le radiateur!

    Aimé par 1 personne

  10. Pour démarrer les couches lavables facilement et en toute connaissance de cause, il ne faut pas hésiter à suivre un atelier avec une personne formée. Ca existe un peu partout en France, ça permet de manipuler des vraies couches, de comprendre tout le lexique et d’être accompagné dans leur utilisation (et éviter certaines galères 😉 Certes les couches lavables demandent un petit peu plus de temps que de simplement jeter une couche sale à la poubelle, mais que de points positifs pour la planète, la santé des bébés et pour le porte-monnaie !

    Aimé par 1 personne

  11. Bonjour,
    moi aussi j’aimerais bien que l’on prenne l’option couches lavables. Bébé prévu pour début Février mais il est vrai que je ne sais pas trop par où commencer…. Est-ce que l’article pour défricher tout ça a déjà été écrit? et je ne le trouve pas? ou faut-il que je sois patiente 😉
    Super blog! Merci

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s