Etre mère... et tout le reste !

Pourquoi j’ai du mal avec Instagram

Si vous me suivez, vous savez que je ne suis pas très active sur Instagram.

Je vais vous raconter pourquoi, mais si vous êtes fan d’instagram je vous invite particulièrement à rester jusqu’au bout car j’ai besoin de votre aide 🙂 🙂

Instagram

Je dois avouer que c’est un réseau social que j’ai du mal à investir, pour plusieurs raisons…

~ Il faut faire court, et ça ce n’est pas ma spécialité ! J’ai le sentiment qu’il est difficile d’aller au bout de quoi que ce soit avec 400 mots… D’ailleurs cet article devait être un simple post Instagram à la base… ><

~ Il « faut » faire de jolie photos, et je ne me sens pas tellement à la hauteur de cette mission : je suis rarement présentable, ma maison est souvent en bazar, je ne trouve jamais mes filles plus jolies que lorsqu’elles sont habillées (ou déshabillées) à la sauvage, je n’ai pas envie de les embêter dans leurs jeux pour les faire poser et les mettre en scène et mes photos sur le vif sont souvent floues. Je ne me sens pas assez motivée pour prendre le temps de mettre en scène de jolies photos ; j’ai toujours beaucoup de choses en tête, beaucoup d’idées qui fusent mais prendre le temps, soigner les détails, etc… c’est plus difficile. Et puis se pose toujours en filigrane, la question de leur image : j’essaye de choisir les photos sur lesquelles on ne les voit pas trop et ce ne sont pas toujours les meilleures. Au-delà de ces considérations pratiques, ce réseau social repose sur l’esthétique des images partagées et j’y vois un peu une incitation à devenir« photographes » de nos vies, à nous adonner à cet art de sublimer la réalité, d’en choisir l’instant précis et éphémère que l’on veut montrer. Je suppose qu’en cela je me sens un peu en contradiction avec Instagram et avec la suprématie des images, car j’ai toujours eu à cœur de partager les multiples facettes de mes expériences, en cohérence avec la complexité de tout être humain et que les mots me permettent mieux cela. Bien-sûr, même avec des mots illimités, je ne vous dis pas TOUT car ce n’est pas possible ou souhaitable. Mais comme il est devenu quasiment impossible pour moi de voir une situation sous un seul angle, d’aborder la personnalité d’une personne sans m’interroger sur toute son histoire, de considérer qu’une cause = une conséquence… j’ai des difficultés avec l’image instantanée et figée. Cependant j’ai bien conscience qu’Instagram offre d’autres possibilités et que j’ai des choses à découvrir sur ce média.

INSTA2
Typiquement mon salon quand il est bien rangé. Délicat comme décor…

~ Il « faut » y consacrer du temps, ou plutôt j’ai l’impression que comme tous les médias et réseaux, il a tendance à nous happer par toutes les possibilités de connexions qu’il offre… au détriment des connexions réelles. J’aspire à être capable de laisser mon téléphone de côté car je trouve de plus en plus qu’il constitue une barrière avec mes filles. Et ce n’est pas simple ! Car le téléphone offre un support à cette barrière déjà existante qu’est la charge mentale : que vais-je faire à manger ce soir ? Je cherche sur mon téléphone. Il me manque tel ingrédient, bon je fais un drive ce sera fait. J’ai quelque chose à demander à quelqu’un, je lui envoie un message. Ah tiens j’ai oublié de répondre à telle famille, au passage. Je fais une note vocale. Je me pose une question, je cherche la réponse et de fil en aiguille je regarde des tutos ou des vidéos. On fait une activité avec les filles, je prends une photo, je la partage sur un groupe pour inspirer d’autres mamans. Ah tiens machine a posté ça, j’ai rencontré le même problème, je vais lui répondre. J’envoie la photo à mamie Poule, elle m’appelle en vidéo en retour, elle me rappelle que j’ai oublié de déclarer mes ressources, je cherche mes documents en ligne et je le fais mais avant la fin je pense à autre chose à faire et la déclaration n’est pas faite. Où est la frontière entre le pratique et la perte de temps ? Entre ce qui nourrit et ce qui épuise ? Ces derniers temps, j’ai vraiment pris conscience de l’importance de la qualité de ma présence auprès de mes filles, pour elles bien-sûr mais aussi pour moi. Je sais que la mienne est trop dispersée, car elle a toujours été parasitée par mon mental et que ce mental trouve de plus en plus de support d’expression à travers ce que mon téléphone me permet de faire. C’est pourquoi j’ai tenté de limiter les médias au travers desquels je m’exprime pour Happynaiss et que jusqu’ici je n’ai pas vraiment investi Instagram.

~ Cela m’amène au point suivant : le stress que j’éprouve quasi systématiquement quand je me perds à scroller des comptes IG au hasard des clics. Ce stress est sous-tendu par la peur de passer à côté de quelque chose d’important, de ne pas faire/être assez ou assez bien, en tant que mère (éducation, maternage, activités…), en tant que femme (mon corps, ma maison, mon alimentation etc), en tant que bloggeuse-autrice-aspirante (je ne publie pas assez, je ne suis pas sur Instagram, je ne sais même pas faire une story !), mais aussi par rapport à mon engagement que je ne trouve pas toujours assez abouti pour les causes qui me tiennent à cœur (que ce soit l’accompagnement à la pleine conscience éducative, mon engagement auprès des doulas, la réduction des déchets, mon envie d’un habitat alternatif…). Même en considérant Instagram comme une source d’inspiration et d’échanges (et pas comme une fenêtre sur la vraie vie), je me demande si j’ai réellement besoin d’être davantage inspirée, qu’on me mette encore plus d’idées (même bonnes !) dans la tête, qu’on me montre encore et encore des possibilités que je n’avais pas envisagées, d’autres auxquelles j’ai peut-être renoncés, d’autres qui ne me conviendraient surement même pas mais qui instillent un doute en moi. Je crois que tout ceci ne va pas dans le sens de la paix mentale et du lâcher prise nécessaires à la vie de mère et de femme que j’aimerais mener. Et je ne pense pas vouloir participer à créer cela chez d’autres femmes ou familles, même si chacun reste libre de son utilisation d’un réseau. Ça ne va pas non plus dans le sens de se recentrer sur l’essentiel et d’utiliser mon temps pour les choses qui comptent vraiment.

insta1
Même ça c’est pas instagramable ! Mais qu’est ce que c’est ❤ ❤

~  Enfin, malgré une utilisation jusqu’ici très amateure, j’ai bien saisi que les comptes qui « fonctionnent » (c’est-à-dire ceux qui tirent une gratification du temps qu’ils investissent sur ce média), utilisent le réseautage pour créer des liens avec d’autres comptes et se renvoyer la balle. Utiliser les bons hashtag, faire des post en fonction de ce qui « marche », lier avec les « gros comptes », donner pour recevoir…  Je ne doute pas qu’il y ait de vrais liens qui se créent ainsi et que les gens se citent ou se tagguent parce qu’ils apprécient réellement un compte. Mais j’ai la vague impression d’être replongée à l’époque de mon école de commerce et de son networking érigé en condition absolue de réussite professionnelle ou à l’époque des réunions/apéro tardifs en cabinet de conseil où il fallait prétendre être content de revoir les uns et les autres et s’assurer de se faire voir par les associés avant de se tailler discrétos le plus tôt possible. C’est un peu mon problème ; si j’ai l’impression que la relation est « fausse » parce que forcée d’une façon ou d’une autre, je suis en réaction épidermique. Alors que j’ai pu finir par tisser des amitiés sincères dans le cadre professionnel, mais ma première réaction est la fuite, en me sentant différente et pas à ma place. Je pense que je n’oublierai pas la tête de mes collègues lorsqu’à mon 2eme ou 3ème jour de mission, ils m’ont retrouvé en train de manger solo avec un bouquin alors qu’ils m’avaient proposé de manger ensemble et que j’avais prétexté un RDV.  Et pourtant, deux de ses collègues comptent maintenant parmi mes plus proches amies.

Je pense que cet exemple est une transition parfaite pour vous annoncer que, en parfaite incohérence avec tout ce que je viens de dire, j’ai décidé d’essayer de m’investir un peu plus sur Instagram. En espérant tout simplement pouvoir le faire « à ma sauce », avec lucidité et vigilance par rapport aux points énoncés plus haut (notamment je préparerai les posts le soir uniquement après le coucher) et avoir de bonnes surprises comme celle de mes collègues devenues amies !

J’ai vraiment très envie de relancer mon blog en publiant régulièrement, de continuer à développer la belle communauté que vous formez à mes côtés depuis 5 ans maintenant et de l’enrichir éventuellement d’autres lecteurs venus d’Instagram. Par ailleurs, je me réinvestis activement dans l’écriture de mon roman et j’ai conscience que ce média pourrait aussi m’aider à le publier ou le faire publier. Vous savez tout !

Maintenant j’aurai besoin (encore !) de vous.

Si le cœur vous en dit, je vous invite à me rejoindre sur mon compte Instagram (happynaiss_blog) et à me dire sous le post correspondant à cet article, quelle idée vous plairait le plus pour le contenu de ce compte :

Un fil rouge « le pire moment de la journée », « le fail du jour », « le truc qui a mal tourné »… Toujours dans l’idée de partager avec vous « ma vraie vie » de maman qui élève ses enfants en pleine conscience, je vous propose de vous partager plutôt les moments d’échecs ou de déconfiture et ce que j’en tire ou ressens. Avec humour mais sans exagération, avec authenticité. Des post probablement Illustrés par des photos pas terribles prises sur le vif. Après tout, ce sont ces moments qui me font souvent le plus grandir…

Un fil rouge « citation» avec des post synthétiques de mes réflexions et partages d’expérience à partir d’une phrase qui me parle particulièrement, tirée de mes innombrables bouquins sur la parentalité en conscience, le maternage, mais aussi la féminité et le développement personnel et pourquoi pas de certains de mes romans préférés qui raisonnent avec mon parcours de mère et de femme.

Les deux idées m’enthousiasment beaucoup et je trouve qu’elles me correspondent, mais je ne sais pas si elles sont particulièrement pertinentes pour vous et pour IG. Si vous avez d’autres idées à me soumettre, je les écoute avec joie. Je pense que, quelle que soit l’idée retenue, il y aura aussi des post spécifique au travail d’écriture.

Si vous n’avez pas Instagram mais que vous avez quand même un avis sur cette question, je serai ravie de vous lire en commentaire sur la page FB ou en bas de l’article !

J’ai laissé, pour l’instant, les photos déjà publiées sur mon compte afin de ne pas vous accueillir sur un compte vide, mais il est fort possible que je les supprime par la suite.

Et bien-sûr je vous retrouve très vite pour de nouveaux articles complets sur Happynaiss, sans limitation de mots ^^ ! J’ai notamment beaucoup de choses à vous raconter suite à ma séparation, mais aussi pas mal de réflexions qui ont été nourries ou ont évolué au fur et à mesure que les filles grandissent, ainsi que de nouvelles situations sur lesquelles je me suis penchée ou me penche. J’aimerais aussi beaucoup vous en dire un peu plus sur mon activité de doula, même si elle tourne au ralenti.  Enfin, j’aimerais transmettre ici quelqu’un des outils de développement personnel qui m’ont aidées dans mon quotidien de maman. Enfin bref, les sujets ne manquent pas, contrairement au temps…

A très vite ! ❤

PS : j’espère que vous me pardonnerez cet article très nombriliste en plein COVID et veille de « rentrée » dans des conditions inhumaines pour les enfants et les enseignants. C’est mon côté « autruche » quand les choses sont incertaines et que je ne sais ni que faire, ni que penser. Et aussi, ça fait du bien parfois de ne pas y penser…

18 réflexions au sujet de « Pourquoi j’ai du mal avec Instagram »

  1. Moi j’aime beaucoup l’idée du fil rouge « citation ». Je te suis sur instagramme mais je suis 100% plus fan du support blog!!
    J’adore lire ton blog et je me reconnais beaucoup dans tes questionnements.
    Je pense qu’il faut savoir limité ces sources. En suivre quelques unes, permet de se remettre parfois en question, ou alors d’avoir de nouvelles idées.. Mais trop ça fait tourner le cerveau encore plus et entraine beaucoup de remises en question inutiles.
    Tu fais partis de mes quelques sources 🙂
    Bon courage pour la suite!

    Aimé par 1 personne

  2. Je suis sur Instagram aussi mais j’aime bcp te lire sur le blog. C’est vrai qu’être « actif » du IG ça prend bcp de temps, ça a l’air d’être une organisation avec une programmation de posts et un échange avec la communauté… On est pas obligé.es d’être partout 😊, il m’arrive de partager tes articles aux personnes qui pourraient être intéressées comme je le fais avec des publications Instagram ! Ton travail sur le blog est déjà super.
    En tout cas, les 2 fils rouges que tu proposent me tentent et me donnent envie d’en voir plus !
    Belle journée

    Aimé par 1 personne

  3. Les photos floues avec le bordel en arrière plan sont les plus jolies car sincères à mon goût. Qu’est ce que le beau ? Voilà une bien vaste question qui me rappelle mes dissertations d’hypokhagne 🙂
    Tu auras compris que personnellement, Instagram et son lot d’influenceurs.euses je n’adhère pas…

    Aimé par 1 personne

  4. Hâte de te retrouver sur Instagram, de te lire à nouveau. Et complètement enthousiaste sur tes deux idées. Ça fera justement tellement de bien dans le monde parfois trop policé d’Instagram. Moi je suis devenue un peu trop accro. Ça m’a vraiment aidé pendant cette période particulière, à trouver des idées d’activités ou de recettes, à échanger et parfois simplement m’occuper l’esprit. Par contre en effet j’ai remarqué que mon téléphone est de plus en plus une barrière. J’ai beaucoup de mal à m’en passer. Encore plus en ce moment où je suis clairement en manque de contacts sociaux.

    Aimé par 1 personne

  5. Ah mais oui des photos flou qui représentent la réalité!!! C’est tellement plus parlant et tellement tellement mais tellement moins culpabilisant. Je me retrouve dans ce que vous dites au sujet de l’emploi du téléphone!
    Et pour ce qui est du compte Instagram moi je prend tout ce qui vient de vous 😆! Depuis que je vois suit (ma première grossesse en 2014/2015) vous avez fait réfléchir sur beaucoup de choses, même si je n’arrive pas a être là super maman que je voudrais (et mes enfants me diront sûrement merci dans plusieurs année (enfin j’espère 🤣)).
    Merci pour vos écrits, vos réflexions et partage. Et je pense que nous sommes aussi la pour accueillir vos écrits quand vous parlez de vous car dans vos écrits tout parle de nous.
    Au plaisir de vous relire sur votre blog. Et de lire vos fail du jour, histoire de rire et de me dire, c’est bon ai fait la même, jme sens moins seule!!

    Aimé par 2 personnes

  6. Bonjour,
    Je suis heureuse de lire ton post et je vais te suivre sur instagram…parce que c’est toi lol.
    J’ai découvert tes post après la naissance de Rose (2ème petite fille) il y a bientôt 14 mois, et je me retrouve à chaque fois dans ce que tu partages et je t’admire beaucoup. Surtout pour ta sincérité! Maman de 43 ans de 2 petites filles, j’ai dû aussi faire des choix, je suis en congé parental, allaitant encore, etc…et je ne suis pas du tout active sur les réseaux sociaux. Peut-être par choix (pas envie non plus d’exposer ma vie) mais surtout par manque de temps…Car comment tout concilier?!
    Mais à l’heure de faire des choix, lire pour trouver un peu de réconfort, pour sourire et rire un peu de notre de quotidien de femme, de maman, que cela fait du bien! C’est pourquoi je t’encourage, et je suivrai ce que tu partageras sur le moment ce qui te semblera bon pour toi ainsi que pour nous! Je viens donc de découvrir que tu étais doula sur Nancy! ….
    A bientôt j’espère!

    Aimé par 1 personne

  7. Je lis ton blog depuis plusieurs années, mais je n’avais encore jamais osé commenter.
    Je rejoins de nombreux avis ici : le fil rouge avec « le fail » du jour etc, c’est ce que je préfère (tout comme je préfère aussi les articles de blog qui permettent d’exprimer des nuances, d’aller plus en profondeur que quelques lignes).
    Pour moi, la seconde photo est le reflet de ce que j’aime/rais (quand j’en trouve) sur Instagram : des moments VRAIS, pas des trucs bien léchés, mis en scène, avec des enfants parfaits qui posent. Et je pense que ça manque beaucoup sur ce type de réseaux.
    Le gros moins d’Instagram à mes yeux, c’est qu’il faut un smartphone : Bluestacks est casse-pieds à utiliser (et non je n’ai pas de smartphone. Enfin, un tout vieux qui prend des photos moches et pratiques -pour des horaires, des couvertures de livres quand je vais en librairie, etc- il ne capte plus le wifi et je refuse de prendre un forfait internet. Voilà pour ma vie de dinosaure).

    Aimé par 1 personne

  8. Ah ah, c’est drôle car j’ai longtemps refusé de m’inscrire sur IG préférant privilégier la lecture de blogs (moi je ne suis ni blogueuse, ni influenceuse, ni quoi que ce soit. J’ai juste un mini compte IG sans prétention et j’utilise ce réseau pour m’inspirer, apprendre, me renseigner). BREF. Au final, j’ai craqué donc, parce que plein de blogueuses fermaient leur blog au profit d’iG. Donc j’ai sauté le pas, et j’ai eu le réflexe de « te chercher » (vu que j’adore ton blog, ta franchise, ta vision des choses). J’ai bien remarqué que tu n’y étais pas très active, mais je suis restée abonnée « au cas où ». Moi les photos hyper léchées qui font faussent, ça ne m’émeut pas forcément. J’aime le fond, la sincérité, le contenu, surtout si je sens en dessous des valeurs qui m’animent (l’écologie, l’humain, le féminisme…). Donc photos floues, ou pas, fils conducteurs ou non, même si c’est le bazar je continuerai de te suivre avec plaisir !!

    Aimé par 1 personne

  9. C’est un peu le souci avec les réseaux : il y en a trop ^^ On commence par un blog, puis on rejoint un réseau pour être un peu plus visible / partager différemment, et puis… FB, insta, twitter… chacun a ses caractéristiques. Ce qui est dommage, c’est qu’on peut devenir vite redondant ; ou se perdre à prendre le temps de publier partout, d’essayer de suivre ses auteurs/blogueurs partout.
    J’ai + de mal à naviguer sur instagram pour ma part, + de mal avec les mots clés obligatoires, + de mal avec les stories qui imposent de passer régulièrement vu qu’elles disparaissent… ^^
    Bref, faut surtout faire selon ses envies / ses possibilités de temps 😉

    Aimé par 1 personne

  10. Bien d’accord avec Imala 🙂 Fais avant tout ce qui te parle, te plaît et te ressemble…et idem pour le roman : écris-le parce que tu as ça dans tes tripes, et ne pense pas trop à l’édition, aux avantages que représenteraient dans ce cas de bien cartonner sur insta etc etc….écris, tout simplement, et reste toi : vu ta plume, ça devrait le faire 🙂
    Peut-être qu’il y a une superficialité dans ce réseau qui, au fond, ne te ressemble pas ?
    En tout cas, même si personnellement je ne suis pas toujours d’accord à 100 pour cent avec ta façon de voir les choses (je ne suis pas le même genre de maman, si tant est qu’il existe des genres de mamans…les frontières sont poreuses..), j’apprécie beaucoup ton honnêteté intellectuelle, ta recherche, ton ouverture d’esprit et ta réflexion nuancée. C’est toujours très intéressant et agréable de te lire. Bravo !

    Aimé par 1 personne

  11. J’étais plutôt anti réseaux y voyant surtout les travers. Puis j’ai ouvert mon blog l’année dernière et après plusieurs mois d’hésitations, un compte Instagram associé. J’y ai découvert de jolis comptes qui m’inspirent, j’y ai des relations plus profondes avec d’autres mamans. Mais je refuse de me mettre la pression du publier quotidiennement et tant pis si les audience de mon blog augmentent plus doucement.
    Et dans le fond, je préfère toujours les blogs et la lecture d’articles donc je te suis la bas mais je t’attends encore plus ici!

    J'aime

  12. Tu as eu déjà beaucoup de réponses mais voici la mienne : fais comme tu veux ! 😉 En fait, je pense que tout dépend de ton/tes objectifs: veux-tu (re)créer une communauté? Être visible pour partager et échanger? Donner ou plutôt recevoir? Est-ce un outil pour promouvoir ton blog … ? Vu que tu as fait une école de commerce, tu dois être à l’aise avec ce genre de réflexion. Pour ma part, étant une personne lambda, je n’ai pas de « ligne éditoriale », je suis (follow) des e-copines et quelques copines réelles. Je fuis au max les comptes léchés/parfaits/influençeurs etc. trop déconnectés de ma réalité. Je poste même souvent parfois des photos « arrière du décor » pour contrer ce modèle du beau salon bien rangé et des enfants propres comme des sous neufs (bienveillants mais bien habillées, est-ce compatible? 😉 . Mon souci concerne les stories, j’en fais très rarement, et j’aime pas car ça te happe dans une spirale infernale du temps… Le souci c’est que certains comptes que j’aime en font des intéressantes. Alors c’est une gestion, je pose mes limites en termes de temps sur écran et je lutte contre la FOMO (et certaines stories peuvent être épinglées et rester plus que 24h). Donc à toi de voir et de sentir ce qui te fait du bien ou pas… Au plaisir de te voir, j’espère !

    J'aime

  13. Bonjour,
    Je découvre que depuis peu ton univers (pardon j’ai tendance à tutoyer quand je me sens bien « chez quelqu’un ») et j’aime beaucoup! sûrement parce que je m’y retrouve un peu 😉
    Pour ce qui est du sujet en question c’est selon moi toujours le même problème: une poignée (majoritaire à présent) se veut photographe amateur semi pro avec des décors nickel sauf qu’en réalité, le but de ce réseau social n’a jamais été celui-ci: tu partages les images que bon te semble, et la beauté d’une image est celle que l’on perçois, si les « autres » ne sont pas d’accord, qu’ils passent leur chemin!
    Perso, je partage beaucoup de photos sur instagram et souvent avec le bordel du salon autour ou même la poubelle qui traîne dehors parce que le sujet de prise de vuie n’est pas celui-ci mais le chat (par exemple) dans une position improbable et mon entourage ne retiendra que ça et non la poubelle qui traîne ^^

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s